logo
DOSSIER : Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/591740/emmanuel-macron-seche-le-congres-des-maires-2018/

ÉVÉNEMENT
Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
Jean-Baptiste Forray | France | Publié le 14/11/2018 | Mis à jour le 19/11/2018

Contrairement à sa promesse de l’an passé, le président de la République ne descendra pas dans l’arène de la porte de Versailles. Il recevra les maires à l’Élysée le 21 novembre.

 

CONGRES-cloture-macron-baroinEmmanuel Macron l’a confié au patron de l’AMF François Baroin (LR), lors d’un tête-à-tête le 30 octobre. Il n’ira pas au congrès des maires cette année. Une information confirmée le 13 novembre 2018 par L’Express. « Je m’engage à une chose si vous l’acceptez, c’est venir chaque année rendre compte des engagements que je viens de prendre parce que c’est cela l’esprit de responsabilité dans la République », avait pourtant lancé Emmanuel Macron à François Baroin lors de l’édition 2017 du congrès des maires.

Mais, depuis, la colère des élus locaux n’a cessé d’enfler. Main dans la main avec l’Assemblée des départements de France et Régions de France, l’AMF a même lancé le 26 septembre 2018 un appel de Marseille contre l’ultracentralisation.

Dans les pas de Nicolas Sarkozy

A l’instar de Nicolas Sarkozy, au moment de la grogne en 2009 contre la fin de la taxe professionnelle, le chef de l’État recevra les maires à domicile, le 21 novembre. Ce rendez-vous suscite, selon RTL, des tirages, l’Élysée reprochant à l’AMF de ne pas transmettre les cartons d’invitation à ses adhérentes.

Philippe Laurent (UDI), secrétaire général de l’Association des maires de France, tombe des nues : « Je ne suis même pas au courant de cette réception… De toute façon, le listing des maires est détenu par le ministère de l’Intérieur ! »

Une chose est sûre : c’est Édouard Philippe qui conclura le congrès, le lendemain. En 2009, l’exercice avait plutôt réussi au Premier ministre d’alors, François Fillon, dont le sang-froid avait été salué par sa majorité et les observateurs.

En attendant, Philippe Laurent s’efforce de banaliser l’intervention du locataire de Matignon : « Avec notre campagne de communication ‘Ma  commune, j’y tiens’, nous voulons, avant tout, nous adresser à l’opinion. Nous avons d’ailleurs insisté, cette année, pour ne pas avoir trop de ministres au congrès. »

Une ligne de conduite qui ne vaut pas pour les parlementaires. L’AMF accueillera cette année un nombre particulièrement élevé de députés désireux d’affermir leurs liens avec les maires à un peu plus d’un an du scrutin municipal. Une bonne nouvelle pour l’AMF qui cherche des points d’appui au sein du Parlement de l’après-cumul des mandats.

 

POUR ALLER PLUS LOIN