Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Congrès des Maires 2018

16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?

Publié le 21/11/2018 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : Dossiers d'actualité, France

egalite-femmes-hommes-UNE
geralt / Pixabay Public Domain
Les communes de moins de 1000 habitants seront-elles aussi bientôt concernées par l’obligation des modes de scrutin paritaires ? C’est le projet que porte le groupe de travail « La place des femmes dans les exécutifs locaux » de l’Association des Maires de France.

En 2018, la personne qui occupe la fonction de maire est à 84 % un homme, s’appelle Michel Martin, a 63 ans en moyenne, est retraité dans 42 % des cas et a occupé deux mandats en moyenne, selon le portrait robot que la Gazette a établi dans son édition du 19 novembre. Face à ce constat, les législateurs sont-ils prêts à accélérer l’égalité femmes-hommes sur ces questions ?

Le Congrès des maires a été une nouvelle fois l’occasion de mettre l’accent sur cette inégalité. La présence des femmes dans les exécutifs locaux a ainsi donné lieu à une deuxième conférence-forum, au public nombreux et animé par la volonté de s’emparer de ce sujet. Cécile Gallien, maire centriste de Vorey (43), membre du bureau exécutif de La République en Marche et vice-présidente de l’AMF, en a ainsi résumé les enjeux : « 16 % de maires femmes, au pays de Marianne, n’est-ce pas choquant ? ».

Un projet de loi issu de 8 000 contributions

L’an passé, la nécessité de formuler des propositions concrètes avait été soulignée, et un groupe de travail « la place des femmes au sein des exécutifs locaux » de l’Association des maires de France (AMF) s’y est attelé. Il a rendu sa copie cette année, en se basant sur pas moins de 8 000 contributions – dont 880 de maires !

Le groupe, composé notamment d’une quinzaine d’élus, a appelé de ses vœux une évolution législative et a notamment plaidé pour une mesure emblématique : que les communes de moins de 1 000 habitants aient elles aussi l’obligation de constituer des listes paritaires, idéalement dès les prochaines élections municipales qui se tiendront en 2020. Le groupe de travail a également proposé qu’il y ait un alternat dans ces communes au niveau des adjoints : si le maire est un homme, que son premier adjoint soit une première ajointe, et vice-versa.

Au niveau des intercommunalités – seules 8 % des présidents d’intercommunalités sont des présidentes, le groupe appelle à la mise en place de listes alternées et paritaires. Dans l’EPCI serait également instaurée une règle de parité dans l’exécutif.

La contrainte fonctionne

La question de la contrainte a bien évidemment été soulevée lors d’échanges avec la salle. N’est-ce pas trop difficile de demander une liste paritaire dans les communes de petite taille ?

« Nous avons déjà entendu cette crainte pour les autres strates, et maintenant il y a des femmes élues à ces fonctions, la loi sur la parité a fonctionné » a répondu au micro Nadine Bellurot, maire LR de Reuilly (Indre), vice-présidente du département, qui a souligné qu’elle occupait ces fonctions non seulement car elle était compétente mais aussi grâce à la loi sur la parité. Et nombre d’élus se sont accordées là-dessus : la loi sur la parité leur a, pour une partie non négligeable d’entre elles, permis de pouvoir investir leurs fonctions actuelles.

En l’absence d’obligations, quid des bonnes pratiques ?

Epinglé mardi soir par l’émission Quotidien pour le manque de parité dans son cabinet en cours de constitution, l’un des arguments utilisés par le ministre délégué aux Collectivités locales, Sébastien Lecornu, a d’ailleurs consisté à dire que la parité n’était pas obligatoire au sein des cabinets ministériels. Ce qui semble confirmer qu’en l’absence d’obligations, les bonnes pratiques ont plus de mal à émerger.

Une fenêtre d’opportunité pour le renouvellement

Le défi est de taille, à seize mois des prochaines élections municipales. Alors qu’un maire sur deux envisage de ne pas se représenter, selon le dernier sondage du Cevipof sur le sujet, le contexte pourrait s’avérer crucial pour la parité. « Alors que beaucoup de maires s’interrogent, c’est le moment pour nous de porter ce renouvellement, et pour cela, légiférer est une nécessité », a déclaré Marie Paule Gay, maire sans étiquette d’Aubure (Haut-Rhin). A l’issue de cette matinée riche en échanges, le groupe de travail de l’AMF remettra ses conclusions à son président, qui se chargera de plaider auprès du gouvernement en faveur d’une proposition de loi. Le groupe de travail compte également miser sur des parlementaires sensibilisés à cette cause afin de le faire inscrire dans le calendrier législatif et que le projet de loi puisse passer avant les prochaines municipales.

Le modèle tunisien

Comme l’a rappelée au micro l’une des intervenantes, le gouvernement tunisien a instauré la parité aux dernières élections municipales qui se sont tenues en mai 2018, à la fois avec une approche verticale et horizontale : les partis ont désormais l’obligation de présenter autant d’hommes que de femmes têtes de listes. Et les résultats ont suivi. Grâce à cette mesure, 20 % des maires sont des femmes en Tunisie, bien mieux que les résultats de 16 % comptabilisés dans l’Hexagone.

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension

Sommaire du dossier

  1. Des maires inquiets de ne pouvoir tenir leurs promesses de campagne
  2. Ébauche de dialogue en clôture du congrès des maires
  3. A l’Elysée, les maires restent sur leur faim
  4. Contenu partenaire Baromètre RH Randstad : quels objectifs 2020 pour les collectivités locales ?
  5. Gestion de l’eau : renouveler les réseaux mais aussi préserver la ressource
  6. Contenu partenaire Comment la Caisse des Dépôts accompagne les élus au quotidien ?
  7. La mise en œuvre du RGPD dédramatisée au Congrès des maires
  8. Se représenter ou pas ? Témoignages de maires
  9. Sécurité : les maires craignent une « tendance à la recentralisation »
  10. Gilets jaunes : ce qu’en pensent les maires
  11. Congrès des maires : le trompe l’œil des finances locales
  12. Aménagement numérique : espoirs mobiles, expectatives sur le fixe
  13. Fonction publique territoriale : Emmanuel Macron veut donner les pleins pouvoirs aux élus
  14. Un hashtag lancé par l’AMF pour redorer le blason des maires
  15. Développement économique : la difficile application de la loi NOTRe
  16. Congrès des maires 2018 : vers un lifting de la réforme territoriale
  17. Quand les gilets jaunes s’invitent dans la transition écologique
  18. Fonds européens : vers une complexification de l’obtention de financements ?
  19. Congrès des maires 2018 : pour en finir avec une « annus horribilis »
  20. Au Salon des maires, la majorité joue l’apaisement avec l’AMF
  21. 16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?
  22. Les associations d’élus font bloc face au gouvernement
  23. L’exécutif démine le terrain à la veille du congrès des maires
  24. Gouvernance du sport : bientôt des expérimentations en régions
  25. Des gilets jaunes sous les écharpes tricolores ?
  26. La moitié des maires veulent raccrocher leur écharpe en 2020
  27. Aménagement : un recentrage à venir pour les SCoT ?
  28. Le congrès des maires pour une intercommunalité à la carte
  29. Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
  30. Commune / intercommunalité : le clash
  31. La dématérialisation, moteur de la modernisation de l’action publique ou du lien avec les administrés ?
  32. Maire et préfet, les secrets d’un vieux couple
  33. « Le dialogue avec les élus est vital pour Macron » – Luc Rouban
  34. La refonte de la carte intercommunale fait toujours des vagues
  35. Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»
  36. Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »
  37. Radiographie de la France après la crise
  38. Maires, forains et responsables de cirques tentent de normaliser leurs relations
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement