Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[INTERVIEW CROISÉE] André laignel • Jean-Luc Rigaut

Commune / intercommunalité : le clash

Publié le 16/11/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Laignel-Rigaut
Fabien Calcavechia et Valerio Vincenzo
Le numéro deux de l’Association des maires de France (AMF), André Laignel (PS), fait feu sur le patron de l’Assemblée des communautés de France (ADCF), Jean-Luc Rigaut (UDI), qu’il accuse de précipiter la mort des communes. Sourd aux attaques, son contradicteur défend la France des bassins de vie.

Le gouvernement a-t-il fait ce qu’il fallait pour désamorcer la fronde des élus locaux ? (1)

Jean-Luc Rigaut : Il a envoyé un signal très positif en créant le ministère de la Cohésion des territoires élargi. Avec la titulaire de ce portefeuille, Jacqueline Gourault, nous parlons la même langue. Nous espérons maintenant que le pilotage de la technostructure, c’est-à-dire de la direction générale des collectivités locales, sera bien à la main de son ministère, et non en partie à celle de l’Intérieur.
André Laignel : Ce nouveau Meccano relève d’un problème interne à la haute administration. Mais tout ça ne change rien. Les sourires revenus, la braderie continue. La recentralisation et l’étouffement financier se poursuivent. Le dédain à l’égard des communes est toujours là. Je constate d’ailleurs qu’a été nommée à la tête du ministère des territoires l’une de celles qui a dit le plus de mal de l’Association des maires de France et de ses dirigeants.

Qu’attendez-vous de l’exécutif ?

J.-L. R. : Début novembre, le président de la République est allé au contact des maires dans le Grand Est. C’est très bien, car la politique nationale ne peut être hors sol. Elle se décline dans les collectivités. Je souhaite maintenant qu’il aille au bout des orientations qu’il a fixées lors du congrès de l’an dernier, à savoir la décentralisation, l’expérimentation et la différenciation territoriale. Organisons la France des bassins de vie et des intercommunalités autour des attentes des citoyens.
A. L. : L’ADCF se sert des intercos pour affaiblir les communes. Certains de ses dirigeants prônent l’élection au suffrage universel direct sans fléchage des élus communautaires. Ce serait un enterrement des communes. Les mêmes réclament l’intercommunalisation de l’aide sociale et de l’école. L’ADCF fait en sorte que des compétences facultatives, comme l’eau ou l’assainissement, deviennent obligatoires. Là-dessus, la parole présidentielle n’a pas été respectée. Dans son discours au congrès des maires l’an dernier, Emmanuel Macron n’avait pas évoqué de date butoir. Le transfert était optionnel. Il est finalement automatique, sauf dérogation, à partir de 2026. Après la loi « Notre » de 2015, l’ADCF a encore obtenu gain de cause.
J.-L. R. : Avec sa proposition de loi, Marc Fesneau (alors député Modem, ndlr), qui est à la fois proche de Jacqueline Gourault et de notre association, a trouvé un compromis sur un report à 2026. C’est bien qu’on y arrive, car la taille communale n’est, ici, plus opérante. Quand on a de la sécheresse comme aujourd’hui, il est bon de compter sur un maillage de réseaux. Nous souhaitons maintenant que le transfert automatique à l’intercommunalité puisse être remis en cause seulement par une majorité de blocage, et non par une minorité de blocage comme le prévoit la loi.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2018 : un rendez-vous sous haute tension

Sommaire du dossier

  1. Des maires inquiets de ne pouvoir tenir leurs promesses de campagne
  2. Ébauche de dialogue en clôture du congrès des maires
  3. A l’Elysée, les maires restent sur leur faim
  4. Contenu partenaire Baromètre RH Randstad : quels objectifs 2020 pour les collectivités locales ?
  5. Gestion de l’eau : renouveler les réseaux mais aussi préserver la ressource
  6. Contenu partenaire Comment la Caisse des Dépôts accompagne les élus au quotidien ?
  7. La mise en œuvre du RGPD dédramatisée au Congrès des maires
  8. Se représenter ou pas ? Témoignages de maires
  9. Sécurité : les maires craignent une « tendance à la recentralisation »
  10. Gilets jaunes : ce qu’en pensent les maires
  11. Congrès des maires : le trompe l’œil des finances locales
  12. Aménagement numérique : espoirs mobiles, expectatives sur le fixe
  13. Fonction publique territoriale : Emmanuel Macron veut donner les pleins pouvoirs aux élus
  14. Un hashtag lancé par l’AMF pour redorer le blason des maires
  15. Développement économique : la difficile application de la loi NOTRe
  16. Congrès des maires 2018 : vers un lifting de la réforme territoriale
  17. Quand les gilets jaunes s’invitent dans la transition écologique
  18. Fonds européens : vers une complexification de l’obtention de financements ?
  19. Congrès des maires 2018 : pour en finir avec une « annus horribilis »
  20. Au Salon des maires, la majorité joue l’apaisement avec l’AMF
  21. 16 % de femmes maires « au pays de Marianne » : à quand la parité ?
  22. Les associations d’élus font bloc face au gouvernement
  23. L’exécutif démine le terrain à la veille du congrès des maires
  24. Gouvernance du sport : bientôt des expérimentations en régions
  25. Des gilets jaunes sous les écharpes tricolores ?
  26. La moitié des maires veulent raccrocher leur écharpe en 2020
  27. Aménagement : un recentrage à venir pour les SCoT ?
  28. Le congrès des maires pour une intercommunalité à la carte
  29. Emmanuel Macron sèche le congrès des maires
  30. Commune / intercommunalité : le clash
  31. La dématérialisation, moteur de la modernisation de l’action publique ou du lien avec les administrés ?
  32. Maire et préfet, les secrets d’un vieux couple
  33. « Le dialogue avec les élus est vital pour Macron » – Luc Rouban
  34. La refonte de la carte intercommunale fait toujours des vagues
  35. Santé et culture : même combat pour des «services essentiels de proximité»
  36. Déserts médicaux : « La coercition serait contre-productive »
  37. Radiographie de la France après la crise
  38. Maires, forains et responsables de cirques tentent de normaliser leurs relations
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Commune / intercommunalité : le clash

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement