Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Statistiques

Les agressions contre les sapeurs-pompiers toujours en hausse

Publié le 19/12/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

casque 1
frederic le guay - Fotolia
En 2017, plus de 2800 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victimes d'une agression au cours d'une intervention, un chiffre en augmentation de 23% par rapport à 2016, selon un bilan de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. La Fédération nationale des sapeurs-pompiers demande "une réponse ferme et rapide de l’État".

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Agressions verbales, physiques, jets de projectiles, menaces… Les sapeurs-pompiers ont connu en 2017 une hausse de 23% du nombre d’agressions à leur encontre, révèle l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), dans une note publiée le 19 décembre.

Ils sont 2 813 à se déclarer victimes, contre 2 280 l’année précédente. Ce sont ainsi six pompiers agressés pour 10 000 interventions, un chiffre qui a fortement augmenté au cours des dix dernières années.

Voici les principaux chiffres à retenir dans un contexte de hausse des interventions (+2%) entre 2016 et 2017 : 

  • La moitié des sapeurs-pompiers agressés étaient des professionnels, 10% sont des militaires et 40% des volontaires. Ces derniers connaissent une augmentation de 22% du nombre d’agressions à leur encontre.
  • Comme en 2016, c’est la Nouvelle-Aquitaine qui détient le triste record du plus grand nombre d’agressions, avec 527 attaques déclarées. La région Bourgogne-Franche-Comté a pour sa part enregistré une hausse de 182% du nombre d’agressions, passant de 89 à 251. La Corse n’a, comme l’année dernière, pas déclaré d’agressions de sapeurs-pompiers en 2017.
  • Si le taux de plainte a légèrement augmenté par rapport à 2016, ils sont encore un-tiers à ne pas avoir déposé plainte.
  • Les agressions ont entraîné 955 journées d’arrêt de travail, soit 0,3 jour par agression, un chiffre en baisse.
  • 382 véhicules ont été détériorés, un chiffre en augmentation de 8%. Le préjudice est estimé à 290 300 euros.

La FNSPF demande « une réponse forte et globale »

Face à l’augmentation du nombre d’agressions, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France appelle à « l’adoption rapide de mesures fortes pour enrayer le phénomène ». Elle rappelle que l’expérimentation des caméras-piétons, autorisée par la loi du 3 août dernier, doit commencer « début 2019 dans une quinzaine de départements, après la parution, attendue prochainement, du décret d’application ». Elle estime néanmoins que « cette mesure ne saurait à elle seule répondre à l’importance de la problématique des agressions » et réclame « une réponse forte et globale à travers quatre mesures prioritaires » :

  • Une meilleure connaissance du cadre d’activité des sapeurs-pompiers par la population, grâce à un « maintien du maillage territorial » et à un « renforcement de la présence des services d’incendie et de secours dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ;
  • La mise en place de centres départementaux de réception des appels d’urgence commun (112), une mesure qui n’est pourtant pas préconisée dans le rapport d’évaluation sur le secours d’urgence aux personnes ;
  • La garantie de l’anonymisation des dépôts de plainte, alors qu’une proposition de loi a été déposée le 30 octobre par le président du groupe socialiste du Sénat, Patrick Kanner ;
  • Une chaîne pénale plus efficace et effective.

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les agressions contre les sapeurs-pompiers toujours en hausse

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement