Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lecture publique

« On s’oriente vers la bibliothèque hybride », analyse Laure Collignon

Publié le 22/03/2011 • Par Hélène Girard • dans : France

« Concevoir et construire une bibliothèque », ouvrage destiné aux élus à la culture et aux responsables d’équipements-chefs de projet, paraîtra le 23 mars 2011 (Editions du Moniteur). Laure Collignon, chef du département de la lecture fait le point avec la Gazette.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le service du livre et de la lecture (ministère de la culture, direction générale des médias et des industries culturelles) en a assuré la direction scientifique.
Avec 25 auteurs, élus et professionnels de divers horizons – bibliothécaires, directeurs généraux des services de collectivités, architectes, programmistes (lire encadré) etc.- l’ouvrage vise à accompagner les porteurs de projets alors que les bibliothèques sont à un tournant de leur longue histoire : bouleversement de l’univers de la documentation et de l’information sous l’effet d’internet et des supports numériques, évolutions des publics et des pratiques culturelles, nouvelles normes techniques et environnementales, exigences d’accessibilité, montée en puissance de l’intercommunalité…

Tour d’horizon avec Laure Collignon, chef du département de la lecture.

Le 23 mars sortira « Concevoir et construire une bibliothèque » (*), guide dont le service du livre et de la lecture a dirigé la réalisation. Pourquoi un tel ouvrage et pourquoi maintenant ?

Ce guide fait suite à un ouvrage précédent « Bibliothèques dans la cité », paru il y a 15 ans et dont les données sont périmées. Depuis trois ans, les professionnels nous réclamaient une mise à jour. Accompagner les chefs de projets et les élus locaux fait partie de nos missions. D’ailleurs notre département ministériel offre une expertise avec un architecte-conseil qui se déplace à la demande des collectivités

La parution de ce guide intervient après le recentrage du concours particulier [crédits inscrits au sein de la dotation générale de décentralisation pour les bibliothèques municipales et départementales de prêt, ndlr] sur les investissements, intervenu en 2006. Le concours particulier ayant un effet levier, c’est l’occasion de réfléchir sur les projets de bibliothèques, de la programmation à l’aménagement, en passant par le projet culturel.

 Ce guide contredit l’idée selon laquelle la bibliothèque ne sera bientôt que numérique…

Les faits nous montrent clairement qu’on s’oriente vers la bibliothèque hybride, où cohabitent les collections de livres et fonds numériques. En tout état de cause, il revient au chef de projet de déterminer la direction à privilégier. Pour l’y aider, nous avons demandé à l’un de nos auteurs de dresser un état des lieux de la problématique, d’indiquer les principales orientations et des fourchettes de coûts.
La matière est complexe, car elle est mouvante. La question ne se résume pas à des mètres carrés à économiser ou à augmenter. Car, de toute façon, le développement du numérique nécessite de prévoir une offre de médiation importante, donc des espaces dédiés à l’accueil et à l’accompagnement du public. Même les jeunes, qu’on dit très à l’aise avec les technologies numériques, ont parfois besoin de médiation, car ils en ont souvent une pratique très étroite. Il convient de leur montrer d’autres ressources. Assurer l’égalité de tous face à Internet et aux outils numériques fait partie du rôle des bibliothèques.
Par ailleurs, on ne trouve pas tout sur Internet. Collections papier et collections numériques ne peuvent être que complémentaires.

Quelles sont aujourd’hui les clefs d’un projet de bibliothèque ?

D’abord, la bibliothèque s’affirme de plus en plus comme lieu de lien social.
Ensuite, le développement de l’intercommunalité conduit à penser les projets en termes de réseaux, avec plusieurs étapes de réalisation. Cela vaut pour les grandes agglomérations comme pour les intercommunalités rurales. Cela requiert des porteurs de projet une grande anticipation.
Autre enjeu : les outils informatiques et les supports numériques, qui ont un impact sur les collections, les budgets, et la conception des lieux.
Enfin, l’accessibilité, qui concerne à la fois le bâti et les contenus culturels. Cette exigence-là induit plutôt une augmentation des surfaces.

Cette question de l’accessibilité inquiète-t-elle les chefs de projet ?

Oui. Mais, aujourd’hui, tous les projets de nouvelles bibliothèques intègrent cette nécessité, considérée comme naturelle. Pour les équipements existants, les choses sont plus compliquées. Le cas de figure le plus difficile est celui des petites collectivités, où la bibliothèque se situe dans un bâtiment ancien, et qui n’ont pas les moyens d’investir dans la construction d’un nouvel équipement. Dans cet ouvrage, nous attirons l’attention sur le fait que la circulaire du 17 février 2011 révisant le concours particulier, élargit la gamme d’investissements éligibles, parmi lesquels les travaux liés à la mise en accessibilité. Nous espérons que cela sera un facteur d’accélération.

Qu’en est-il de l’accessibilité des collections et des services ?

La réflexion est en cours.
La première évidence est de prendre en compte l’ensemble des handicaps. Ce qui n’était pas le cas il y a quatre ou cinq ans.
La seconde est la nécessité de concevoir les outils d’accessibilité en lien avec les personnes handicapées et de bien étudier leurs besoins. Les retours d’expérience nous ont montré des cas de bibliothèques dotées de belles collections et de beaux outils mais sans lecteurs handicapés, car tout avait été conçu ex nihilo.

Chef de projet, programmiste, architecte, qui fait quoi ?

Le bibliothécaire-chef de projet imagine un projet culturel et un équipement. Un travail intellectuel que le programmiste (profession apparue il y a une quinzaine d’années) traduit en espaces et en surfaces.
L’architecte, lui, interprète le travail du programmiste et signe un « geste architectural ».
C’est sur cette base qu’il répond au concours d’architectes lancé par la collectivité.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« On s’oriente vers la bibliothèque hybride », analyse Laure Collignon

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement