logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/593873/loi-sur-les-mobilites-un-texte-qui-bute-sur-les-moyens/

MOBILITÉ
Loi sur les mobilités : un texte bien reçu mais qui bute sur les moyens
Arnaud Garrigues | A la une | A la une | actus experts technique | France | Publié le 26/11/2018 | Mis à jour le 27/11/2018

Le projet de loi d'orientation sur les mobilités (LOM) a été présenté en Conseil des ministres le 26 novembre 2018. Si la méthode de la concertation et les orientations de ce texte sont unanimement saluées, il reste flou sur les moyens nouveaux dont pourront disposer les collectivités pour étoffer leurs politiques de mobilités.

Streets and tram in city of Nantes, FranceL’accouchement du projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM) [1] a  finalement eu lieu, ce lundi 26 novembre, en conseil des ministres. La gestation aura été difficile, puisque le texte était initialement prévu pour le premier semestre 2018, mais le mouvement de grève des cheminots lié à la réforme ferroviaire [2] a retardé sa sortie. Et alors qu’on s’approchait de la version finale de ce projet de loi, le mouvement des « gilets jaunes »  est venu souffler un vent de panique sur le gouvernement.

Exit péages urbains et vignettes

Tout n’a pas été remis en question, loin de là. Mais plusieurs pistes destinées à installer de nouveaux moyens de lever des financements ont été retoquées. En premier lieu, les péages urbains [3], qui seraient venus toucher le plus fortement cette population des « gilets jaunes », dépendants de la voiture pour leurs déplacements et souvent  excentrés des métropoles.
Certaines collectivités étaient intéressées, mais la mesure aurait été difficile à mettre en œuvre, politiquement, et les élus candidats auraient sans doute, finalement, été bien rares.

Une autre mesure a disparu de ce projet de loi :

POUR ALLER PLUS LOIN