Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • « La Chambre régionale des comptes présente des chiffres délirants », selon François Dagnaud

Propreté

« La Chambre régionale des comptes présente des chiffres délirants », selon François Dagnaud

Publié le 16/03/2011 • Par Laurence Madoui • dans : Régions

François Dagnaud, adjoint au maire de Paris, en charge de la propreté et du traitement des déchets réagit aux chiffres publiés dans le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes. Il met en avant la pénibilité des métiers de la propreté et les conditions de travail protectrices offertes par la ville de Paris.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La Gazette : Un rapport de la Chambre régionale des comptes, transmis au maire de Paris en décembre 2010, souligne l’absentéisme des agents du service propreté de la ville, « le plus élevé de toute l’administration parisienne ». A quoi tient l’importance des défections ?

François Dagnaud : Le document met en avant un taux d’absentéisme de 12,5 % atteint fin 2008. Depuis, il a été stabilisé et légèrement infléchi. Ce chiffre de 12,5 % se décompose  :

  • en 9 points liés à des raisons médicales,
  • 3 points imputables à des accidents de travail
  • et 0,5 point d’absence injustifiée.

Les métiers de la propreté enregistrent en effet des niveaux record d’absentéisme, non car ils seraient exercés par des flemmards mais simplement car ils recouvrent des taches physiquement pénibles.
Embaucher à cinq heures du matin pour nettoyer les rues ou vider les poubelles est sûrement moins confortable que de travailler dans les bureaux de la Chambre régionale des comptes.

Le rapport relève également une moindre productivité de la régie par rapport aux intervenants des sociétés privées. Comment expliquer que les performances de collecte varient du simple au double ?

La Chambre régionale des comptes (CRC) mélange des carottes et des navets pour aboutir à un ratio de 570 tonnes collectées par poste dans le privé (qui intervient sur dix arrondissements) contre 284 tonnes en régie (dix autres arrondissements) en 2007. Ces chiffres sont tout bonnement délirants.
La CRC oublie de comptabiliser la collecte des encombrants, réalisée par les services de la ville sur les vingt arrondissements. Il s’agit là d’un service sur mesure, qui ne donne pas le même rendement que l’enlèvement de bacs en pied d’immeuble. Nous avons engagé auprès de la CRC une procédure de rectification pour erreur matérielle afin que soient corrigés les chiffres. En réintégrant la collecte des encombrants, l’écart de productivité avec les opérateurs privés n’est plus que de 15 %.

Même minorée, cette différence ne vous interpelle-t-elle pas ?

Nous l’assumons. Les agents travaillent 32 heures par semaine. Va-t-on nous faire le procès d’offrir des conditions de travail protectrices à des personnels qui effectuent un boulot pénible ? Faudrait-il nous aligner sur les pratiques du privé et contribuer au dumping social ? Nous sommes très conscients de l’impératif d’efficacité du service public et de bon usage de l’argent du contribuable. Mais devrions-nous à ce titre participer à la dégradation des conditions de travail de nos équipes ?

La CRC peine à établir le coût de la collecte à partir des documents produits par la ville. Comment parvenir à l’éclairer ?

Paris associe dans une même direction la collecte et la propreté. Cette polyvalence n’est pas synonyme de mauvaise gestion mais de gains liés à la mutualisation. Le gouvernement a demandé aux CRC de mener une série d’études dans les grandes métropoles, dans la perspective d’établir un référentiel de coûts et d’instaurer la redevance incitative, qui suppose la mise en place d’un budget annexe de collecte. On passe là d’une logique de service public – qui enlève les déchets grâce au financement par l’impôt – à celle d’un service marchand – qui fait payer une redevance en fonction des quantités de résidus déposés sur la voie publique. L’idée sous-jacente de la démarche est de dévaloriser le service public de la collecte, qu’il faudrait sortir des services municipaux.

Rappelons par ailleurs que la combinaison des missions de collecte et de propreté garantit le statut des éboueurs, qui leur permet de partir à la retraite à 55 ans. Le remettre en cause signifierait « mettre le feu à la boutique ». Là est le nœud de la polyvalence. Quelles que soient les démonstrations sur le fait que le secteur privé est peut-être un peu moins cher que la régie, il y a là une réalité politique et sociale avec laquelle droite et gauche devront composer.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La Chambre régionale des comptes présente des chiffres délirants », selon François Dagnaud

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement