logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/602979/les-villes-moyennes-terrain-majeur-du-grand-debat/

GILETS JAUNES
Les villes moyennes terrain majeur du Grand débat
Delphine Gerbeau | France | Publié le 23/01/2019 | Mis à jour le 28/01/2019

Lors de sa cérémonie des voeux, le 22 janvier, Villes de France a annoncé qu'elle contribuerait au grand débat national en présentant un livre blanc sur les politiques publiques.

vdf2

« Les maires des villes moyennes ont pris la crise des gilets jaunes de plein fouet, même si on sentait depuis longtemps les difficultés croissantes  de nos populations, nous qui sommes des capteurs sociaux et accompagnons nos concitoyens au quotidien », a résumé Caroline Cayeux, la présidente de Villes de France.

La séance de voeux de Villes de France le 22 janvier, en présence de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, avait une tonalité solennelle, alors que les villes moyennes et leur périphérie concentrent une partie des maux dénoncés par les gilets jaunes.
L’association a mis de côté les dossiers du moment  –  la suppression de la taxe d’habitation, le programme Action Coeur de ville…- pour se concentrer sur le Grand débat et ce qu’il doit produire.

Les corps intermédiaires nécessaires

« Mon voeu est que cette période permette à chacun de mesurer l’importance des corps intermédiaires. Ils ont parfois perdu de leur substance, de leur légitimité, mais on voit ce qui se passe quand on décide de se passer d’eux. Il faut redonner une place aux élus locaux », a interpellé Jean-François Debat, maire (PS) de Bourg-en-Bresse et président délégué de l’association. Il a également émis le second voeu que « ce débat se conclut par des mesures traduisant plus de justice sociale et fiscale. Des mesures institutionnelles ne suffiront pas. Il faut aussi qu’il soit l’occasion de conforter les villes et les agglos qui structurent notre pays ».

Le maire de Bourg-en-Bresse a également expliqué qu’il n’organiserait pas de débats, mais qu’il les faciliterait.

« Villes de France souhaite que les maires se mobilisent. Certains maires seront facilitateurs, d’autres organisateurs, ou pas. Mais on ne peut pas se désintéresser de ce rendez-vous citoyen », a complété Caroline Cayeux. L’association va participer à  sa manière, via une consultation de ses adhérents sur les politiques publiques. Un livre blanc en sera tiré et remis au Gouvernement.

Quant à Jacqueline Gourault, elle est revenue sur ce qui ressort des premières rencontres entre le président de la République et les maires : « ce qui est intéressant c’est l’équilibre entre l’Etat et les collectivités territoriales : les élus recherchent l’équilibre entre le droit de décider localement, et le besoin que l’Etat exerce ses prérogatives, et les accompagne. »

POUR ALLER PLUS LOIN