Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Santé

Déserts médicaux : la future loi santé fait déjà des vagues

Publié le 16/01/2019 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

infirmiere-sante-medecine
Robert Kneschke / AdobeStock
Alors que les déserts médicaux font partie des difficultés mises en avant par les cahiers de doléances, le projet de loi issu du plan "Ma santé 2022" est en préparation. Et les premiers éléments connus ne plaisent pas aux professionnels de santé...

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lors de l’ouverture du Grand débat, la question des déserts médicaux est revenue à plusieurs reprises, dans les propos des maires de Normandie. Certains ont même réclamé, et ils sont loin d’être les seuls, que les médecins soient obligés de s’installer dans les zones sous-denses. « C’est extrêmement difficile d’aller dans ce sens et ce serait une erreur », a répondu Emmanuel Macron. La solution doit venir du projet de loi qui doit être étudié à l’Assemblée avant l’été.

Les premiers éléments de ce texte, « relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé », ont été révélés. Les 23 articles qu’il contient déplaisent déjà aux professionnels de santé pour qui ce n’est pas ainsi que l’on résoudra les difficultés du système de santé, et notamment que l’on résorbera les déserts médicaux. Le recrutement des assistants médicaux, et surtout la constitution des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) font particulièrement débat.

Un assistant médical par médecin

C’était l’une des annonces phares d’Emmanuel Macron, en septembre, lors de la présentation du plan « Ma santé 2022 » : le création du métier d’assistant médical (AM). Sa définition doit faire l’objet de discussions avec les médecins entre un poste d’aide médicale, qui pourrait prendre la tension ou aider à déshabiller des personnes âgées dépendantes, et un rôle plus administratif pour libérer du temps aux praticiens.

Mais le débat actuel porte plus sur le nombre de ces assistants. Lors de la présentation du plan, le président de la République avait clairement expliqué que les assistants médicaux viendraient soulager les praticiens qui

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déserts médicaux : la future loi santé fait déjà des vagues

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

17/01/2019 08h18

Les déserts médicaux ne sont que la conséquence de la désertification de certains territoires qui n’est que la conséquence (…) de choix politiques.
Ce n’est pas en forçant les médecins à s’installer dans ces déserts que l’on règlera un problème politique…
Notre politique actuelle détruit l’unité nationale en créant des territoires favorisés et d’autres pas, en acceptant une autonomie financière des régions, de plus en plus grande.
Notre politique commerciale et la PAC fragilisent les agriculteurs qui sont de moins en moins nombreux. La diminution de la population agricole entraîne une décroissance rapide des populations rurales.
La gestion « rentable » des services publics dessert ces territoires en supprimant des lignes de trains, des gares, des bureaux de Poste, des hôpitaux, des dispensaires, des emplois multiples. Etc., etc.
Mais il y a une alternative à cette politique; pour la trouver et pouvoir la mettre en place il faut déjà que nous prenions conscience que ce n’est pas un choix national mais une politique supranationale imposée par notre appartenance à l’UE.
Soit nous constatons les conséquences en continuant de nous plaindre, soit nous nous retirons de ce projet destructeur. C’est simple.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement