Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion des déchets

La tarification incitative, cerise sur le gâteau d’un service public complet

Publié le 27/11/2018 • Par Auteur associé • dans : Billets finances, France, Opinions

dechets_corr
par illustrez-vous
Sur certains territoires où elle a été mise en œuvre, la tarification incitative (sous la forme d’une redevance, dans la plupart des cas) semble faire ses preuves. Mais il ne faut pas croire qu'elle représente l’unique solution à la gestion moderne des déchets.
Bertrand Bohain

Bertrand Bohain

délégué général du Cercle national du recyclag

Sur certains territoires où elle a été mise en œuvre, la tarification incitative (sous la forme d’une redevance, dans la plupart des cas) semble faire ses preuves. Certes, elle permet de faire baisser le volume des OMR au profit de la collecte sélective, des déchetteries et des refus de tri. Mais il ne faut pas croire que cette tarification représente l’unique solution à la gestion moderne des déchets.

Afin d’avoir une vision complète, il ne faut pas uniquement regarder la baisse des OMR réalisées par les collectivités qui sont mises en avant pour leurs bons résultats. Il est en effet nécessaire de bien évaluer les gains potentiels en fonction des propres caractéristiques de son service. Une collectivité ayant déjà de très bonnes performances de recyclage et une faible production d’OMR ne pourra sûrement pas diviser par deux ce volume. Autrement dit, là où la tarification incitative est plus facile à mettre en œuvre, c’est aussi là où les résultats en termes de collecte sélective et de tri sont les meilleurs.

Réalités locales

En premier lieu, et quelle que soit la volonté politique d’instaurer cette tarification, il est primordial que les usagers aient facilement accès à un maximum de solutions de prévention et de collecte séparative des déchets, afin de réduire, par des gestes simples, les quantités de déchets à jeter dans les ordures ménagères. Plus le panel d’outils est développé et plus les performances du service public seront importantes. Ensuite il est indispensable de fortement communiquer, informer, sensibiliser autour de la prévention et de la gestion des déchets et de ces solutions en place. La tarification incitative est un outil accélérateur qui permet de capter plus rapidement l’attention des usagers pour qu’ils utilisent au mieux le service public de gestion des déchets.

Il subsiste beaucoup de questions sur cette tarification. Par exemple, les problématiques techniques de l’habitat collectif, l’impact d’une facturation collective sur les comportements, la quantification et les moyens de limiter les incivilités (abandons sauvages, brûlages, tourisme des déchets, utilisation des corbeilles de rues…), etc. Imposer une généralisation au niveau national sans prendre en compte les réalités locales n’est donc pas pertinent.

Feuille de route sur l’économie circulaire

La feuille de route sur l’économie circulaire en fait la promotion avec une baisse des frais de gestion des services fiscaux de 8 % à 3 % pour les cinq premières années de mise en œuvre de la TEOM incitative. Cette baisse directe pour le contribuable censée compenser les surcoûts de mise en œuvre ne sera perçue par les collectivités que si elles augmentent leur fiscalité locale, ce qui n’est pas leur souhait.

L’idée générale de ce dispositif, qui est de responsabiliser financièrement de façon plus directe le citoyen afin qu’il agisse pour limiter les déchets résiduels mis au service public, peut sembler intéressante. Le slogan reste donc : moins je jette dans la poubelle « déchets résiduels », qui est alors mesurée, moins je suis censé payer. Cependant, l’impact sur l’acte d’achat qui reste à l’origine de la production de déchets demeure toujours très limité.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La tarification incitative, cerise sur le gâteau d’un service public complet

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement