Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Restauration collective

Davantage de bio dans les cantines scolaires à prix constants, c’est possible !

Publié le 14/12/2018 • Par Solange Fréminville • dans : France, Innovations et Territoires, Régions

Karelnoppe photography/Adobestock.All rights reserved.
L’alimentation issue de l’agriculture biologique est réputée plus chère. Pourtant, des collectivités atteignent 30 % d’achats bios dans la restauration, à coûts stables. La restauration collective publique cherche à améliorer la qualité des repas sans augmenter les dépenses pour les collectivités ni les prix pour les consommateurs. Trois moyens d’action ont été mis en place pour contenir les coûts : les achats directs à des producteurs locaux ; la réduction du gaspillage alimentaire ; les protéines végétales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Des pionniers du bio dans la restauration collective publique ont relevé le défi : améliorer la qualité de l’alimentation sans exploser leur budget. A Dijon (155 100 habitants), où le label vert a progressé rapidement, les dépenses sont sous contrôle. La valeur des denrées achetées par la restauration collective municipale s’élevait à 2,03 euros par assiette avec 11 % de bio en 2013. Elle n’a augmenté que de un centime en 2017, alors que la commune a porté cette part à 24 %. Autre exemple à Lons-le-Saunier (17 500 habitants, Jura), où, avec 23 % de bio, le coût moyen des denrées par assiette s’élève à 1,63 euro dans les cantines scolaires et à 2,04 euros en moyenne pour l’ensemble des établissements auxquels la cuisine centrale livre des repas (écoles, hôpital, maisons de retraite, etc.).

Chacun sa méthode, adaptée à son territoire et ses objectifs. Mais la plupart ont actionné trois leviers majeurs. Le premier : les achats directs à des producteurs locaux, à l’origine pour des raisons écologiques qui se sont avérées payantes sur le plan économique. Lons-le-Saunier en a fait son mantra. Au point que 90 % de ses achats bios sont d’origine locale. Dès les années 2 000, la commune a en effet incité les agriculteurs de son territoire à se convertir au label vert en leur offrant d’être leur premier client.

La baguette bio et locale à 80 centimes

La première filière organisée à Lons-le-Saunier a été celle du pain, avec une production de blé à proximité, dans le cadre d’une convention avec un groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec). Dans l’appel d’offres, de la farine de ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Davantage de bio dans les cantines scolaires à prix constants, c’est possible !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement