Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

La prise en charge très inégale de la domiciliation des SDF

Publié le 30/11/2018 • Par Rouja Lazarova • dans : France

Sans logis, Précarité, SDF, pauvreté
Fotolia
Alors qu’elle ouvre l’accès aux droits sociaux, la domiciliation, obligation légale des villes, est loin d’être une réalité partout.

« La domiciliation, ce droit fondamental des sans-abri, est l’une des grandes oubliées du plan pauvreté », a lancé Manon Fillonneau, déléguée générale du collectif national droits de l’homme Romeurope, en introduction à la Journée francilienne de la domiciliation, le 10 octobre 2018. Selon elle, ce droit est malmené en Ile-de-France, où environ 200 000 personnes n’ont pas de logement personnel et seules 131 535 sont domiciliées. Or avoir une adresse est la porte d’entrée à tous les droits : prestations sociales, titre national d’identité, compte bancaire… D’où son importance pour l’insertion sociale des plus démunis.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové du 24 mars 2014, la domiciliation est une obligation légale des CCAS et CIAS. Elle se fait aussi par le biais d’associations agréées par les préfectures : les organismes domiciliataires. Mais depuis le vote de la loi, la demande augmente. Selon l’Union nationale des CCAS (Unccas), elle a crû de 30 % depuis 2013, s’établissant à 118 000 personnes domiciliées par les CCAS et CIAS en 2017. « C’est bien, car l’accès aux droits se trouve élargi. Mais cela affecte les CCAS en termes financiers et humains », confie Hélène-Sophie Mesnage, déléguée générale adjointe de l’Unccas.

Une question politique

Selon une enquête de l’union réalisée en 2015, la majorité des CCAS consacraient

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La prise en charge très inégale de la domiciliation des SDF

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement