Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie participative

Grand débat national : à peine annoncé, déjà critiqué

Publié le 13/12/2018 • Par Brigitte Menguy Laura Fernandez Rodriguez Romain Mazon • dans : France

A la colère des gilets jaunes, Emmanuel Macron a voulu (aussi) répondre en terme de débat démocratique par le lancement d’une grande consultation nationale des citoyens dont Edouard Philippe a détaillé les contours lors du dernier Conseil des ministres. Mais déjà les premières critiques se font entendre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Parce que les solutions apportées aux difficultés concrètes des Français ne peuvent plus être conçues exclusivement depuis le pouvoir central, la concertation qui s’engage doit se construire en prenant appui sur les territoires et les acteurs locaux, en particulier les maires, que le Président de la République rencontrera dans les semaines à venir région par région ».
C’est en ces termes que le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté devant les ministres, ce 12 décembre, le grand débat national annoncé deux jours plus tôt par Emmanuel Macron lors de son allocation aux Français.

L’idée présidentielle, qui s’ouvre pour 3 mois sur tous les territoires, est de permettre aux citoyens de s’exprimer sur la transition écologique, la fiscalité et les services publics, l’évolution du débat démocratique et l’immigration. Un vaste chantier confié dans un premier temps à la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno qui a jusqu’à ce samedi pour définir les modalités d’organisation du débat.

Mais les critiques ont été rapides. «  Il est illusoire de penser qu’on pourra avoir une concertation réussie en

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand débat national : à peine annoncé, déjà critiqué

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

14/12/2018 11h26

Tout ne se fera pas en un jour; lorsqu’on détecte une aberration sociale, ne peut-on pas y mettre fin puis s’attaquer à une autre, patiemment ?
Fake news ? les employés du parlement seraient surpayés (3 fois plus qu’ailleurs dans l’administration ou les entreprises sans justification autre que la négligence historique et irresponsable des parlementaires); si cela est vrai, à rendre public et à réparer pour le redistribuer plus justement. Cela ne date pas d’hier. De même pour les avantages excessifs de nos bien inutiles sénateurs.
Il y a du grain à moudre sans esprit partisan ni démagogie.

Jean-marc

17/12/2018 01h01

Et voila comment noyer le poisson…
Nos chers élus locaux, trop content, de revenir sur le devant de la scènes face à un système hyper présidentiel, vont pouvoir s’afficher et revenir sous les projecteurs.

Se rendent-ils compte qu’en rentrant dans ce jeu, ils risquent d’encaisser la fureur, la haine et toute la violence jusque là encore « un peu » maîtrisée des citoyens ?
N’est-ce pas un cadeau empoisonné de Macron ? Une nouvelle compétence transférée de l’Etat vers les communes: la compétence « sonotone »?

Le Référendum d’initiative citoyenne est une revendication majeure des gilets jaunes. L’élargissement du référendum est également réclamé par de nombreuses personnalités politiques, tous bords confondus, même LREM.
Cet outil de participation citoyenne qui serait inscrit dans la constitution ne mérite-t-il pas un débat majeur spécifique?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement