Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Dématérialisation

Le numérique à marche forcée

Publié le 25/01/2019 • Par Romain Mazon • dans : France

souvrainete-numerique-donne-une
Stephen Finn - Adobe Stock
Mi-décembre, devant les maires de l’association Villes de France, le président du Sénat Gérard Larcher expliquait la crise des « gilets jaunes » par « la stagnation des revenus ». « Dans cette France fracturée, morcelée, certains ont l’impression de ne plus être invités à la table », exposait-il.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Mi-décembre, devant les maires de l’association Villes de France, le président du Sénat Gérard Larcher expliquait la crise des « gilets jaunes » par « la stagnation des revenus ». « Dans cette France fracturée, morcelée, certains ont l’impression de ne plus être invités à la table », exposait-il.

La persistance du mouvement a montré que les inégalités de revenus ne suffisaient pas à rendre compte de l’exaspération. La France de 2019 produit d’autres relégations, qui conduisent une partie des Français à se sentir exclus du banquet. La dématérialisation des démarches administratives en est une. Le rapport du Défenseur des droits en apporte une éclatante et impitoyable démonstration.

Principes fondateurs

A ce stade, pour prometteuse qu’elle soit, la dématérialisation de l’action publique (100 % de procédures dématérialisées d’ici à 2022) ne respecte aucun des trois principes fondateurs du service public : continuité, égalité, adaptabilité ou mutabilité. La première exclusion réside dans l’incapacité d’accéder à l’internet fixe : 0,7 % des Français sont dans ce cas. C’est peu ? Non, c’est énorme, puisque ce sont 500 000 personnes qui vivent principalement dans les communes de moins de 1 000 habitants abritant, elles, 15 % de la population.

Rectifier le tir

La deuxième exclusion se trouve dans la conception de certaines procédures dématérialisées, lorsque plus aucun contact autre que numérique n’est prévu, alors que 20 % des Français n’ont pas d’ordinateur. Quand une démarche déclenche des droits ou, plus grave, les supprime, sans que l’usager ne puisse la comprendre, la contester ou simplement en prendre connaissance, l’action publique devient une violence sociale.

On en est là, alors que les causes et leurs effets sont documentés depuis longtemps. Il est urgent de rectifier le tir. En privilégiant « une approche budgétaire et comptable », en avançant « à marche forcée » vers le tout numérique, ainsi que le dénonce le Défenseur des droits, on finit par tomber ou, si l’on est premier de cordée, par faire tomber ceux qui vous suivent.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le numérique à marche forcée

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

28/01/2019 06h42

Si Mr Larcher pense que les gilets jaunes n’ont pas accès à l’internet, cela montre toute la hauteur de ses réflexions. Quant à la fracture sociale, il a raison mais l’alimente avec ses revenus, ses avantages matériels et ses passe-droit d’un autre âge. Ne ferait il pas mieux de se taire? de réduire son train de vie scandaleux? de modifier son système de retraites et de cumuls? et j’en passe (moi quand je vais chez le coiffeur, au restaurant, à la gare, je paie avec mon salaire).
Il y a vraiment des gens qui ne manquent pas d’air.

ratonus

28/01/2019 09h21

En effet, il faut arrêter de vouloir à tout prix passer par le numérique. Le numérique n’est pas toujours un gain de temps. Pour ceux qui peuvent se connecter, il faut que la connexion soit bonne, pas trop lente, ce n’est pas toujours le cas. Il faut avoir un ordinateur ce qui a un coût. Il faut imprimer des documents dons achat de l’appareil, cartouche d’encre, papier. Les sites internet administratifs sont parfois complexes. Les formulations pas toujours clairs.
Comme toujours, l’Etat ne fait jamais le vrai bilan économique de la mise en place de la dématérialisation.
Moins de fonctionnaires = moins de coût de personnel mais coût partiellement reporté vers l’usager en terme financier et aussi en temps passé sur ordinateur et en déplacement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement