Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • « Les scènes conventionnées sont en danger », selon le nouveau président du Syndicat national des scènes publiques

Spectacle vivant

« Les scènes conventionnées sont en danger », selon le nouveau président du Syndicat national des scènes publiques

Publié le 14/03/2011 • Par Hélène Girard • dans : A la une, France

Culture Concert Musique
PHOVOIR
Michel Lefeivre, directeur du Centre des Bords de Marne, scène conventionnée du Perreux-sur-Marne (Val de Marne), a été élu président du Syndicat national des scènes publiques (SNSP) le 7 février 2011, en remplacement de Loïck Lanou. Il explique à la Gazette ses intentions et ses priorités.

Michel LefeivreSans changer de positionnement sur les sujets de fond et les questions d’actualité, le nouveau président souhaite que le syndicat communique plus et de façon plus offensive. Il plaide également pour que les différentes organisations professionnelles du secteur constituent un « Bureau de liaison du spectacle vivant subventionné ».

 

Autre priorité : la sauvegarde des scènes conventionnées.
Pour Michel Lefeivre, elles sont «en danger». Il estime que les objectifs de la circulaire du 5 mai 1999 (1), qui en définit les orientations, n’ont pas été atteints (nombre de scènes à créer, seuil de financement, évaluation des projets etc.). Pire, certains directeurs de salles voient leurs subventions baisser, sans motif et sans évaluation.
En outre les annonces récentes faites par le ministère aux directeurs d’équipement augurent mal de l’avenir : il est question d’un redéploiement de 400.000 euros en moyenne par Drac, sans augmentation budgétaire.
En conséquence, le président du SNSP appelle à la mobilisation pour la sauvegarde des scènes conventionnées.

La mobilisation autour du SNSP vise à porter auprès de l’Etat trois revendications précises.

  1. La pérennisation des scènes conventionnées.
  2. Atteindre et mettre à niveau les seuils de financements fixés par la circulaire de 1999 (2).
  3. Augmenter le nombre de salles concernées, car plaide Michel Lefeivre, il s’agit d’ »un bon outil ».

Un syndicat sous le signe de la diversité

Le SNSP (ex-syndicat national des théâtres de ville) regroupe quelque 150 équipements de spectacle vivant financés par au moins une collectivité. Tous les statuts y sont représentés :

  • régie,
  • établissement public de coopération culturelle,
  • association,
  • société d’économie mixte….

De même, tous les types de structures y cohabitent :

  • théâtres,
  • centres culturels,
  • scènes conventionnées,
  • scènes nationales,
  • scènes de musique actuelle,
  • festivals…

Ses principaux engagements portent sur l’affirmation du rôle du directeur de salle (programmation, gestion, ressources humaines), le développement du service public du spectacle vivant, et la reconnaissance des spécificités des scènes publiques.

Notes

Note 01 Le SNSP demande non seulement que ces seuils soient respectés, mais aussi qu’ils soient actualisés pour tenir compte de l’inflation Retour au texte

Note 02 La subvention de l'Etat devra se situer entre 250.000 et 1.000.000 francs, afin d'être significative, tout en demeurant sensiblement en dessous du plancher de principe de l'aide accordée aux scènes nationales Retour au texte

1 Réagir à cet article

Sur le même sujet

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Les scènes conventionnées sont en danger », selon le nouveau président du Syndicat national des scènes publiques

Votre e-mail ne sera pas publié

renault pascale

15/03/2011 07h40

Bonjour,

J’aborde encore en tant qu’artiste musicienne en région limousin de la dégradation des théâtres scènes conventionnées correspondant à leur programmation où j’ai constatée que les artistes du spectacle vivant ne puissent pas se produire dans les festivals, théâtres, scène des musiques actuelles comme la ville de Tulle (cité de l’accordéon). Je pense qu’il faudrait tout d’abord une vérification par les employeurs de la formation des artistes car il y a trop de spectacle en amateur et beaucoup de prestation étrangère. La convention collective du spectacle vivant n’est toujours pas répecter dans les recrutements des artistes. Je suggère aux directeurs des scènes conventionnées d’exigées l’accès à l’emploi des artistes du spectacle vivant et la technique auprès de la collectivité car la france a un nombre de professionnel du spectacle au chômage et aussi dans le dispositif du RSA. à quand la mise en place par les organisations de spectacle des contrats aidés (CUI) ?
Sans l’accès à un emploi je vois pas l’utilitée de faire des formations car malheureusement l’ensemble des artistes ne peuvent pas transmettre à un public leurs savoirs et leurs pratiques instrumentales. Le budget de la culture serait moins chère si les employeurs engageraient des artistes en région.
Arrêtons le désartre !!!!!!
Pascale RENAULT
Artiste Musicienne

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement