Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Grand âge

Et si on voyait enfin « les vieux » à leur juste valeur

Publié le 04/12/2018 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Personne-âgée_actvie_ordinateur
Personne-âgée_actvie_ordinateur Adobe Photo Stock
Les seniors sont souvent déconsidérés dans la culture française et perçus de façon négative. Or, ils sont très actifs au sein d'associations et sont généreux. Ils seront peut-être les piliers de notre société future et, à ce titre, ils ne doivent pas être réduits à l’état de fardeau.
Charles Berdugo

Charles Berdugo

président-directeur général d'Ensembl', réseau d’échange et d’entraide entre voisins

Dans la culture française, le mot « vieux » est souvent perçu négativement. Pourtant, dans d’autres cultures, les « vieux » se voient attribuer d’autres noms, autrement plus élogieux : « aînés », « anciens », « sages », « doyens »… Mais qu’est-ce qui justifie un tel décalage de point de vue ? Rien. Car les seniors seront peut-être les piliers de notre société future et, à ce titre, ils ne doivent pas être réduits à l’état de fardeau. Ils méritent au contraire toute notre attention.

Donner du temps pour les autres

Les retraités de 2018 ne sont pas les mêmes que ceux d’il y a vingt ou trente ans, satisfaits d’un repos bien mérité. Les seniors du XXIe siècle ont une soif d’activité qui a son impact sur notre société actuelle et sur celle que nous construisons ensemble.

Si les seniors retraités ne sont plus présents dans le monde du travail, ils se rattrapent en donnant de leur temps pour les autres. En effet, les seniors de 65 ans à 85 ans ont une vie associative très active et ils représentent à eux seuls un quart de l’ensemble des bénévoles français (1).

Les jeunes s’investissent également mais leur taux d’engagement n’égale pas encore celui de leurs aînés, très mobilisés et plus disponibles. Notons également que les personnes âgées de plus de 50 ans représentent plus de la moitié des donateurs en France (2).

Rapprochement intergénérationnel

Sans être l’apanage des seniors, la solidarité et l’entraide, valeurs fondamentales d’une société à laquelle chacun aspire, semblent donc reposer en majeure partie sur les épaules de nos aînés. Leur engagement associatif, qu’il soit caritatif, culturel ou sportif, permet par ailleurs de dynamiser l’activité locale. Ils sont ceux qui font vivre nos villes de l’intérieur en participant aux divers événements locaux, en s’engageant dans des associations, en achetant leurs vivres au marché ou auprès de petits commerçants de quartier. Ils sont d’ailleurs les premiers à déplorer la perte de dynamisme des centres-villes.

Si ces constats sonnent comme des clichés, il n’en demeure pas moins que lesdits clichés, que nous continuons à voir d’un œil moqueur, se révèlent en réalité être un vrai trésor. Ces doyens qui se mobilisent, souvent sans même trop s’en rendre compte, pour redonner de la valeur à leurs actes et à leur ville partagent cette philosophie avec la nouvelle génération qui a à cœur de renverser le mode de vie « fast » pour revenir à des valeurs d’antan. Les membres de la jeune génération, qui se recentrent sur les circuits courts, qui adoptent un mode de vie plus « slow » et qui recherchent la satisfaction du fait main, se sont vu attribuer le nom de « sellenials », contraction habile des termes « seniors » et « millenials » (nés entre 1980 et l’an 2000, ndlr).

Il y a donc un véritable rapprochement à opérer entre ces groupes d’âge qui partagent plus qu’ils n’en ont conscience. Comment ? En repensant nos villes, pour des quartiers plus inclusifs qui répondent aux enjeux de ces deux générations et qui favoriseraient leur rencontre. En s’appuyant sur des solutions nouvelles comme les réseaux sociaux de voisinage ou les services dédiés au développement du lien social dans les quartiers. En réinventant l’habitat pour mettre en avant des solutions intergénérationnelles qui réunissent sous un même toit « jeunes » et « vieux ». En généralisant les initiatives locales originales comme les cantines intergénérationnelles. Mais par-dessus tout, en modifiant notre vision et en posant un autre regard sur ces anciens qui ont un rôle majeur à jouer dans notre avenir.

Notes

Note 01 France Bénévolat, « L’évolution de l’engagement bénévole associatif en France de 2010 à 2016 » Retour au texte

Note 02 « Baromètre France Générosités 2015 » Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Et si on voyait enfin « les vieux » à leur juste valeur

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement