Développement durable

Nanterre va chauffer des logements en récupérant ses eaux usées

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

La ville de Nanterre a inauguré, le 18 mars, la pose d’un échangeur thermique sur le premier réseau français de chaleur alimenté par la récupération calorifique des eaux usées pour chauffer un éco-quartier. Une première à cette échelle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« C’est une première en France ! », s’est félicité Patrick Jarry, le maire (PCF) de Nanterre (Hauts-de-Seine). A l’heure où le débat sur l’énergie nucléaire est réactivé suite aux événements survenus il y a une semaine au Japon, l’élu communiste a ainsi souligné que Nanterre est désormais « l’une des communes françaises les plus en pointe en matière de production de chaleur à partir des énergies renouvelables (EnR) ».

Inscrit dans le cadre du Plan Climat Territorial (PCT) lancé en février 2007 par cette agglomération de l’Ouest parisien, ce réseau de chaleur est destiné à fournir aux 650 logements neufs (dont 360 en accession à la propriété à prix maîtrisés ou encadrés) de l’éco-quartier de la Zac Centre Sainte-Geneviève « plus de 50 % de chaleur provenant d’énergies locales et renouvelables », tant pour le réseau de chauffage que celui d’eau chaude sanitaire.

Un investissement de 3,795 millions d’euros

Le montage du projet a été assuré par la SEMNA (Société d’économie mixte d’aménagement et de gestion de la ville de Nanterre). La conception, la réalisation et l’exploitation de l’installation de production et de distribution de chaleur ont été attribuées au groupement Cofely-Lyonnaise des Eaux (deux filiales de GDF Suez) via un contrat de concession de 25 ans.
Coût global de l’investissement : 3,795 millions d’euros dont 1,591 million financés par Cofely. En cours de demande, une subvention de l’Ademe (au titre du Fonds Chaleur) doit apporter environ 1,5 million d’euros « répartis à hauteur d’environ 50 % pour la partie récupération de chaleur et 60 % pour la distribution », détaille le maire de Nanterre.

Un mix énergétique « eaux usées-géothermie-gaz de ville »

Mandataire du groupement, Cofely (dont le bouquet énergétique est composé à 26 % d’énergies renouvelables et de récupération) s’est associé à Eau & Force, la filiale locale de Lyonnaise des Eaux.
Le réseau de chaleur de l’éco-quartier Boule/Sainte Geneviève s’appuie sur le dispositif Degrés Bleus (voir encadré) d’Eau & Force pour récupérer les eaux usées (eau des cuisines, des salles de bains, etc.).
D’une puissance cumulée de 800 kW, la chaufferie centrale s’appuie sur deux pompes à chaleur qui vont valoriser les eaux usées du réseau d’assainissement du conseil général. Cette chaleur sera récupérée grâce aux 200 mètres d’échangeurs thermiques installés dans les canalisations, sous l’avenue Georges-Clémenceau, à proximité de l’éco-quartier.

« La valorisation calorifique des eaux usées est d’autant plus intéressante qu’en l’espace de dix ans, leur température a grimpé d’environ 4°C grâce aux multiples économies réalisées sur l’eau froide (installation de mitigeurs, de chasses d’eau économiques…) », précise Yves Bories, le directeur du centre régional Paris/Île-de-France d’Eau & Force.
Aujourd’hui, ce dispositif fonctionne à la piscine de Levallois-Perret (commune voisine de Nanterre), à l’hôtel de ville de Valenciennes, à l’hôtel de communauté à Bordeaux pour le chauffage et le rafraîchissement ou encore dans une école à Paris.

En complément, pour répondre aux pointes de consommation, le surcroît de chaleur sera produit par une géothermie sur nappe à faible profondeur (70 à 90 m) qui bénéficie d’une température d’eau in situ de 14° C. Pour la mise en œuvre du procédé Degrés Bleus, Lyonnaise des Eaux s’est associé à la société d’ingénierie Saunier & Associés pour les études, et sa filiale BSR Technologies pour l’exécution.

En outre, Cofely va réaliser et exploiter également les 14 sous-stations d’alimentation (ou postes de livraison), ainsi que la centrale de production de gaz (via 3 chaudières) prévue pour l’appoint et le secours.
Au final, le futur éco-quartier Boule/Sainte-Geneviève, implanté dans un tissu urbain dense, sera chauffé à 39 % par la valorisation des eaux usées et 14 % par la géothermie. Le dispositif devrait permettre d’économiser 13 500 tonnes d’émissions de CO2 d’après les calculs de Cofely et Lyonnaise des Eaux.

Selon nos informations, Lyonnaise des Eaux aurait d’ores et déjà trois autres projets pour installer des réseaux de chaleur similaires dans le cadre de logements collectifs : l’un auprès d’un office public de HLM (OPH) ; deux autres avec des entreprises sociales de HLM (ESH).

Comment ça marche ?

A Nanterre, le réseau de chauffage et d’eau chaude sanitaire de l’éco-quartier Boule/Sainte-Geneviève s’appuie sur trois technologies : la valorisation de la chaleur des eaux usées, la géothermie et le gaz de ville.

Le dispositif Degrés Bleus s’appuie sur un échangeur thermique au fond des canalisations d’eaux usées. Il va permettre de récupérer les calories des eaux usées et les transférer à un fluide caloporteur.
Composé d’eau glycolée (dont la température passe de 4°C à 8°C au contact de l’échangeur), ce fluide alimente une pompe à chaleur qui assure le chauffage du bâtiment. Il circule en boucle fermée de l’intérieur des échangeurs à la chaufferie du bâtiment.
Constitué de plaques en inox, l’échangeur garantit la séparation du réseau de chauffage de celui des eaux usées.
Quant à la pompe à chaleur, elle va démultiplier les calories prélevées et élever la température jusqu’à ce qu’elle soit suffisante (entre 50°C et 63°C) pour le chauffage du bâtiment.

Système de chauffage à partir des eaux usées pour l’éco-quartier Boule/Sainte-Geneviève de Nanterre

Voir en plein écran

Un Plan Climat dès 2007

Maire de Nanterre, Patrick Jarry rappelle que « la commune fait partie des dix premières villes en France à avoir créer, dès février 2007, un PCT (Plan Climat Territorial), alors que ce document ne sera obligatoire qu’à partir de janvier prochain dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants ».
Dans sa commune, ce Plan a déjà permis l’installation d’une chaufferie bois (opérationnelle au cours du printemps) dans l’éco-quartier Hoche qui sera chauffé à 80 % grâce aux EnR.

Parmi les autres réalisations : la pose de 300 m² de panneaux photovoltaïques sur les toitures de deux groupes scolaires (environ 75 000 kWh produits depuis deux ans et demi, 6,4 tonnes de CO2 évitées par an) ; ou encore la construction d’un institut médico-éducatif.
« En septembre 2010, nous avons engagé avec le conseil régional la première réunion en vue de rendre cohérent notre PCT au futur schéma régional climat-air-énergie [le SRCAE a été créé par l’article 23 de la loi Grenelle 2 –ndlr] », précise Gaëlle Collignon, chef de projet PCT à la mairie de Nanterre.

Stéphane Vigliandi (Bulletin de l’industrie pétrolière)

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • « C’est une sacrée parenthèse »

    Cette semaine encore, Techni.Cités vous propose des témoignages d’ingénieurs des collectivités, qui sont sur le terrain et qui ont assuré la continuité des services pendant la crise sanitaire. Directeur de service technique, d’un syndicat d’eau, de déchet ...

  • Les transports publics menacés de faillite ?

    Les plans de soutien de l’Etat à coups de milliards d’euros pour les secteurs automobile et aérien font sortir de leurs gonds les élus chargés du transport public. Dans un courrier à Emmanuel Macron, ils réclament 4 milliards d'euros d'aides pour combler le ...

  • Loi d’orientation des mobilités et accessibilité

    Plusieurs mesures de la loi d’orientation des mobilités apportent de nouvelles solutions pour mieux prendre en charge le déplacement des personnes handicapées et à mobilité réduite dans des conditions d’accessibilité pour tous. ...

  • Les transports publics menacés de faillite ?

    Les plans de soutien de l’Etat à coups de milliards d’euros pour les secteurs automobile et aérien font sortir de leurs gonds les élus chargés du transport public. Dans un courrier à Emmanuel Macron, ils réclament 4 milliards d'euros d'aides pour combler le ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP