Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise des gilets jaunes

Grand débat national : les maires de Génération Terrain à l’avant-garde

Publié le 09/01/2019 • Par Pascale Tessier • dans : France

Karl Olive
D.R.
Longuement reçus en novembre par Emmanuel Macron, des élus des Yvelines ont demandé à leurs administrés de faire connaître « leurs idées pour la France ». En bonne place parmi les préconisations citoyennes remises le 8 janvier au préfet de ce département huppé : une plus grande transparence.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

@KarlOlive

Reçus à l’Elysée trois heures durant à la veille du congrès de l’AMF, les maires des Yvelines issus de l’association Génération Terrain n’avaient pas mâché leurs mots. « Les yeux dans les yeux », les édiles emmenés par le premier magistrat LR de Poissy Karl Olive avaient reproché au Président de ne pas assez s’appuyer sur les élus locaux.

Sur fond de crise des gilets jaunes, ils ont invité leurs administrés à s’exprimer sur les cahiers de doléances -rebaptisés « Nos idées pour la France »- qu’ils ont ouvert dans leurs mairies.

Car l’engouement est loin d’être inné. « On doit dire dire aux gens “Profitez-en, dites ce que vous avez à dire” car spontanément, les retours ne sont pas gigantesques. Or, il faut être proactif et nous voulons que les gens s’emparent du débat. »  Le constat dressé par Ghislain Fournier (LR) conseiller départemental est loin d’être isolé.

Mais, à Poissy (40000 hab.), Karl Olive,  qui a remis les doléances au préfet du département, tempère. Il juge la situation normale, tant que le débat national n’a pas débuté.  Et s’il a déjà recueilli 1 200 contributions dans sa ville, c’est parce que cet ancien journaliste sportif mouille le maillot. Il est omniprésent sur les chaines infos, les réseaux sociaux. Il multiplie aussi les coups de fil et ne rate pas une occasion de mobiliser les citoyens sur le marché ou lors d’un partage de galette associative.

Traçabilité de la dépense publique

Dans plusieurs localités, des boîtes mails ont été créées et les commentaires publiés sur les réseaux sociaux sont analysés. À Saint-Germain en Laye, une page dédiée est réservée sur le site Internet de la ville. Car force est de constater que les contributions sont plus importantes sur Internet que sur papier.

À Aigremont (1 180 hab.), Samuel Benoudiz (DVD) a même envoyé des mailings pour « bouger » ses administrés. « Les gens étaient perplexes, ils avaient peur de n’avoir que des banalités à dire et il a fallu aller les chercher un à un », raconte le maire, ébahi d’avoir recueilli depuis une trentaine de contributions très approfondies avec une dizaine de propositions chacune.

Les élus yvelinois imaginent que les thèmes abordés ne seront pas identiques d’une région à l’autre. Ici, on parle peu de mobilité ou de répartition des richesses. En revanche, on réclame transparence, traçabilité de la dépense publique, suppression d’avantages et pouvoir d’achat des retraités. 31 % des 2000 premières contributions concernent l’expression démocratique, 21 % la réduction des dépenses publiques et l’exemplarité, 13 %, les retraites et 9 % la fiscalité. Écologie, transports, sécurité et santé sont secondaires, avec 8 à 5 % des commentaires. Certains des thèmes présélectionnés pour cadrer le Grand Débat National ne figurent donc pas au cœur des préoccupations.

La méthode Macron en accusation

Karl Olive n’est pas surpris et constate avec satisfaction, au contraire « que 80 % de ce que nous avons dit à Emmanuel Macron ressort. Nous sommes des porte-paroles de terrain, et lorsque nous disons ne plus vouloir être mis devant le fait accompli, nous sommes rejoints par les citoyens qui demandent à participer aux grandes réformes. Jusqu’ici la méthode est catastrophique car il n’y a aucune pédagogie. »

Loin de se voiler la face, le maire de Poissy est conscient que certaines critiques s’adressent à l’ensemble des élus : « Il faut bien balayer devant notre porte. Sans posture idéologique, nous devons tous enfiler nos gilets de sauvetage pour sauver la République car elle est en danger. Et les maires veulent être reconnus une courroie de transmission, pas une chaîne de déraillement. »

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand débat national : les maires de Génération Terrain à l’avant-garde

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement