Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

données intelligentes

A l’étranger aussi, les villes testent et se transforment en laboratoire

Publié le 05/02/2018 • Par Baptiste Cessieux • dans : Actualité Club Techni.Cités, Dossiers d'actualité

singapour
AdobeStock
A l'étranger, comment se fabrique la Smart city ? Petit tour d'horizon et retours d'expérience de trois villes emblématiques du pilotage numérique des politiques publiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

En France, la gestion des données pour piloter la ville se pense sous les prismes de l’open data, du respect des informations des citoyens et de l’ambition de mener une politique de la ville plus efficace. Ces axes de travail pourraient venir des injonctions étatiques, mais on observe les mêmes problématiques à l’étranger. Attardons-nous sur trois villes, trois « smart cities » aux projets bien distincts. Santander est présentée comme la ville la plus « connectée » d’Europe grâce aux milliers de capteurs dont elle s’est dotée. Boston suit un chemin axé sur des partenariats avec les géants du numérique tels Waze ou Uber. Enfin, Singapour s’est engagée tous azimuts dans des projets d’industrialisation de la « ville intelligente » en signant d’onéreux contrats avec de grands groupes, parmi lesquels les français Engie, Dassault ou Bolloré.

Force de frappe

Plus récemment, l’arrivée du secteur privé a fait le buzz. Sidewalk labs (filiale d’Alphabet, la holding de Google), vient de signer un partenariat avec Toronto (Canada) pour gérer un quartier, qui accueillera son laboratoire. L’opérateur privé pourra ainsi expérimenter sa manière de gérer la ville avec une liberté jamais atteinte. Idem pour Amazon, en négociation pour trouver son propre terrain d’entraînement, peut-être à Union Point, près de Boston. Enfin, les fonds d’investissements de Bill Gates (Microsoft) ont acheté 100 kilomètres carrés dans l’Etat de l’Arizona pour faire sortir de terre une « smart city » de 80 000 personnes. Malgré la force de frappe impressionnante de ces acteurs, ces projets s’ancrent toujours dans la recherche. Pour quels résultats ?

 

Les « données fermées » privilégiées

Singapour (République de Singapour) – 5,6 millions d’hab.

La cité-Etat asiatique est un laboratoire d’expérimentation et d’industrialisation des processus de la ville intelligente. Des villes étrangères (surtout chinoises) mettent un point d’honneur à répliquer ce qui fonctionne dans la petite île de 5,6 millions d’habitants. L’une des raisons qui confèrent à Singapour des avantages pour les tests grandeur nature sur la gestion des données est le manque d’entité de régulation équivalente à la Cnil, un contre-pouvoir nécessaire mais qui peut ralentir la mise en application de nouvelles technologies.

Aucun recours au cloud – Par ailleurs, ici, Etat et collectivité se confondent, réduisant le nombre d’acteurs. Ainsi, il n’y a qu’un seul organisme HLM. Les décisions sont accélérées mais François Gruson, conseiller R&D pour Dassault Systèmes sur le projet de « jumeau numérique » de Singapour, note que la cité-Etat apporte des contraintes nouvelles de gestion des données : « Des tensions existent avec certains voisins et cela impose une problématique de confidentialité des données. Le gouvernement veut des solutions en dehors d’internet, qui transitent uniquement sur ses propres réseaux. La cybersécurité est importante partout, mais ici, elle va jusqu’à interdire l’usage d’un cloud. » Ainsi, la ville ne possède ni portail de données ouvertes ni modèle de participation de la société civile. Ses habitants, férus de nouvelles technologies, contribuent pourtant aux programmes gouvernementaux de récupération des données personnelles de façon assidue.

« Mais l’aspect financier me semble tout de même prépondérant, mesure François Gruson. Quand la ville veut observer la mobilité des collégiens, elle a les moyens de distribuer 25 000 capteurs très rapidement. »

Le partenariat public – privé au banc d’essai

Boston (Etats-Unis) – 673 180 hab.

« Boston est plus qu’une ville intelligente, annonce Camille Combe, chargé de projet « mobilité » pour le think tank la Fabrique de la cité. C’est un laboratoire du partenariat. La situation actuelle, avec ces entreprises qui viennent proposer des échanges de données aux collectivités, existe, entre autres, parce que la ville de Boston a fait les premiers pas auprès de ces grands acteurs pour accéder à leurs données. » Cette volonté portée par le maire, Marty Walsh, permet de lier un premier partenariat d’échange de données avec Waze, dès 2015. « C’est à la suite de cette expérimentation que le programme « Connected Citizen » fut créé », poursuit Camille Combe.

Pour la ville, le partenariat est une réussite car il a réduit la congestion de certains carrefours de 20 %. La même année, la capitale du Massachusetts nouait un partenariat avec Uber, mais les données transmises ne convenaient pas. L’entreprise, s’inscrivant dans une démarche de respect des données personnelles de ses utilisateurs, refusa de transmettre les informations à l’échelle du trajet. Pour la ville, les données agglomérées au niveau d’un quartier n’avaient pas d’intérêt et le projet fut arrêté.

Défaut constaté – Les essais ne se limitent pas aux partenariats. Pour preuve, l’outil « BOS:311 ». Sur ce site de « non-urgence », les citoyens peuvent envoyer la photo d’un défaut constaté (nids-de-poule, etc. ). Une fois le problème résolu, les agents répondent avec une nouvelle photo. Au départ, le service ne touchait que les zones aisées, mais la traduction en espagnol en a démocratisé l’accès. Aujourd’hui, plus de 1,5 million de « non-urgence » ont été référencés de cette façon.

 

12 000 capteurs au service  des usagers

Santander (Espagne) – 172 650 hab.

Lancé en 2010, le projet « Smart Santander » fut l’un des premiers à poser les principes de la ville intelligente. A cette occasion, 12 000 capteurs sont installés dans la capitale de la Cantabrie, grâce aux fonds européens et aux partenariats avec des universités du monde entier. Bruit, humidité, qualité de l’air, quantité de déchets des bennes à ordure, nombre de places de parking disponibles, parcours des bus… tout est récupéré et analysé pour piloter la ville de 172 650 habitants. Les résultats touchent à des domaines très différents.

La consommation des luminaires chute de 40 % en réduisant la luminosité lorsque la rue est déserte. Les capteurs permettent de déclencher le ramassage des poubelles lorsque les bacs sont presque pleins. La consommation d’eau est également réduite en programmant l’arrosage en fonction de l’humidité de la terre… De quoi faire rêver les collectivités les plus technophiles. Mais cette accumulation de résultats s’accompagne d’un bémol : certaines de ces applis relèvent de la recherche pure.

Initiés par les universités, la plupart des programmes informatiques ont été développés par des scientifiques, qui cherchent à démontrer la faisabilité d’un concept, et non par des prestataires, qui visent l’industrialisation du process. Certaines applications grand public, notamment « SmartSantander.eu », développée en 2012 par l’université, ne sont plus mises à jour depuis longtemps. Bien sûr, les capteurs ont amélioré la vie des citoyens, mais ces programmes doivent s’accompagner d’une montée en compétence de la ville pour perdurer.

Cet article fait partie du Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Sommaire du dossier

  1. Rendre la ville intelligente permet de faire des économies
  2. Et si la ville intelligente n’était pas connectée ?
  3. La ville de Montréal veut réguler l’intelligence artificielle et se rêve en chef de file mondial
  4. La ville selon Google est-elle transposable en France ?
  5. Innovation : quatrième édition pour Datacity qui va changer d’échelle
  6. Ville intelligente : une modélisation des impacts à affiner
  7. L’information est la matrice de la ville intelligente
  8. Smart city : bientôt une bataille de la donnée
  9. Les villes moyennes peuvent aussi être des villes intelligentes
  10. Ville intelligente : les enjeux du financement de la numérisation des collectivités
  11. Rueil-Malmaison mise sur la blockchain
  12. Construire son smart territoire, intelligemment
  13. Smart city : rassembler les données en vue de piloter la ville
  14. La smart city, du rêve à la réalité
  15. Traiter les données, un défi pour construire les territoires intelligents
  16. Les intelligences de la smart city
  17. Le potentiel d’un territoire révélé grâce aux données
  18. Smart city : les données utilisées doivent être interrogées
  19. A l’étranger aussi, les villes testent et se transforment en laboratoire
  20. Data city : duel public-privé autour de la donnée locale
  21. Data city : A l’heure des data, « l’ubérisation » de l’intérêt général menace
  22. Data city : équipes, outils, budget…, à chaque collectivité son organisation
  23. Les grands moyens pour redynamiser une ville sur le déclin
  24. Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données »
  25. La smart city, à quel prix ?
  26. Services urbains numériques : la clé, c’est le partage des données
  27. Smart city : « L’hyper-technicisation laisse peu de place au citoyen »
  28. Les promesses à double tranchant de la ville intelligente
  29. Avec son contrat multiservice, Dijon dessine la ville d’après-demain
  30. Les collectivités locales méconnaissent les métiers du numérique
  31. « Permettre aux collectivités d’avoir accès à des données collectées par des acteurs privés »
  32. Les collectivités désarmées face à Uber et Airbnb
  33. A la recherche du citoyen intelligent
  34. Une smart city de 10 000 habitants, c’est possible et rapidement rentable
  35. La ville intelligente, une big mother en puissance ?
  36. La smart city, ce n’est pas que pour les grandes villes !
  37. La ville numérique : progrès social ou empilement technologique ?
  38. « Il faut rendre la smart city humaine »
  39. « Il faut créer un statut pour les données d’intérêt territorial » – Luc Belot
  40. La Smart city à la recherche de modèles économiques
  41. « La smart city doit être construite avec le citoyen » – Gaël Musquet
  42. La smart city, un concept qui a du mal à éclore
  43. Retour sur investissement : la smart city est-elle une bonne affaire ?
  44. Google, fournisseur officiel de services publics
  45. « Smart water » : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains
  46. Maîtriser la donnée, un enjeu central pour la ville intelligente
  47. L’innovation ouverte, un concept au cœur de la ville intelligente
  48. Living Labs : l’innovation par l’usage
  49. Éclairage public : vous avez dit smart ?
  50. Objets connectés : de l’optimisation de coûts aux services de demain (1/4)
  51. Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ?
  52. Objets connectés : « C’est à chaque collectivité de définir les solutions qui lui semblent pertinentes » (4/4)
  53. L’entrepôt de données publiques-privées, prochain graal ou nouvelle usine à gaz ?
  54. Smart city, smart passoire potentielle
  55. Objets connectés : le regroupement des données aide à mieux œuvrer pour le bien commun (2/4)
  56. Pense-bête pour sécuriser sa ville intelligente
  57. Smart city : un portage politique fort pour monter des projets transversaux
  58. Objets connectés : un développement tous azimuts exige des démarches cohérentes (3/4)
  59. Smart city : la formation des agents, un passage obligé pourtant négligé
  60. Smart city : « Réfléchir avec attention, de façon collective et sciemment » aux objectifs assignés à la technologie
  61. La communauté urbaine de Lyon met les données au coeur de sa stratégie smart city
Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A l’étranger aussi, les villes testent et se transforment en laboratoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement