Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Scolarisation dès 3 ans : la facture de la future loi Blanquer ne passe pas auprès des élus

Scolarisation dès 3 ans : la facture de la future loi Blanquer ne passe pas auprès des élus

Publié le 22/11/2018 • Par Michèle Foin • dans : France

ecole-maternelle
AdobeStock
Le 22 novembre 2018, lors de la séquence du Congrès des maires consacrée à l’école, c’est la scolarisation obligatoire à 3 ans qui a cristallisé l’inquiétude des maires, qui devront faire face à de nouvelles charges financières.

Un des rares ministres à avoir fait le déplacement porte de Versailles, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, était attendu de pied ferme le 22 novembre 2018 par les maires, lors de la séquence consacrée à la continuité éducative, de la petite enfance à l’école. « Nous sommes tous favorables au continuum éducatif, sauf qu’en matière scolaire, l’Etat initie le matin, et le soir c’est la collectivité qui paie. Nous ne voulons pas être les dindons de la farce et payer quand c’est quelqu’un d’autre qui décide ! » a martelé Agnès Le Brun, maire (LR) de Morlaix (Finistère 14 830 hab.) et rapporteure de la commission petite enfance de l’AMF. Echaudés par la réforme des rythmes scolaires imposée verticalement et brutalement lors du précédent gouvernement, les maires aspirent ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Scolarisation dès 3 ans : la facture de la future loi Blanquer ne passe pas auprès des élus

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Jacques

23/11/2018 11h05

Trop de réformes tuent les réformes, surtout lorsqu’elles sont imposées à la hussarde et que ce sont les collectivités territoriales et les contribuables qui doivent en supporter les conséquences
Est-ce que les ministres de l’Education qui se succèdent pourraient :
1. éviter de céder à la tentation de vouloir à tout prix laisser une trace impérissable de leur passage
2. plus se focaliser sur l’évaluation des réformes précédentes et des actions en cours
3. travailler en concertation avec TOUS les partenaires concernés

François

23/11/2018 12h08

 » l’instruction obligatoire à 3 ans est un « grand objectif de société » »
Quand on voit les résultats de l’enseignement on peut se poser des questions. J’appartiens une génération qui est venue à l’école en CP. j’ai eu une année de maternelle mais l’apprentissage de la lecture et de l’écriture n’a commencé qu’à 6 ans pour moi. J’étais dans une école aujourd’hui en REP. Nous étions 32 ou 33 dans la classe. Nous avons appris les règles de base de l’époque : lire écrire compter, mais aussi l’histoire de France par ordre chronologique, sans impasse sur certaines périodes. Nous avions aussi des cours de morale (laïque bien sûr).
C’était peut-être ringard, il n’y avait pas 80% de la classe d’age au Bac, mais on ne dévalorisait pas non plus le travail manuel. Aucun président ne parlait de « ceux qui ne sont rien ». Les Banques privées ne dirigeaient pas encore le monde le monde entier et pas encore la France.
Puis le Général de Gaulle est mort et un premier fondé de pouvoir est devenu Président, et la France a emprunté sur les marchés financiers et la dette de la France a commencé à grimper au fil des intérêts qu’il fallait désormais payer… mais je m’éloigne du sujet….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement