Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Congrès des maires 2018

Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»

Publié le 22/11/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

mairie - drapeauillustrez-vous - AdobeStock_- UNE
Illustrez-vous - Adobe Stock
Pour débattre de la problématique de l’accès aux services publics locaux, les maires ont choisi deux secteurs emblématiques : la santé et la culture. Lors d’un débat organisé le 21 novembre dans le cadre du 101ème congrès des maires, qui se tient à Paris, ils ont livré leurs expériences et leurs recettes.

Qu’ont en commun la santé et la culture, les deux fils rouges choisis par l’AMF pour tisser la trame de la session du congrès des maires 2018 consacrée le 21 novembre aux « inégalités d’accès aux services essentiels de proximité » ?

« Arme de construction massive »

Il s’agit de deux domaines où les communes sont confrontées aux inégalités d’accès dues à l’absence ou la raréfaction croissante  d’équipements publics : on y  parle de « déserts médicaux » et de « zones  blanches culturelles ». Dans  ces  deux secteurs, l’Etat est très présent et conduit sa propre politique, via les agences régionales de santé (ARS) et les directions régionales des affaires culturelles (Drac).

En outre, pour nombre d’élus, santé et culture font partie de ce que le CGET appelle  « le panier de biens essentiels » et constituent des priorités, compte tenu de l’urgence qui prévaut : la lutte contre la désertification médicale et la sauvegarde de la devise républicaine. « La culture est une arme de construction massive. On ne peut pas lutter contre le terrorisme sans politique culturelle », a déclaré Florence Portelli, maire (LR)de Taverny (Val d’Oise) et rapporteure de la commission « culture et patrimoine » de l’AMF.

« La santé ne fait pas partie des compétences naturelles des communes. Mais nous devons prendre le sujet en main, pour faire le lien entre les acteurs et trouver des solutions », a relevé pour sa part Bernard Vauriac, maire de Saint-Jory-de-Chalais et président de la CDC des marchés du PériG’or Limousin-Thiers-Jumilhac.

En expliquant leurs difficultés et les voies par lesquelles ils recherchent  des solutions, les maires et les acteurs des deux  secteurs qui étaient présents au congrès des maires ont livré par petites touches quelques règles d’or pour combler les vides.

La carte du maillage

« Il est nécessaire d’avoir des structures pour irriguer le territoire, a plaidé Jean-Marc Vasse, maire de Terre-en-Caux (Seine-Maritime). En matière de création de maisons de santé, par exemple, Cécile Galien, maire de Vorey-sur –Arzon (Haute-Loire) estime qu’il ne faut pas hésiter à faire le tour des cabinets médicaux environnants pour « inciter les médecins à pratiquer le tutorat et accueillir des jeunes praticiens. » C’est ainsi que l’élue a réussi à dépasser l’obstacle de la faible attractivité de son territoire pour les jeunes tout juste sortis de faculté de médecine.

Encore  faut-il veiller à la solidité des liens entre les maillons du réseau. «  Il faut montrer que les éléments font système et que tout se tient, a expliqué pour sa part Hugo Bévort, directeur des stratégies territoriales au CGET, qui a invité les maires à raisonner en termes de « cohésion » plutôt qu’en « égalité » des territoires.

© Jean-Paul Bounine - AdobeStock

© Jean-Paul Bounine – AdobeStock

Oser l’originalité

Nous ne réussirons pas en appliquant des réponses nationales normées, mais en inventant de nouvelles solutions, avec des initiatives des acteurs territoriaux », a expliqué aux maires Patrick Bouet, président du Conseil national de l’ordre des médecins.

Et André Acccary, président du conseil départemental de Saône-et-Loire, de donner une traduction pratique de ce précepte : la création du 1er centre de santé à l’échelle d’un département, avec 4 centres locaux, animés par des médecins « qui n’exercent pas ou qui ont fait le choix  du salariat, dans des locaux mis à disposition par les maires ou d’anciens cabinets médicaux qui ne sont plus utilisés », précise le patron du département. Cette solution inédite est mise en œuvre depuis janvier dernier.

Pour sa part, Laurent Roturier, président de la l’Association des directeurs régionaux des affaires culturelles (Drac) a tenu à bannir l’expression  « zone blanche culturelle » (1) « Il  y a certes des territoires éloignés de l’offre culturelle traditionnelle – environ les 2/3 des territoires – mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de capacité de développement ».

Sytème de santé grec

Jouer la mobilité

« Pour être heureuse, la ruralité doit être mobile », a plaidé Olivier Paz, maire de Merville-Franceville (Calvados) et  président de Normandie Cabourg Pays d’Auge, qui est engagé avec 4 autres présidents de CDC au sein d’une « entente sur la mobilité ».

Jean-Marc Vasse (Terre-en-Caux) a plaidé pour l’itinérance, à travers l’exemple de Ciné Seine, une société publique locale (SPL), qu’il a créée avec six autres communes et EPCI   (2), pour sillonner le territoire avec un cinéma itinérant.

Même logique pour le Lot, avec sa déclinaison locale et itinérante du dispositif « Carte blanche »  co- construite avec  l’Etat et le Grand Cahors. « La plus-value de notre service itinérant est d’aller à proximité des habitants, qui viennent avec plusieurs dossiers à traiter, fait valoir Jean-Marc Vayssouge-Faure maire et président du Grand Cahors.

 

Un guide pour traiter avec les institutions de santé

Le maire de Saint-Jory-de-Chalais (Dordogne) et co-animateur de la commission « santé » de l’AMF, Bernard Vauriac a annoncé pour 2019 la publication d’un « guide méthodologique pour entrer en relations avec les institutions de santé : Ordre des médecins, Agences régionales de santé, services de l’Etat etc.»  Pour l’édile dordognais, il  y a urgence, car « il ne faut pas laisser les ARS faire seules ».

Références

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension

Sommaire du dossier

  1. Des maires inquiets de ne pouvoir tenir leurs promesses de campagne
  2. Ébauche de dialogue en clôture du congrès des maires
  3. A l’Elysée, les maires restent sur leur faim
  4. Contenu partenaire Baromètre RH Randstad : quels objectifs 2020 pour les collectivités locales ?
  5. Gestion de l’eau : renouveler les réseaux mais aussi préserver la ressource
  6. Contenu partenaire Comment la Caisse des Dépôts accompagne les élus au quotidien ?
  7. La mise en œuvre du RGPD dédramatisée au Congrès des maires
  8. Se représenter ou pas ? Témoignages de maires
  9. Sécurité : les maires craignent une « tendance à la recentralisation »
  10. Gilets jaunes : ce qu’en pensent les maires
  11. Congrès des maires : le trompe l’œil des finances locales
  12. Aménagement numérique : espoirs mobiles, expectatives sur le fixe
  13. Fonction publique territoriale : Emmanuel Macron veut donner les pleins pouvoirs aux élus
  14. Un hashtag lancé par l’AMF pour redorer le blason des maires
  15. Développement économique : la difficile application de la loi NOTRe
  16. Congrès des maires 2018 : vers un lifting de la réforme territoriale
  17. Quand les gilets jaunes s’invitent dans la transition écologique
  18. Fonds européens : vers une complexification de l’obtention de financements ?
  19. Congrès des maires 2018 : pour en finir avec une « annus horribilis »
  20. Au Salon des maires, la majorité joue l’apaisement avec l’AMF
  21. 16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?
  22. Les associations d’élus font bloc face au gouvernement
  23. L’exécutif démine le terrain à la veille du congrès des maires
  24. Gouvernance du sport : bientôt des expérimentations en régions
  25. Des gilets jaunes sous les écharpes tricolores ?
  26. La moitié des maires veulent raccrocher leur écharpe en 2020
  27. Aménagement : un recentrage à venir pour les SCoT ?
  28. Le congrès des maires pour une intercommunalité à la carte
  29. Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
  30. Commune / intercommunalité : le clash
  31. La dématérialisation, moteur de la modernisation de l’action publique ou du lien avec les administrés ?
  32. Maire et préfet, les secrets d’un vieux couple
  33. « Le dialogue avec les élus est vital pour Macron » – Luc Rouban
  34. La refonte de la carte intercommunale fait toujours des vagues
  35. Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»
  36. Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »
  37. Radiographie de la France après la crise
  38. Maires, forains et responsables de cirques tentent de normaliser leurs relations

Notes

Note 01 Formule employée par l’ancienne ministre de la Culture Françoise Nyssen dans le cadre du plan Culture près de chez vous et qui avait suscité l’ire des professionnels et de nombreux élus ruraux, qui y avaient vu une dénégation des efforts réalisés par les territoires ruraux pour insuffler une politique culturelle dans des territoires dépourvus de grands équipements. Retour au texte

Note 02 Blangy-sur-Bresle, Saint-Saëns, Clères, Duclair, Etretat, et Caux Estuaire Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement