Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Crise sanitaire et économique

Coronavirus : et si la deuxième vague était une crise sociale !

Publié le 12/05/2020 • Par Auteur Associé • dans : Actu Santé Social, Dossier Santé Social

pauvreté maman enfant
©gelmold - stock.adobe.com
Personne n’a oublié les qualificatifs qui ont été utilisés par nos gouvernants depuis des années pour identifier les populations les plus pauvres et en situation d’exclusion ! Les "gens d’en haut" et les "gens d’en bas" se sont exclamés certains, pendant que d’autres parlaient des "sans dents" ou des "derniers de cordées" juste avant le mouvement national porté par les Gilets jaunes en novembre 2018. Le Secours catholique avait beau sortir chaque année son rapport annuel pour sensibiliser les forces vives du pouvoir en leur demandant de réagir ; c’était à chaque fois un dialogue de sourds et le rapport retournait sur son étagère pour rejoindre les autres qui avaient connu le même sort.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par Rina Dupriet, administrateur territorial hors classe, maire adjoint, présidente honoraire de l’Actas (ex-Anccas)

Ces rapports comme ceux des autres associations caritatives n’avaient d’autre but que de décrire et d’observer le malaise social français afin de faire réagir ceux qui étaient en charge des affaires de trouver des solutions pour réduire une pauvreté devenue permanente. Lorsqu’en novembre 2019, le Secours catholique présente son rapport social des actions qu’il a menées en 2018, les résultats sont pourtant déjà bien inquiétants ! Parmi les personnes qu’il accueille, 30 % d’entre elles, contre 20 % en 2010 n’ont pas de places en hébergement, ce qui les contraint à vivre dans la rue parfois seul ou avec leur famille au côté des demandeurs d’asile dont le nombre va ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise énergétique: la chaleur renouvelable, levier de la souveraineté énergétique des collectivités

de ADEME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coronavirus : et si la deuxième vague était une crise sociale !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement