Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

finances locales

Depuis 10 ans, la mairie d’Amboise finance deux agents « fantômes »

Publié le 15/03/2011 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

La ville a versé 515.000 euros au centre de gestion pour la prise en charge de deux fonctionnaires dont les emplois ont été supprimés en 2001.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le budget d’Amboise (Indre-et-Loire) voté le 24 janvier a encore inscrit cette année la somme de 24.390 euros à verser au centre de gestion pour assurer le salaire d’un agent dont l’emploi a été supprimé en 2001.

Cette année-là le maire Bernard Debré (aujourd’hui député UMP de Paris) décide de vendre le centre de vacances du Lioran dans le Cantal qui était géré en direct par la ville.

Cette fermeture entraîne la suppression des postes de deux fonctionnaires.

Selon le statut de la FPT, les fonctionnaires dont le poste a été supprimé sont maintenus en surnombre pendant un an si aucun poste vacant ne leur est proposé.

Le centre de gestion du département prend ensuite le relais. La ville d’Amboise a ainsi payé au centre de gestion d’Indre-et-Loire 150 % du salaire les deux premières années, 100 % la troisième, puis 75 % les années suivantes, les 25 % restants étant à la charge du centre de gestion.

Celui-ci n’a pas exigé le transfert de résidence de ces deux agents du Cantal vers l’Indre-et-Loire, ce qui aurait permis à la ville de proposer des postes.

« Tout fait pour recaser les agents »
Depuis 2006, la ville demande, en vain, au centre de gestion une réduction de sa contribution qui a atteint 514.900 euros en 10 ans. « On applique la loi, toute la loi, rien que la loi et l’on a tout fait pour recaser les agents, estime Jean-Marc Wandler, directeur du centre de gestion, mais le fait que cet agent (le second est parti en retraite en 2008) habite dans le Cantal ne simplifie pas les choses. » 

« Nous avons fait de multiples démarches auprès du centre de gestion, avoue la DGS d’Amboise Carine Delétang-Esnault, mais sans aboutir. Le statut de la fonction publique est très protecteur, mais il est rare que cette situation dure 10 ans… »

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Depuis 10 ans, la mairie d’Amboise finance deux agents « fantômes »

Votre e-mail ne sera pas publié

olmo

16/03/2011 11h27

Malheureusement, ce n’est pas si rare que ça!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement