Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

dépenses de fonctionnement

Contrats financiers : France Urbaine appelle à « une amélioration du dispositif »

Publié le 03/01/2019 • Par Emilie Buono • dans : Actualité Club finances, France

AdobeStock_71551104_ okalinichenko
okalinichenko / Adobe Stock
Dans un courrier adressé au Premier ministre, France Urbaine demande que, "sans délai", le dispositif de contractualisation financière Etat-collectivités soit amélioré. Objectif ? Sortir les dépenses résultant d’un cofinancement du périmètre des contrats, afin de pas "décourager" l'accompagnement de politiques publiques nationales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Ne pas décourager les collectivités à mettre en œuvre des actions publiques cofinancées ». Voilà l’objectif de France Urbaine qui, dans un courrier adressé au Premier ministre et signé de son président, Jean-Luc Moudenc (voir ci-dessous), « appelle à une amélioration du dispositif [de contractualisation financière], sans délai ».

Selon l’association, les grandes villes, grandes agglomérations et métropoles concernées par cette contractualisation font part de difficultés à accompagner des politiques publiques nationales. Car, écrit Jean-Luc Moudenc, « en l’état actuel des textes, les dépenses résultant d’un cofinancement supplémentaire (de l’Etat, de collectivités, de l’Union européenne, des agences, etc.) ne font l’objet d’aucun traitement particulier, alors même que la charge nette pour le budget local est allégée ». Elles sont donc sont prises en compte intégralement dans le périmètre des dépenses réelles de fonctionnement (1) , même si « elles sont sans conséquence sur l’équilibre budgétaire ».

Et le maire de Toulouse de faire référence à la Cour des comptes qui pointe elle aussi, dans son dernier rapport sur les finances locales, le « risque de découragement des actions publiques cofinancées ».

« Injonctions contradictoires »

France urbaine regrette les « injonctions contradictoires auxquelles sont confrontées les collectivités », dans différents domaines (appels à projets européens et internationaux, initiatives culturelles, lutte contre la pauvreté et l’exclusion, etc., avec des moyens financiers). « Si ces nouvelles recettes apportées étaient dépensées, elles seraient susceptibles d’être reprises l’année suivante à hauteur de 75 % pour les collectivités signataires, et de 100 % pour les autres », souligne le courrier.

Ainsi, l’association demande que ces recettes apportées par des tiers soient retirées de l’assiette des dépenses réelles de fonctionnement, et ce sans attendre la clause de revoyure prévue à l’issue de la première année.

 

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 soumises au taux d'évolution de 1,2 % Retour au texte

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contrats financiers : France Urbaine appelle à « une amélioration du dispositif »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement