Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Image de marque

Ces villes qui se font étriller dans des romans ou en chanson

Publié le 24/01/2019 • Par Romain Gaspar • dans : France

Houellebecq 2
Twitter Ville de Niort
« Niort, l’une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir », lâche Michel Houellebecq dans son dernier livre. Pas une première chez les artistes qui stigmatisent régulièrement des villes. Les élus concernés s’en passeraient bien.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Merci Michel Houellebecq et bienvenue ! » : le maire UDI de Niort Jérôme Baloge a choisi l’humour pour répondre au célèbre écrivain qui, dans son dernier livre « Serotonine » évoque la préfecture des Deux-Sèvres comme l’une « des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir ». Certains Niortais n’ont pas apprécié et ne se sont pas privés de le dire sur les réseaux sociaux, mais le maire préfère y voir le bon côté des choses.

« C’est l’occasion de faire parler de Niort et ça a eu un retentissement très positif sur la ville », souligne Jérôme Baloge. Pour le maire, « une image se construit sur du long terme. Et si cette médiatisation soudaine peut faire changer le regard sur cette catégorie de villes moyennes perçues avec distance par un certain milieu, ce serait une bonne chose. »

Rouen dénigrée dans « Les particules élémentaires »

Et pour redorer son image, Niort peut compter sur Georges Simenon qui adorait la ville comme décor de ses romans. Elle pourra aussi bientôt compter sur le prix Goncourt 2015, Mathias Enard qui prépare un roman sur la Venise verte. Et les Niortais ne sont pas rancuniers, puisque selon France Bleu Poitou, « Serotonine » est l’une des meilleures ventes de ces dernières années de la librairie des Halles de la ville.

Niort n’est pas la première ville égratignée par le cynisme désespéré de Michel Houellebecq dans ses romans. En 1994 par exemple, dans son premier roman, l’auteur s’en prenait violemment à la ville de Rouen : « Il y a cinq ou six siècles, Rouen a dû être une des plus belles villes de France ; mais maintenant tout est foutu. Tout est sale, crasseux, mal entretenu, gâché par la présence permanente des voitures, le bruit la pollution. Je ne sais pas qui est le maire, mais il suffit de dix minutes de marche dans les rues de la vieille ville pour s’apercevoir qu’il est complètement incompétent, ou corrompu. » Une description peu flatteuse qui à l’époque, en l’absence des réseaux sociaux, n’avait pas provoqué de polémique.

Châteauroux dans le viseur de Jean Giraudoux

Mais Michel Houellebecq est loin d’être le seul auteur à dénigrer des villes moyennes. A l’automne 1918 dans « Lectures pour une ombre », Jean Giraudoux avait affirmé que Châteauroux était « la ville la plus laide de France ». Une critique qui n’a eu « aucune résonance locale », précise son maire, Gil Averous.

« Les moyens de communication sont très différents aujourd’hui. A l’époque ça restait dans l’élite de ceux qui lisent. Maintenant, une critique d’un grand auteur peut toucher tout le public, les lecteurs comme les non lecteurs. Et les réactions sont immédiates avec les réseaux sociaux. »

C’est pour cette raison que selon lui, un maire doit construire et transformer l’image de sa ville. « A mon arrivée, Châteauroux était souvent confondu avec Châtellerault. Elle avait l’image d’une ville provinciale, ouvrière. » Pour changer cette image, Gil Averous propose trois recettes : rénover toute la vieille ville, organiser beaucoup d’évènements sportifs et se servir des réseaux sociaux.
Un pari plutôt gagnant puisque Châteauroux a vu son nombre de nuitées passer de 200 000 à 300 000 l’année dernière et la ville s’est hissée parmi les collectivités avec le plus d’abonnés sur Facebook et Twitter.

Vesoul, cible de Jacques Brel

Les écrivains n’ont pas le monopole de la critique. En 1968, c’est le chanteur Jacques Brel qui dénigre Vesoul dans sa célèbre chanson du même nom. « En terme de notoriété, c’est très efficace. Tout le monde connait Vesoul, mais personne ne se la représente », regrette le maire de la ville, Alain Chrétien. Il reproche à la chanson de Brel de présenter Vesoul comme « une ville paumée où personne ne veut aller ». « On a envie de passer à autre chose », espère le maire.

Et pour tourner la page, Alain Chrétien a trouvé l’artiste local idéal. « On aimerait miser sur Jean-Léon Gérôme qui est très connu outre-atlantique. J’aimerais qu’il soit à Vesoul ce que Gustave Courbet est à Ornans. » Tout un programme…

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces villes qui se font étriller dans des romans ou en chanson

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement