Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Créches

Quel avenir pour le secteur de la petite enfance ?

Publié le 07/12/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles

Réponse du ministère de solidarités et de la santé : La conventions d’objectifs et de gestion (COG) 2018-2022 entre l’Etat et la caisse nationale d’allocations familiales, signée le 19 juillet 2018, prévoit de poursuivre le développement de l’offre d’accueil en faveur des enfants de moins de trois ans tout en veillant à la mixité sociale, à l’équité territoriale dans la couverture des besoins des ménages biactifs, mais aussi à l’accueil des publics plus fragiles, aux enfants en situation de handicap, plus éloignés des établissements, notamment par des évolutions du modèle de financement actuel. La précédente période a été marquée par une progression significative du parc de crèches, avec 32 500 places d’établissements d’accueil des jeunes enfants (EAJE) supplémentaires et près de 23 000 places nouvelles de microcrèches.

Cependant, les projets, moins nombreux qu’envisagés, se sont avérés particulièrement difficiles à engager dans les territoires les moins favorisés, qui n’ont bénéficié que partiellement de la stratégie de rééquilibrage territorial. De plus, les efforts de création de places ont structurellement été réduits par les fermetures de places (environ 5 000 chaque année). Aussi, dans le cadre de la nouvelle COG, l’offre de service aux familles prendra une nouvelle dimension fondée sur l’articulation entre un socle de services garantis à chacun et un système de bonifications, permettant ainsi de mieux concourir à l’universalité et à l’égalité réelle. Cette réforme du mode de financement de l’accueil collectif de la petite enfance doit permettre à la fois de simplifier la gestion, d’introduire plus d’équité dans les ressources allouées et d’être globalement plus efficace dans le but d’améliorer la conciliation vie professionnelle-vie familiale comme pour lutter contre la pauvreté des enfants.

Des objectifs précis ont été priorisés dans la nouvelle COG en matière d’accueil du jeune enfant au titre desquels :

  • la création d’au moins 30 000 places en EAJE dont une part significative dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et la réduction du nombre de destruction de places ;
  • la création effective de places en EAJE dans les quartiers prioritaires de la ville en y réduisant le reste à charge des collectivités territoriales grâce à la mise en place d’un bonus territorial de 1 000 € par place pour toutes les places créées dans ces territoires ;
  • le développement de l’accueil en collectivité des enfants issus de familles pauvres et l’accueil des enfants en situation de handicap dans les EAJE ;
  • la promotion de l’accueil individuel auprès des parents et l’enrichissement de l’offre en faveur des assistants maternels, notamment par l’amélioration de l’offre portée sur le site monenfant.fr, afin de mieux valoriser les projets d’accueil et les crèches familiales, de faciliter la recherche d’un mode d’accueil et de favoriser la mise en relation des professionnels avec les parents.

Ces priorités seront portées par les plans d’actions des schémas départementaux de services aux familles et déclinées dans les conventions territoriales globales conclues au niveau intercommunal, voire communal pour ce qui concerne les plus grandes villes. Les caisses d’allocations familiales développeront une offre de service en faveur des gestionnaires pour les aider dans la maîtrise et l’optimisation de la gestion de leur structure afin de limiter les fermetures de structures imputables à des difficultés de gestion.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quel avenir pour le secteur de la petite enfance ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement