Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Loi mobilités

Qui va payer pour desservir les territoires isolés ?

Publié le 12/12/2018 • Par Nathalie Arensonas • dans : A la une, Actu experts finances, actus experts technique, France

AdobeStock_37165286_LuluBerlu
LuluBerlu / AdobeStock
Un des enjeux principaux du projet de loi d’orientation des mobilités est de couvrir tout le territoire, et notamment les zones isolées qui sont situées dans le périurbain et le rural. Mais ce texte reste flou sur les ressources financières qui seront mises à disposition des collectivités pour déployer leurs offres de déplacement. Plusieurs pistes sont néanmoins à l'étude.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pour les acteurs des nouvelles mobilités (covoiturage, autopartage, voiture électrique, vélo, trottinette en free floating), le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) ouvre de belles perspectives. Mais ils s’occuperont en priorité des zones denses, leur modèle économique ne leur permettant pas de s’aventurer dans le périurbain et les zones rurales. Or, c’est l’un des enjeux clés de la « LOM » que de répondre aux besoins de mobilité de ces territoires non desservis, qui représentent 80 % de la France. Là où, selon les mots de la ministre des Transports Elisabeth Borne, les habitants sont « assignés à résidence » s’ils n’ont pas de voiture.

Elisabeth Borne le répète à l’envi : sa loi est « une boîte à outils construite avec les territoires, et pour les ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Qui va payer pour desservir les territoires isolés ?

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

13/12/2018 10h58

Il y a quelques années, j’ai acheté une maison en périphérie d’agglo, bien moins chère qu’en agglo, avec des taxes locales moindres et moins de services que dans l’agglo. Je ne regrette pas ce choix de l’époque qui m’obligeait à me déplacer en VL tout le temps.
Désormais, j’habite en ville, avec beaucoup plus de services de proximité, un prix d’achat bien plus élevé qu’avant, des taxes locales qui ont doublé. Plus facile de me déplacer sans VL.
C’est un choix personnel autant qu’un calcul; il faut arrêter ces jérémiades !

jean-marc

13/12/2018 05h38

Bonjour,
Si certain ont le choix d’habiter en ville plutôt qu’à la campagne, tant mieux pour eux. Mais il faut quand même savoir que la plupart des citoyens vont vers les territoires où il y a de l’emploi (beaucoup traversent la rue). Beaucoup utilisent leur voiture et, contrat à durée déterminée oblige, changent souvent de lieu d’emploi… Doivent-ils pour autant déménager à chaque fois ? quel impact des frais de mutation ? Cela aussi intervient dans la mobilité!
Cependant je crains de ne pas saisir la portée du mot « jérémiades ».
Pourquoi une loi d’orientation des mobilités si ce n’est pour changer ou recadrer le comportement des citoyens?
Maintenant si, dans un esprit de solidarité, cette loi prévoit que les taxes locales dans les agglos et métropoles doivent doubler ou tripler pour financer les transports en commun dans les zones rurales c’est très bien! Mais peut-être allez vous vous plaindre ?

pov citoyen

14/12/2018 11h51

Bonjour,
merci de cette réponse apaisée peut-être en opposition avec mon propos.
J’ai déménagé 12 fois pour raisons professionnelles à ce jour, et à chaque fois, c’est un dilemme entre qualité de la vie, vie de famille, couts d’achats ou de location, dépenses et temps de transports, etc. Choix personnels raisonnés adaptés à la situation et je ne me plains pas.
On peut aussi comprendre que pour certains, c’est un non choix mais je me rappelle encore de ces combats d’un village périphérique défendant (normal) ses taxes locales basses (1000€ par an voire beaucoup plus) et son utilisation active des services de la ville centre.
Il faut juste que les choses soient connues et posées clairement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement