Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

conjoncture

L’épargne brute des petites villes diminue

Publié le 13/11/2018 • Par Emilie Buono • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

CapturePV_epargnebrute
La Banque Postale / APVF
Malgré une bonne maîtrise de leurs dépenses de fonctionnement en 2017, la situation des petites villes reste "fragile", font savoir La Banque Postale et l'APVF dans leur dernière étude. En cause, une "très faible progression des recettes", qui conduit à une baisse de leur épargne brute et à une reprise de l'investissement "moins rapide" que pour l'ensemble des collectivités. Une situation que pourraient aggraver la contractualisation et la réforme fiscale.

« Ça va mieux que si c’était pire. » Selon Christophe Bouillon, l’expression, entendue de façon récurrente lors de ses discussions avec les maires, résume bien la situation financière des petites villes, dont il préside l’association. Mardi 13 novembre, l’APVF a présenté la quatrième édition de l’étude « Regard financier sur les petites villes », réalisée par La Banque Postale et portant sur les 4 039 communes comptant de 2 500 à 25 000 habitants (1) – une strate loin d’être homogène. S’il n’est « pas catastrophique », l’état des finances des petites villes est en revanche « fragile », assure le député de Seine-Maritime, maire honoraire de Canteleu.

Les petites communes sont plus prudentes

Premier signe de cette fragilité, liste Christophe Bouillon, la baisse de l’épargne brute enregistrée en 2017, à -1,85 %. Un chiffre qui cache une grande disparité entre les communes de la strate :

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’épargne brute des petites villes diminue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement