Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Protection de l'enfance

À Agen, les jeunes victimes de l’inceste bénéficient d’un accompagnement spécifique

Publié le 20/05/2020 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social

victime inceste protection enfance écoute
©photopitu - stock.adobe.com
Avec une vingtaine d’années d’existence, la maison Jean-Bru à Agen a pensé et mis en actes un accompagnement spécifique pour les mineures victimes d’abus sexuels dans leur famille. Alors que la faiblesse de la prise en charge de l’inceste est régulièrement ciblée, l’équipe continue d’actualiser ses pratiques et sert d’appui pour les professionnels de l’aide sociale à l’enfance.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par Judith Chetrit

Cette adolescente de 15 ans est arrivée à la maison Jean-Bru (1) à Agen à l’âge de dix ans et demi. Dans le film « Inceste, à hurler du silence » d’Hélène Trigueros, son visage a été flouté, mais on distingue sa silhouette hésitante sur le pas de la porte et ses mains s’agitant sur ses bracelets. On entend aussi les larmes dans sa voix lorsqu’elle s’adresse à trois éducatrices. « J’ai la haine contre lui mais des fois, je me dis que ça me manque de ne pas avoir de père ». Il y a quatre ans, son arrivée a été tumultueuse. « C’était très compliqué de ne vivre qu’avec des jeunes filles qui ont été aussi abusées. Ça me rappelait encore plus mon histoire. Mais cela me soulageait : enfin, j’étais reconnue victime, enfin on me croyait ».

Ultime recours

Depuis ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

À Agen, les jeunes victimes de l’inceste bénéficient d’un accompagnement spécifique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement