Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gilets jaunes

Les contours du grand débat national se précisent

Publié le 20/12/2018 • Par Brigitte Menguy Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

jouanno-chantal-cndp-debat
CNDP
En charge d'organiser le grand débat national lancé par Emmanuel Macron en réponse du mouvement des gilets jaunes, Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public détaille les modalités de cette consultation citoyenne d'un nouveau genre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Annoncé par Emmanuel Macron, le 10 décembre lors de son allocation télévisuelle, le grand débat national commence à prendre forme.

Douze ministres ont été réunis autour d’Edouard Philippe et du président de la République, le 18 décembre au soir, pour caler les grandes lignes de cette consultation nationale qualifiée de « sans précédent » par l’Elysée. Pour autant, c’est de la bouche de la présidente de la Commission nationale du débat, Chantal Jouanno, à qui l’organisation du grand débat a été confiée, qu’on apprend que celui-ci « doit avoir lieu à la plus petite échelle ».

En effet, lors de son intervention au micro de RTL mais aussi dans les colonnes du Parisien, l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy a détaillé, ce jeudi 19 décembre, les modalités de cette concertation nationale qui s’effectuera en deux temps.

Une première phase autour des maires

« J’ai été saisie par le Premier ministre pour commencer la phase de consultation préparatoire et j’ai reçu depuis une dizaine de jours énormément de monde : syndicats, associations d’élus, associations caritatives, partis politiques, Conseil économique et social.. » explique Chantal Jouanno à nos confrères du Parisien.

Une phase préparatoire qui durera jusqu’au 15 janvier et qui doit également permettre, selon les explications de l’Elysée, « de nourrir la dynamique portée au niveau des maires, qui ont déjà commencé à faire remonter le résultat de leurs échanges avec leurs administrés ».

Selon Le Canard Enchaîné du 19 décembre, le Premier ministre envisage de présider un comité de pilotage national qui « comprendra le président de l’Assemblée, le président du Sénat, le président du Cese et au moins un représentant des maires, sans doute François Baroin  (NDLR : le président de l’Association des maires de France) et peut-être le président de l’Association des maires ruraux de France ».

L’AMRF a gagné des points ces dernières semaines avec la tenue de cahiers de doléance dans les petites communes. D’après les dirigeants de l’Association des maires ruraux de France, l’initiative a été suivie dans plusieurs milliers de municipalités, générant plusieurs dizaines de milliers de contributions.

Certains premiers magistrats se méfient tout de même du grand débat, redoutant que le gouvernement leur transmette la patate chaude… Du côté de certains membres de l’exécutif, on craint, a contrario, que la consultation soit l’occasion pour des maires de démarrer leur campagne des municipales de mars 2020.

Une seconde phase autour des citoyens

Mais la seconde phase du débat qui durera deux mois, de mi-janvier à mi-mars, appartiendra aux citoyens autour des 4 thèmes définis la semaine dernière par le Premier ministre : « transition écologique », « fiscalité », « services publics » et « citoyenneté ». A noter, à ce propos, que la question de l’« immigration », un temps annoncée comme cinquième thème, a finalement disparu.

Au micro de RTL, Chantal Jouanno a confirmé sa volonté de laisser les citoyens s’emparer des débats et des sujets tout en mettant en garde les pouvoirs publics des potentielles « surprises » que cela pourrait impliquer.

« Le principe de ce débat – et c’est finalement ce qui garantit sa neutralité, son indépendance -c’est que toutes les initiatives émanent du terrain », a ajouté la présidente de la Commission nationale du débat public qui souhaite que ce débat ait lieu « à la plus petite échelle ».

Car concrètement, cette deuxième phase se veut être une remise totale des clés du débat aux mains des citoyens. « Nous devons juste être des facilitateurs du débat public » a affirmé Chantal Jouanno dans les colonnes du Parisien. Ainsi, la CNDP fournira documents méthodologiques sous forme de « kit » ainsi que la mise à disposition d’une « plateforme numérique » et une « équipe dédiée ».

Enfin, Chantal Jouanno insiste sur la disponibilité d’un vivier de 250 garants déployés partout en France afin que « si une association, un syndicat, un maire de village ou encore un comité de quartier veut porter un débat sur son territoire, il puisse le faire ».

A l’issue de ce grand débat, Chantal Jouanno promet que les résultats seront « synthétisés dans un rapport général avec constat, vision de la société exprimée et propositions qui servira de base aux décisions du gouvernement ».

Un grand débat, plusieurs consultations

Parallèlement, ce grand débat créé des émulations de toutes parts. Le Conseil économique, social et environnemental a dégainé le premier en lançant dès le 15 décembre sa propre consultation en ligne « afin de mieux cerner l’ensemble des attentes des citoyens ». A ce jour, elle compte déjà 1300 contributions. Même démarche du côté du privé où l’association « Parlement et citoyens » lance vendredi 21 décembre une consultation numérique sur le référendum d’initiative citoyenne. L’idée : offrir un espace neutre de dialogue entre parlementaires et citoyens sur une des revendications majeures des gilets jaunes

Enfin, côté élus de la majorité, treize « référents régionaux » ont été désignés pour organiser l’action des députés LREM durant la concertation, de même que cinq référents thématiques pour « analyser et expertiser les remontées terrain ».

 

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les contours du grand débat national se précisent

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Marc

24/12/2018 10h38

De qui se moque-t-on?
Le gouvernement:
« promet ». il y a bien longtemps que les citoyens n ont plus confiance,
 » résultats « synthétisés ». Très fort de synthétiser toutes les doléances sur des thèmes aussi larges… sauf à biaiser, noyer le poisson,
 » servira de base aux décisions du gouvernement ». Façon de dire cause toujours tu m interresses.
… Et les élus locaux foncent dans le panneau !! Quelle bande de….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement