Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Baromètre des territoriaux

Approuvez-vous le nouveau plan contre la pauvreté ?

Publié le 10/12/2018 • Par Isabelle Raynaud • dans : Actu expert santé social, France

BAROMETRE_380x253
La Gazette / Pascale Distel
Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : approuvez-vous le plan de lutte contre la pauvreté d'Emmanuel Macron ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Mi-septembre, Emmanuel Macron a présenté la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Parmi les mesures figurent la fusion des certaines allocations (logement, RSA, prime d’activité), des petits-déjeuners pour les enfants dans les écoles en réseau d’éducation prioritaire (REP et REP +), une aide à l’ouverture de places en crèche et la formation des jeunes obligatoire jusqu’à 18 ans. La réception de ce plan semble néanmoins susciter peu d’enthousiasme chez les territoriaux, qui le désapprouvent à 47 % et l’approuvent à seulement 27 %. Le rejet est plus fort dans la catégorie C, où 59 % des agents signifient leur désaccord. Encore plus forte est l’opposition des agents travaillant dans un conseil départemental : ils sont là 82 % à désavouer le plan.