Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cloud

« Le futur du numérique est dans le nuage » – Vincent Roberti

Publié le 05/12/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : France

7557181168_91f4af2d99_z
Flickr cc by FutUndBeidl
Dans un entretien à la Gazette des communes, Vincent Roberti, responsable du pôle Cloud de la Dinsic, revient sur la « doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’administration », et explique comment elle s'appliquera aux collectivités territoriales.

Une circulaire du cabinet du Premier ministre du 8 novembre présente la « doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’administration ». Vincent Roberti, responsable du pôle Cloud de la Dinsic, revient avec nous sur ce document, qui a pour objectif de développer massivement l’utilisation du cloud au sein de l’administration, et à terme d’en faire la norme.

Pouvez-vous revenir sur cette doctrine ? Que contient-elle ? Quel est son objectif ?

Vincent Roberti : La doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’administration a pour objectif d’orienter les actions futures de l’Etat et des collectivités territoriales en la matière. Mais elle n’a pas valeur d’obligation. Elle est incitative. Elle affirme une tendance. Ce texte a vocation à rester d’actualité pour les 4 ou 5 prochaines années.

Ce document résulte d’une réflexion profonde, avec notamment de nombreux ateliers menés dans le cadre des travaux du programme « Action Publique 2022 ». Nous en sommes arrivés à la conclusion que le cloud doit être la priorité pour demain. L’objectif est donc de passer massivement à l’informatique en nuage.

Bien sûr, l’Etat et les collectivités territoriales n’ont pas attendu la publication d’une doctrine pour utiliser le cloud. Mais désormais, il faut aller plus loin. Il faut s’organiser pour passer à l’échelle. C’est l’objectif de ce texte.

Pour cela, nous proposerons différentes solutions, à utiliser en fonction de la sensibilité des données et de l’usage qui en est fait. Cette offre est constituée de trois cercles. Le premier est un cloud interne pour les données tactiques, souveraines, qui nécessitent une maîtrise de bout à bout ; le deuxième est un cloud dédié, pour le moment en stand-by, qui se fera en partenariat avec un industriel unique ; et le troisième cercle est un cloud externe, qui rendra éligible un grand nombre d’offres sur un portail numérique unique. Ce troisième cercle permettra d’accueillir les données, les traitements et les applications les moins sensibles.

Nous travaillons en priorité sur la mise en place des cercles 1 et 3, c’est-à-dire sur les cloud interne et externe. Le premier cercle s’adressera dans un premier temps uniquement aux ministères. A plus long terme, les collectivités pourront en bénéficier. Le troisième cercle concernera les collectivités, comme toutes les entités publiques ayant accès à l’Ugap, dès sa mise en œuvre.

Pourquoi est-il si important que l’ensemble de l’administration passe au cloud ?

VR : Le futur du numérique est dans le nuage. L’objectif est avant tout de gagner du temps et de l’argent sur les grands projets informatiques. Là où on mettait cinq ou six ans à développer une application, on ne mettra plus que quelques mois. Car le cloud facilite la mise en place d’une logique de briques, réutilisables par l’ensemble des services. C’est l’idée d’Etat-plateforme.
Une administration qui voudra développer une application complexe pourra aller piocher dans le cloud une brique d’identification, une brique de paiement, une brique de chiffrement… Elle n’aura plus à tout développer elle-même. Le cloud permet ainsi d’industrialiser le développement par briques.

Cela permettra par exemple d’éviter la situation actuelle, dans laquelle il existe 17 horloges différentes au sein de l’Etat, qui ne sont même pas synchronisées.

Quelles sont les possibilités d’action des collectivités territoriales ?

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Le futur du numérique est dans le nuage » – Vincent Roberti

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement