Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

A l’Elysée, les maires restent sur leur faim

Publié le 22/11/2018 • Par Pascale Tessier • dans : Dossiers d'actualité, France

macron-elysee-maires-2018-une
Twitter
L'exercice de calinothérapie du Président de la République et le service après-vente, tout miel des ministres n'ont pas toujours suffi à convaincre des édiles inquiets pour leur commune.

Des maires mi-figue, mi-raisin à la sortie de l’Elysée. « Ils se sont peut-être rendu compte qu’ils étaient allés trop loin dans l’ignorance des collectivités locales ! », veut cependant croire un élu francilien, à la sortie de la réception des maires, le 21 novembre 2018 au palais.

Apaiser les tensions avec les maires de France réclame visiblement de la patience. L’exercice a pris autant de temps -en aparté- avec le bureau de l’association des maires de France (AMF) qu’il n’en a demandé aux hôtes du Président de la République ayant attendu bien au-delà du traditionnel quart d’heure de politesse.

Passé le temps du selfie de circonstance devant les marches du château et des innombrables coups d’œil à leur montre, les quelque 2000 invités ont trouvé le temps long. Très long même, à entendre les maires pour qui l’attente s’est transformée en irritation. Certains s’interrogeaient sur la présence des uns, d’autres ou de leur propre représentativité.

Ruée sur le buffet

Déjà, les conditions n’étaient plus optimales pour être attentif ou dans un état d’esprit prêt à se satisfaire de réponses en demi-teinte. Au bout d’une heure d’intervention présidentielle, la moitié de l’auditoire seulement persistait à suivre les questions-réponses, quand l’autre s’était déjà ruée sur le buffet.

Les huées envisagées un temps par certains ont été étouffées par le souci d’être « respectueux », mais nombre d’élus ont jugé le début du discours d’Emmanuel Macron un brin laborieux. « Sans véritable annonce, il a fait le job », mais l’auditoire attendait plus de contenu dans les 15 minutes d’allocution. D’ailleurs, les applaudissements « n’ont pas été très nourris », raconte un élu, quand un autre estime qu’ils étaient tout de même plus chaleureux à la fin de l’échange, même s’il est resté avec les mêmes questions sans réponse.

Appréciée, en revanche, la parole donnée aux maires, carré par carré. « Après les deux-trois premières questions des copains qui n’apportaient pas grand chose », les maires ont le sentiment d’avoir entendu plusieurs de leurs pairs s’exprimer sans filtre et avoir eu l’écoute du chef de l’État.

Le gouvernement au contact

« C’est quelqu’un de disponible décontracté, il est très positif, il revigore tout le monde, mais on est blasé, on n’y croit plus », commente un élu bourguignon qui aurait bien aimé que son meilleur souvenir de la soirée ne soit pas le buffet ! D’autant qu’un autre maire juge être plutôt resté sur sa faim, au regard de ses attentes d’annonces non satisfaites.

Appréciée aussi, la proximité des ministres qui ont « assuré le service après-vente ». Plusieurs maires ont ainsi pu échanger, par exemple, avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, se frayant un passage entre les petits groupes pour se mettre à la disposition des maires, ou entendre Sébastien Lecornu, ministre des Collectivités territoriales, confier qu’avant de remettre à plat la loi NOTRe, « les établissements publics territoriaux du Grand Paris sont la priorité. »

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension

Sommaire du dossier

  1. Des maires inquiets de ne pouvoir tenir leurs promesses de campagne
  2. Ébauche de dialogue en clôture du congrès des maires
  3. A l’Elysée, les maires restent sur leur faim
  4. Contenu partenaire Baromètre RH Randstad : quels objectifs 2020 pour les collectivités locales ?
  5. Gestion de l’eau : renouveler les réseaux mais aussi préserver la ressource
  6. Contenu partenaire Comment la Caisse des Dépôts accompagne les élus au quotidien ?
  7. La mise en œuvre du RGPD dédramatisée au Congrès des maires
  8. Se représenter ou pas ? Témoignages de maires
  9. Sécurité : les maires craignent une « tendance à la recentralisation »
  10. Gilets jaunes : ce qu’en pensent les maires
  11. Congrès des maires : le trompe l’œil des finances locales
  12. Aménagement numérique : espoirs mobiles, expectatives sur le fixe
  13. Fonction publique territoriale : Emmanuel Macron veut donner les pleins pouvoirs aux élus
  14. Un hashtag lancé par l’AMF pour redorer le blason des maires
  15. Développement économique : la difficile application de la loi NOTRe
  16. Congrès des maires 2018 : vers un lifting de la réforme territoriale
  17. Quand les gilets jaunes s’invitent dans la transition écologique
  18. Fonds européens : vers une complexification de l’obtention de financements ?
  19. Congrès des maires 2018 : pour en finir avec une « annus horribilis »
  20. Au Salon des maires, la majorité joue l’apaisement avec l’AMF
  21. 16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?
  22. Les associations d’élus font bloc face au gouvernement
  23. L’exécutif démine le terrain à la veille du congrès des maires
  24. Gouvernance du sport : bientôt des expérimentations en régions
  25. Des gilets jaunes sous les écharpes tricolores ?
  26. La moitié des maires veulent raccrocher leur écharpe en 2020
  27. Aménagement : un recentrage à venir pour les SCoT ?
  28. Le congrès des maires pour une intercommunalité à la carte
  29. Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
  30. Commune / intercommunalité : le clash
  31. La dématérialisation, moteur de la modernisation de l’action publique ou du lien avec les administrés ?
  32. Maire et préfet, les secrets d’un vieux couple
  33. « Le dialogue avec les élus est vital pour Macron » – Luc Rouban
  34. La refonte de la carte intercommunale fait toujours des vagues
  35. Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»
  36. Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »
  37. Radiographie de la France après la crise
  38. Maires, forains et responsables de cirques tentent de normaliser leurs relations
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A l’Elysée, les maires restent sur leur faim

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement