Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • La nouvelle route du littoral, ou comment limiter l’impact environnemental d’un chantier

Aménagement

La nouvelle route du littoral, ou comment limiter l’impact environnemental d’un chantier

Publié le 14/12/2018 • Par Hélène Huteau • dans : France, Innovations et Territoires

Ile de La Réunion
D.R.
Les travaux de la route du littoral vont sécuriser les déplacements. Des mesures environnementales inédites tentent de compenser cette artificialisation. La plupart des habitants de La Réunion sont concernés par cet axe qui relie Le Port à Saint-Denis, ainsi que les villes de la côte ouest. La région a pris la main sur cette route nationale, après vingt ans d’attente, mais le budget, en dépassement de 15 %, n’est pas bouclé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Impressionnant, le viaduc de la nouvelle route du littoral (NRL) à La Réunion avance, à 30 mètres au-dessus des flots, à raison de 240 mètres par mois, tel un gigantesque serpent de mer de 28 mètres de large. Le projet permettra de sécuriser la liaison entre Le Port et la « capitale », Saint-Denis, par quatre voies, une voie de bus, pouvant accepter le tramway, et une piste cyclable. L’actuelle route (RN1) en pied de falaise, cordon ombilical de l’île, est en bout de course et menace d’éboulements les 65 000 véhicules qui l’empruntent quotidiennement. Quand elle n’est pas fermée (une centaine de demi-journées par an), elle passe de quatre à deux voies, ce qui congestionne la ville, empêchant une partie des Réunionnais de se rendre à leur travail. « Même réduite à deux voies, c’est un véritable handicap pour notre économie », souligne Dominique Fourcade, vice-président de la région, chargé du projet « NRL ».

Après des tergiversations avec l’Etat, la région a pris la main sur ce chantier de route nationale, à la configuration exceptionnelle. Les travaux ont débuté en 2014, vingt ans après les premières études. Très attendue, la NRL fait pourtant l’objet de nombreuses polémiques. Le ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La nouvelle route du littoral, ou comment limiter l’impact environnemental d’un chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement