Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Entretien] Congrès des maires 2018

Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »

Publié le 21/11/2018 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

CONGRES-debat-BOUET
fabien calcavechia
Plan « Ma santé 2022 », rapport des délégués nationaux à l’accès aux soins : les occasions pour le gouvernement de parler des déserts médicaux ont été nombreuses ces dernières semaines. Les attentes dans les territoires sont fortes. Le président de l’Ordre national des médecins donne son point de vue sur les solutions proposées et les demandes des élus.

Alors qu’une table-ronde est organisée le 21 novembre sur les « Inégalités d’accès aux services essentiels de proximité : quelles actions ? quels leviers ? », à laquelle il participe, le président de l’Ordre national des médecins, Patrick Bouet, a répondu aux questions de la Gazette.

Qu’avez-vous pensé des annonces concernant la lutte contre les déserts médicaux par le renforcement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) de la ministre des Solidarités et de la Santé, en septembre ?

Nous avons un regard double sur les propositions. Nous avons entendu que la ministre a compris la nécessité de mettre les choses en place au niveau des territoires. Mais attention, on ne peut pas simplement concevoir un modèle au niveau national réalisé au ministère ou dans les Agences régionales de santé (ARS), qu’on viendrait plaquer dans les territoires. Il faut une véritable démocratie sanitaire territoriale d’accompagnement composée des patients, des professionnels de santé et des acteurs locaux dont les élus.

Et qu’attendez-vous exactement des élus locaux ?

Nous souhaitons qu’ils soient des acteurs qui favorisent la mise en œuvre d’initiatives communes, avec les professionnels de santé. Il faut que les élus s’associent à nous et qu’ils ne prônent pas des solutions de leur côté, basées uniquement sur l’immobilier. Là où les acteurs ne sont pas rassemblés, il y a un risque d’impasse.

Comme ces maisons pluridisciplinaires de santé (MPS) qui restent désespérément vides ?

Nous avons tous été dans une spirale d’erreurs. Les élus voulaient mettre en place des moyens pour faire venir des médecins. Or, pour cela, il faut rassembler tous les acteurs. La proposition d’internat pour les étudiants dans les territoires faites par les délégués nationaux à l’accès aux soins est bonne : aujourd’hui, tout ce qui permet à de jeunes professionnels d’aller dans les territoires et de sortir de l’hôpital est une bonne solution. Il faut maintenant faire accepter à l’université que la formation n’est pas que dans les centres hospitaliers.

Il faut aussi que l’Ordre contribue à la mobilité des professionnels et leur permette d’utiliser les nouvelles technologies afin d’accomplir les examens à distance. Il faut avoir une ambition beaucoup plus générale que simplement mettre des professionnels dans un lieu. Cela provoque un risque de concentration dans les MPS qui aggrave les déserts autour. Il ne faut pas fixer un médecin dans un lieu, la notion de cabinet doit être aujourd’hui multi-sites pour proposer aux habitants des accès aux soins.

Ces mesures que vous prônez ne convainquent par tous les maires. Certains, notamment à l’Association des petites villes de France, demandent que les médecins qui continueraient à s’installer dans les zones denses ne soient plus affiliés à la Sécurité sociale. Qu’en pensez-vous ?

La coercition serait contre-productive. La première année après l’obtention du diplôme, seul 9% des médecins s’installent en libéral. Cinq ans après le diplôme, ils sont 33%. Si on leur impose l’endroit où s’installer, ils ne s’installeront plus en libéral et on perdra ce flux. Ce n’est pas une bonne solution pour l’avenir. Au contraire, il faut tout faire pour que les professionnels soient formés dans le monde libéral et les territoires.

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension

Sommaire du dossier

  1. Des maires inquiets de ne pouvoir tenir leurs promesses de campagne
  2. Ébauche de dialogue en clôture du congrès des maires
  3. A l’Elysée, les maires restent sur leur faim
  4. Contenu partenaire Baromètre RH Randstad : quels objectifs 2020 pour les collectivités locales ?
  5. Gestion de l’eau : renouveler les réseaux mais aussi préserver la ressource
  6. Contenu partenaire Comment la Caisse des Dépôts accompagne les élus au quotidien ?
  7. La mise en œuvre du RGPD dédramatisée au Congrès des maires
  8. Se représenter ou pas ? Témoignages de maires
  9. Sécurité : les maires craignent une « tendance à la recentralisation »
  10. Gilets jaunes : ce qu’en pensent les maires
  11. Congrès des maires : le trompe l’œil des finances locales
  12. Aménagement numérique : espoirs mobiles, expectatives sur le fixe
  13. Fonction publique territoriale : Emmanuel Macron veut donner les pleins pouvoirs aux élus
  14. Un hashtag lancé par l’AMF pour redorer le blason des maires
  15. Développement économique : la difficile application de la loi NOTRe
  16. Congrès des maires 2018 : vers un lifting de la réforme territoriale
  17. Quand les gilets jaunes s’invitent dans la transition écologique
  18. Fonds européens : vers une complexification de l’obtention de financements ?
  19. Congrès des maires 2018 : pour en finir avec une « annus horribilis »
  20. Au Salon des maires, la majorité joue l’apaisement avec l’AMF
  21. 16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?
  22. Les associations d’élus font bloc face au gouvernement
  23. L’exécutif démine le terrain à la veille du congrès des maires
  24. Gouvernance du sport : bientôt des expérimentations en régions
  25. Des gilets jaunes sous les écharpes tricolores ?
  26. La moitié des maires veulent raccrocher leur écharpe en 2020
  27. Aménagement : un recentrage à venir pour les SCoT ?
  28. Le congrès des maires pour une intercommunalité à la carte
  29. Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
  30. Commune / intercommunalité : le clash
  31. La dématérialisation, moteur de la modernisation de l’action publique ou du lien avec les administrés ?
  32. Maire et préfet, les secrets d’un vieux couple
  33. « Le dialogue avec les élus est vital pour Macron » – Luc Rouban
  34. La refonte de la carte intercommunale fait toujours des vagues
  35. Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»
  36. Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »
  37. Radiographie de la France après la crise
  38. Maires, forains et responsables de cirques tentent de normaliser leurs relations
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement