Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise des gilets jaunes

Les élus locaux, porte-voix de la France des ronds-points à l’Elysée

Publié le 10/12/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Elysée
Gazette
Reçus en compagnie d’autres corps intermédiaires par Emmanuel Macron, les présidents des associations d’élus locaux n’ont pas pris de gant. Ils ont pointé du doigt la fracture entre le pouvoir central et les habitants de la France rurale et péri-urbaine

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Opération  reconquête des élus locaux saison 2. Après le lancement en octobre du grand ministère des Territoires de Jacqueline Gourault, Emmanuel Macron a convié ce 10 décembre les patrons d’associations d’élus locaux. Au même titre que les représentants des syndicats, du Conseil économique, social et environnemental et du Parlement, les édiles ont été invités à apporter leur contribution à la résolution de la crise des gilets jaunes. Un échange-fleuve, de plus de quatre heures au cours duquel Emmanuel Macron n’a soufflé mot du contenu de son allocution télévisée de 20 h. Le Président a simplement souhaité « construire un nouveau compromis national à ciel ouvert ». Un consensus qui reste à établir.

Si toutes les associations d’élus ont souhaité une sortie de crise, leurs représentants n’ont pas mâché leurs mots. Certains d’entre eux se sont même faits les porte-voix des gilets jaunes qui occupent les ronds-points de la France rurale et péri-urbaine. « L’Etat n’a plus aucun crédit vis-à-vis de la population », a jugé le patron de l’Association des maires ruraux de France, Vanik Berberian (Sans étiquette). Le patron de Régions de France Hervé Morin (UDI) s’est, lui, élevé contre le poids accordé à la technostructure.

D’après plusieurs sources convergentes, son collègue des maires de France François Baroin (LR) a rappelé le passif entre l’Etat macronien et les élus locaux. Un propos dans le droit fil du combat contre « l’ultra-centralisation » que mène Territoires Unis, le club qu’il a formé avec l’Assemblée des départements de France et Régions de France.

Les critères de Maastricht sur la sellette

François Baroin a appelé Emmanuel Macron à prendre des libertés avec les critères de Maastricht. Il a même fait une offre de service pour plaider, au côté du Président la cause de la France à Bruxelles. Une démarche qu’approuve son collègue de l’Association des petites villes de France, Christophe Bouillon. Pour le député socialiste aussi, il faut « desserrer l’étau budgétaire européen ».

Par ailleurs, Christophe Bouillon a souhaité corriger les dommages collatéraux de la « métropolisation galopante ». Vanik Berberian en a profité pour prôner des dotations versées par l’Etat aux collectivités : « Aujourd’hui, un habitant touche deux fois plus en ville qu’à la campagne. Il faut que cela cesse. Le but de tout ça, ce n’est pas de construire une piscine et une salle de spectacle dans chaque commune, mais de garantir une offre de transport, partout. » De son côté, le président de l’Assemblée des communautés de France, Jean-Luc Rigaut (UDI), a souhaité sortir du « bric-à-brac de la fiscalité locale ».

Cahiers de doléance dans les hôtels de ville

Dans cette crise, les édiles se posent en médiateurs. « Entre la démocratie des ronds-points et la démocratie des salons, il y a l’échelon local qui, contrairement au niveau national, n’est pas désavoué », avance Christophe Bouillon. A l’initiative de l’APVF et de l’AMRF, des cahiers de  doléance ont été ouverts dans les mairies ce week-end.
Une initiative également reprise par de plus grandes villes comme Saint-Etienne, dirigée par Gaël Perdriau (Ex-LR). Un peu partout, cette démarche sera prolongée durant cette semaine et peut-être même au-delà.  « Les gens, qui savent comment on vit, nous considèrent comme leurs porte-paroles naturels », se réjouit Vanik Berberian.

Les édiles feront office d’animateurs des débats locaux que le Gouvernement compte organiser du 15 décembre au 1er mars.

Lors d’une réunion, le 7 décembre avec les associations d’élus, la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault s’est engagée en ce sens. Emmanuel Macron l’a confirmé. « Le  rôle des élus locaux est capital pour le Président », se réjouit Christophe Bouillon.

Les maires, animateurs naturels du débat

Les maires, « porteurs d’une petite partie de République sont les plus à même à mener ces débats», a  considéré Jean-Luc Rigaut. « Il faut y aller à pied, en vélo, en bus s’il le faut », a lancé l’ancien sportif de haut niveau à sa sortie de l’Elysée.

Des remontées de la base en décembre-janvier qui, selon l’ADCF, doivent se prolonger par des assises territoriales dans le cadre des bassins de vie domicile-emploi. Des rencontres à l’échelle, selon les cas, d’une ou plusieurs intercommunalités. C’est là, entre février et mars, dans le cadre d’assises territoriales, que l’ADCF souhaite voir évoquées trois thématiques au cœur de la crise des gilets jaunes : la mobilité, le logement et l’énergie.

« Les conclusions de tous ces échanges ne doivent pas être portées par les préfets de département, mais par la commission nationale du débat public », a précisé Jean-Luc Rigaut. Une approche que ne partagent pas forcément toutes les associations d’élus. L’ADF manifeste naturellement son attachement au cadre départemental. Tel est aussi le cas de l’Association des maires ruraux de France.

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les élus locaux, porte-voix de la France des ronds-points à l’Elysée

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement