logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/602763/fusion-des-regions-le-compte-ny-est-pas-encore/

ECONOMIES
Fusion des régions : le compte n’y est pas encore
Laura Fernandez Rodriguez | A la une | Actu experts finances | France | Publié le 25/01/2019

Trois ans après la naissance des treize régions qui ont redessiné la France métropolitaine, la fusion ne semble pas achevée, occasionnant certains surcoûts. Pourtant, les régions ont fait la preuve de la maîtrise de leurs dépenses.

 

 

« A moyen terme, entre cinq et dix ans, en faisant des économies d’échelle, en supprimant les chevauchements de compétences, les doublons, on peut arriver à une dizaine de milliards d’euros d’économies », assurait le secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, en 2014. Au regard des chiffres disponibles, force est de constater que les économies espérées ne sont pas (encore ?) au rendez-vous. Car le redécoupage de la France métropolitaine, passée de 22 à 13 régions au 1er janvier 2016, ne s’est pour l’instant pas traduit par une baisse des dépenses.

Selon le rapport du think tank libéral Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Ifrap) paru en octobre dernier sur le sujet, les dépenses réelles de fonctionnement des régions s’élèvent en moyenne à 293 euros par habitant et elles ont grimpé de 11 % entre 2016 et 2017, hors Corse. Ce sont les Hauts-de-France qui arrivent en tête avec 363 euros par habitant (+ 10 %). L’Occitanie, elle, se situe à 254 euros par habitant, si l’on neutralise l’impact des fonds structurels sur les dépenses de fonctionnement des régions, ce que l’Ifrap avait omis de faire dans un premier temps ...

REFERENCES


CHIFFRES CLES

Les dépenses maîtrisées des régions 

  • Dépenses de fonctionnement des régions en 2017 : + 0,71 % (soit une hausse de 126 M€ par rapport à 2016)
  • Dépenses de personnel des régions en 2017 : + 1,55 %

Gros plan sur les économies de la Nouvelle-Aquitaine :

  • Les dépenses de fonctionnement : 15 M€ (soit 1 %, hors effet nouvelle compétence « transport »)
  • La cession de bâtiments : 10,8 M€
  • Les marchés d’assurance : 2,7 M€
  • Les marchés de télécommunications : 140 893 € (soit 20 %)


POUR ALLER PLUS LOIN