Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Réforme territoriale

Les élus locaux, sparadrap du capitaine Macron

Publié le 16/11/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Emmanuel Macron  100e Congrès des maires 2017
Emmanuel Macron 100e Congrès des maires 2017 F Calcavechia / La Gazette
Réunies sous la bannière de Territoires unis, les principales associations d'élus disposent d'une force de frappe décuplée. Une puissance de feu directement dirigée contre le chef de l'Etat.

Quand le roi de France est à terre, les grands du royaume se rebiffent. Un classique de l’histoire nationale. Nul hasard si, comme en 1648, le mouvement initié par les anciens ministres François Baroin (LR), Dominique Bussereau (ex-LR) et Hervé Morin (LC) est considéré comme une « fronde ». Les chefs de l’AMF, de l’ADF et de RDF n’ont toujours pas digéré l’attitude du prince qui, au début de son règne, les a traités comme des va-nu-pieds.

Machine de guerre

Depuis, François Baroin, Hervé Morin et, à un degré moindre, Dominique Bussereau ont juré de prendre leur revanche sur le pouvoir central. Sous l’intitulé pacifique de « Territoires unis », l’association que le trio a portée sur les fonts baptismaux le 8 novembre à Rennes, se cache une machine de guerre. Dans chaque région, les frondeurs vont tenir des meetings politiques, selon l’expression utilisée par Hervé Morin, lors d’un premier rassemblement, le 26 septembre, à Marseille.

Dans l’arène

Le congrès des maires, du 20 au 22 novembre, marque le premier point d’orgue de cette mobilisation. Pas fou, Emmanuel Macron a préféré ne pas descendre dans l’arène. Les élus seront reçus à l’Elysée. La preuve que Territoires unis est en passe d’inverser le rapport de force avec le pouvoir. Se sentant pousser des ailes, l’Assemblée des départements de France réclame, maintenant, un acte III de la décentralisation.

L’Association des maires de France en profite pour régler ses comptes avec l’ADCF, coupable de se montrer un peu trop arrangeante avec le pouvoir. Contrairement au vœu présidentiel, les régions ne mettent guère la main à la poche pour alléger la hausse du prix des carburants. Territoires unis n’a pas fini de coller aux basques d’Emmanuel Macron, tel le sparadrap du capitaine Haddock.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les élus locaux, sparadrap du capitaine Macron

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement