Mobilité

Train à hydrogène : départ attendu en 2022

| Mis à jour le 28/11/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

Elisabeth Borne a reçu du député Benoît Simian le rapport sur les trains à hydrogène

C.P.

Dans un rapport remis à la ministre des Transports sur « le verdissement des matériels roulants du transport ferroviaire en France », le député Benoît Simian prône la solution de l’hydrogène. S’appuyant sur l’Etat et les Régions, il vise 2022 pour une première commercialisation.

cet article fait partie du dossier

Une bouffée d'oxygène pour l'hydrogène

Accusant un train de retard sur l’Allemagne, la France veut se raccrocher au bon wagon de l’hydrogène. Alors que la première mise en service commerciale d’un train à hydrogène a été inaugurée en septembre dernier dans la région de Hambourg, le député de la Gironde Benoît Simian (LREM) défend cette solution pour remplacer les vieilles locomotives diesel. Ce jeudi 22  novembre 2018, il a remis un rapport à la ministre des Transports, Elisabeth Borne, sur « le verdissement des matériels roulants du transport ferroviaire en France » essentiellement tourné vers cette filière. Après avoir écarté d’autres solutions (comme le GNV, qui « n’est pas une solution zéro émission »), Benoît Simian préconise de « se concentrer sur deux technologies. Celle des batteries électriques (engins hybrides ou non) à court terme et celle de l’hydrogène à plus long terme ».

L’enjeu est de renouveler proprement les lignes régionales circulant actuellement encore au diesel. « Le train est le mode de transport le plus propre, assure le député, mais 50% du réseau n’est pas électrifié et un quart des matériels roulants ont des moteurs diesel. L’idée n’est pas de mettre de l’hydrogène partout mais de répondre aux besoins selon certains critères : réduire la pollution dans les zones urbaines et proposer une solution rentable ». Le rapport écarte donc l’idée d’électrifier les lignes qui ne le sont pas car cette option est jugée « coûteuse, entre 0,35 et 1,5 million d’euros par kilomètre de voie ».  A titre d’exemple, le député a cité les 45 millions d’euros initialement prévus pour l’électrification de la ligne régionale Bordeaux-Le Verdon. Les mêmes moyens pourraient financer 5 à 6 trains hydrogène et la station d’alimentation.

Hydrogène gris

Benoît Simian appelle donc l’Etat à soutenir la filière de l’hydrogène. Selon lui, cette solution offre l’avantage d’une plus grande autonomie et d’un temps de recharge équivalent à celui du diesel. De plus, le rapport estime cette filière « technologiquement mature » grâce, notamment, à la société Alstom qui fournit déjà ses trains en Allemagne. Pour aller vite et rattraper son retard, la France vise une mise en service des premiers trains régionaux à hydrogène pour 2022. La SNCF a d’ailleurs finalement rejoint la mission par l’intermédiaire de Pierre Izard, directeur général Système et Technologie.

Pour réussir cette conversion, les rapporteurs préconisent, dans un premier temps, une production d’hydrogène gris (issu d’énergies fossiles). « Au regard de notre retard, on ne peut pas aller directement à l’hydrogène vert, précise Benoît Simian. Faisons comme en Allemagne, d’autant que nous avons déjà plus de 600 sites industriels en France qui permettront d’alimenter les stations. C’est quand même zéro émission de CO2 ».

Cette solution reste toutefois coûteuse. Pour atteindre ses objectifs, le rapport table sur une industrialisation de masse pour faire baisser les coûts (notamment sur les réservoirs et les piles à combustible) et le ravitaillement rapide doit permettre d’amortir les surcoûts initiaux en réutilisant plus souvent les trains. En attendant, la mission a relevé des opportunités de financement. Dans un premier temps, dans le cadre des contrats de plan Etat-Région, il sera possible de remplacer des opérations d’électrification des voies par le déploiement de l’hydrogène.

Vide juridique

Et d’autres possibilités de financement existent au niveau européen et français. Comme une de ses représentantes l’a confirmé ce jeudi, la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) s’apprête à lancer un appel à projets autour des électrolyseurs et des stations. Il sera également possible de mobiliser des fonds issus du Plan hydrogène lancé en juin dernier (bien que finalement ramené de 100 à 70 millions pour cette première année).

De plus, le rapport préconise de mutualiser les stations pour amortir les coûts. A terme, celles-ci pourront être partagées avec les taxis ou les bus qui utiliseront le même carburant. Enfin, Benoît Simian attend des professionnels du secteur qu’ils assurent le financement et la gestion des équipements de stockage.

Aujourd’hui, douze régions se sont déjà positionnées pour accueillir des trains à hydrogène, sous réserve de la recevabilité de ces lignes (déclivité par exemple).  Mais il faudra, auparavant, lever certains obstacles en matière de sécurité et de réglementation. « Il est important de bien choisir la localisation des stations, précise Benoît Simian. Cela va dépendre des lignes ». Selon les cas, la classification de sécurité des installations peut varier : ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement) s’il s’agit d’un site extérieur à une zone urbaine, ou une station soumise à la réglementation d’un distributeur de carburant si elle est en ville. Reste, surtout, à combler un vide juridique : aujourd’hui, le transport d’hydrogène est autorisé s’il a pour finalité d’être distribué. Mais aucun texte n’encadre l’hydrogène transporté en tant que source d’énergie. La réglementation et l’homologation du matériel devront être accélérées.

Comme l’a résumé la ministre dans son introduction : « Il est urgent de lever les verrous réglementaires ». C’est à cette condition que le déploiement de l’hydrogène ne finira pas sur une voie de garage.

 

Dossier
Commentaires

4  |  réagir

27/11/2018 09h42 - Jean-Michel

Nous retardons la transition énergétique pour des raisons inconnues, alors que l’hydrogène alimente des véhicules utilitaires de certaines entreprises…
Ma question: Pourquoi, autant de freins pour mettre en place ce carburant hydrogène? Est-il si difficile de lancer un programme en faveur de l’hydrogène alors que des taxes sont déjà prélevées pour favoriser la transition?

Signaler un abus
27/11/2018 08h22 - leduc

Et pourquoi pas des dirigeables ? Après tout, ce moyen de transport a déjà fonctionné à l’hydrogène, un gaz très difficile à produire car nécessitant beaucoup d’électricité la production n’étant possible que par hydrolyse. Mais bon , nos gouvernants viennent de l’ENA et les cours de chimie de 2ème, ils ne s’en rappellent plus!!!!!

Signaler un abus
23/11/2018 03h54 - Jean-Jacques

Question annexe : y aura-t-il des places pour vélos non démontés dans ces « trains verts  » ou sont-ce uniquement les locos qui auront verdi ? (ce qui sera déjà bien mais…)

Signaler un abus
23/11/2018 03h48 - lampaio

Il n’y a plus qu’à espérer qu’ils maîtrisent la technologie

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La gestion du trait de côte redessine les politiques d’aménagement

    Près d’un quart du littoral français recule du fait de l’érosion côtière. Pour les collectivités concernées, la prise en compte de ce phénomène exige à la fois de nouvelles pratiques d’entretien et de préservation des milieux et une réflexion de fond ...

  • Marne-la-Vallée, laboratoire sur la ville intelligente et soutenable

    Une convention « Smart & Sustainable City » vient renforcer les relations entre pouvoirs publics et le monde de la recherche, dans le but d’adapter et de développer la ville nouvelle de Marne-la-Vallée à la transition énergétique et écologique. ...

  • Votre actu juridique du 7 au 13 décembre 2018

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiés par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 7 et le 13 décembre 2018. ...

  • Des activités sportives pour muscler la vie professionnelle

    De plus en plus d’entreprises développent des initiatives pour inciter leurs employés à faire du sport compte tenu des retombées positives. Certaines collectivités locales et établissements publics leur emboîtent le pas et proposent à leurs agents des ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP