Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transition énergétique

Gilets jaunes : les élus locaux réagissent au gel de la fiscalité énergie

Publié le 04/12/2018 • Par Arnaud Garrigues Laura Fernandez Rodriguez • dans : A la une, France

edouard-philippe-600x400
PM
Le Premier ministre a finalement annoncé un moratoire sur la hausse des taxes sur le carburant ainsi que celles des tarifs de l'électricité et du gaz. Réagissant à ces nouvelles mesures, les représentants des associations de collectivités ont appelé à aller plus loin, dans une logique de solidarité territoriale.

La situation était devenue intenable pour le gouvernement face à la pression des gilets jaunes. Au lendemain d’une série de rencontres avec les responsables politiques, le Premier ministre a donc annoncé ce 4 décembre un moratoire de 6 mois sur plusieurs mesures emblématiques.

Une pause de la fiscalité sur les carburants

En premier lieu, c’est bien évidemment la fiscalité des carburants qui est visée, avec le report de la hausse de la taxe carbone sur l’essence, le diesel et le fioul. Le rattrapage du prix du diesel sur l’essence et la fin de la niche fiscale sur le gazole entrepreneur non routier (1) sont également reportées. Pour le gouvernement, c’est un manque à gagner important qui est estimé à près de 2 milliards d’euros .

Le gel vise aussi les tarifs réglementés de ventes (TRV) de l’électricité et du gaz, qui devaient connaitre une hausse conséquente au 1er janvier 2019, et qui concernent près de 80% des clients particuliers.

Gaz et électricité : un gel plus ou moins sincère

On se souvient que de précédents gouvernements ont tenté de geler la hausse des tarifs de l’électricité ; à chaque fois, cette décision a été cassée par le Conseil d’Etat, entrainant une ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gilets jaunes : les élus locaux réagissent au gel de la fiscalité énergie

Votre e-mail ne sera pas publié

manava décarbonate

04/12/2018 10h11

bonsoir,

ceci est une grave reculade du gouvernement ; il suffit de protester et de casser dans la rue pour obtenir ce qu’on désire… la transition énergétique attendra ; alors, tous dans la rue le 8 décembre prochain pour défendre le climat ; mais nous les décarbonateurs, nous savons et saurons manifester calmement sans besoin de casser pour obtenir des mesures pour décarbonater l’économie européenne (pour tourner le dos et dire non aux énergies fossiles) comme nous l’avons fait la dernière fois :
– instituer la voiture à deux litres au cent par une loi (les voiture consommant plus de six litres au cent à la casse) ;
– un impôt sur la fortune motorisée pour financer les transports en commun devenant gratuit ;
– une agriculture biologique ;
– passoires thermiques à rénover ; tout miser sur l’isolation des bâtiments par la loi ; des pompes à chaleur au lieu des chaudières au fioul ou au gaz de ville;
– la sortie des 58 réacteurs nucléaires du mix énergétique ; ils sont bas carbone ; stop ; on y touche plus (héritage gaulliste ; seule industrie encore viable en France)
– une économie de 144 milliards d’euros en arrêtant tout de suite de soutenir l’éolien et le PV ;
– ces 144 milliards seraient utiles pour mettre en oeuvre les mesures décrites ci-dessus ;

vite ; il est grand temps car la France est aux abonnés absents à la COP 24 ;

Henri Tanson

05/12/2018 07h55

Cette crise des gilets jaunes n’est pas juste l’occasion d’un moratoire de six mois pour laisser un peu l’opinion, et le peuple, se préparer à ce qui les attend, c’est plutôt l’occasion pour nos responsables de remettre à plat toute la politique menée depuis trente ans, et même soixante ans de construction européenne, de politique néolibérale, d’appauvrissement continue du pays, (balance commerciale largement en déséquilibre), d’appauvrissement de la classe moyenne, de destruction de notre modèle économique et social.
Toute cette politique a prouvé qu’elle n’était pas la bonne; il est temps de chercher et de trouver une autre voie; et pas de remettre à dans six mois, de nouvelles hausses de prélèvements !
Si c’est ça que le gouvernement a prévu, il n’a décidément pas envie de comprendre les Français.
Mais peut-être que ce n’est pas ça son problème ?…

ratonus

05/12/2018 01h50

Il faudrait que certains élus locaux qui se plaignent maintenant reconnaissent qu’ils sont aussi responsables du fait que les déplacements sont de plus en plus nombreux pour aller au travail, faire ses courses.
L’aménagement du territoires est de leur responsabilité. Qui a autorisé l’implantation de zones commerciales en dehors des villes? (cf Sens, Auxerre). Et maintenant, ils réclament des aides pour revitaliser les centres-villes …
Il manque tout de même une réflexion à long terme.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement