Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Social

Emmanuel Macron veut bâtir avec les maires un nouveau contrat national

Publié le 10/12/2018 • Par Emilie Buono Hervé Jouanneau Jean-Marc Joannès • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

Macron-tv-101218
Capture d
Après avoir rencontré lundi les associations d'élus et les partenaires sociaux pendant près de quatre heures, l'intervention du chef de l'Etat était particulièrement attendue. Au cours d'une allocution préenregistrée de 13 minutes, Emmanuel Macron, s'est montré peu disert sur les préoccupations des élus locaux et des agents publics. Si la plupart des mesures destinées à relancer le pouvoir d'achat sont principalement tournées vers le monde privé, le président de la République a annoncé son intention de faire un tour de France des régions pour répondre aux questions essentielles du pays, avec les maires, "qui portent la République sur le terrain".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’était sans doute son intervention la plus attendue depuis son élection à la tête du pays. Près d’un mois après le début de la crise des « gilets jaunes », marquée par des manifestations particulièrement violentes et des blocages dans de nombreuses villes de France, Emmanuel Macron, s’est adressé ce lundi 10 décembre à la Nation lors d’une allocution télévisée solennelle.

Une prise de parole périlleuse destinée à désamorcer une crise sociale aux apparences incontrôlables et à répondre à des revendications exprimées dans la colère.

« Ce sont quarante années de malaise qui ressurgissent : malaise des travailleurs qui ne s’y retrouvent plus ; malaise des territoires, villages comme quartiers où on voit les services publics se réduire et le cadre de vie disparaître ; malaise démocratique où se développe le sentiment de ne pas être entendu ; malaise face aux changements de notre société, à une laïcité bousculée et devant des modes de vie qui créent des barrières, de la distance » a d’emblée planté le chef de l’Etat, avant de décréter un « état d’urgence économique et social ».

Améliorer le pouvoir d’achat

Affirmant, en forme de contrition, être allé trop lentement et reconnaissant « des maladresses », le président de la République demande au gouvernement et au Parlement de faire vite, dès le début 2019. Aller plus loin, dans le langage présidentiel, cela signifie « prendre des mesures fortes tout en assurant une meilleure maîtrise des dépenses ». Tout en donnant une piste : « Les bonnes solutions viendront du terrain ».

Au-delà des mesures à court-terme en faveur du pouvoir d’achat, comme la délivrance d’une prime de fin d’année « par les entreprises qui le peuvent », sans impôts ni charges, la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités qui gagnent moins de 2000 euros par mois, la défiscalisation des heures supplémentaires ou encore la hausse de 100 euros du SMIC, Emmanuel Macron a mis sur la table une série de « questions essentielles à la Nation ».

Parmi celles-ci, a-t-il déclaré, « je veux que soit posée la question de l’organisation de l’Etat, de la manière dont il est gouverné et administré depuis Paris, sans doute trop centralisé depuis des décennies. Et la question du service public dans tous nos territoires. »

Organisation de l’Etat à revoir

Sans précédent, ce débat national sera conduit au niveau national, mais aussi « partout sur le terrain ». La méthode ? S’appuyer sur les maires.
« Il est des interlocuteurs naturels, des citoyens qui doivent recevoir les demandes et s’en faire les relais : ce sont les maires ; ils portent la République sur le terrain. C’est pourquoi je rencontrerai moi-même les maires de France, région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la Nation. »

Autre chantier avancé : « les questions qui touchent à la représentation ; la possibilité de voir les courants d’opinion mieux entendus dans leur diversité, une loi électorale plus juste, la prise en compte du vote blanc et même que soient admis à participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis ».

Des mesures qui pourraient alimenter le projet de révision constitutionnelle…  une expression que le président de la République a cependant pris soin de ne pas utiliser.

Enfin, le chef de l’Etat s’est engagé à poser la question « de l’équilibre de notre fiscalité, pour qu’elle permette à la fois la justice et l’efficacité du pays », sans plus de précisions.

Pour mémoire, une réforme de la fiscalité locale, devant notamment compenser la disparition de la taxe d’habitation – dont le président de la République n’a pas fait mention dans son allocution – et concertée avec les élus locaux, doit être présentée au printemps prochain, pour une adoption espérée avant l’été.

Pour voir ou revoir l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron :

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emmanuel Macron veut bâtir avec les maires un nouveau contrat national

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement