Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Innovation

L’innovation en marche à la communauté urbaine de Dunkerque, épisode 9 : ce n’est qu’un au revoir

Publié le 12/11/2018 • Par Brigitte Menguy Delphine Gerbeau • dans : Dossiers d'actualité, France

dunkerque-innovation-une
D.R.
Dernier épisode de notre série sur la formation aux méthodes d'innovation mise en oeuvre par la 27ème Région à la communauté urbaine de Dunkerque. c'est la dernière fois que les ambassadeurs de la CUD sont réunis avec les résidents de la 27ème Région. Il s'agit pour l'équipe de préparer le passage de relais au futur laboratoire d'innovation, qui en principe devrait être prochainement créé. Mission accomplie pour la 27ème Région.

Cet article fait partie du dossier

L'innovation en pratique

La Transfo à Dunkerque touche cette fois à sa fin : c’est la dernière fois que les ambassadeurs de la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) sont réunis avec l’équipe de  la 27ème Région, pour peaufiner l’organisation du futur labo.

Une organisation a été proposée à la direction générale des services, et validée : le futur laboratoire d’innovation sera rattaché à elle, et fonctionnera par cycles thématiques. Il naviguera de direction en direction, au fil des projets qui se présenteront. Sa mission : une aide à la maîtrise d’ouvrage pour les projets de la CUD, une démarche de prospective sur les sujets communautaires, et une veille autour de l’innovation dans les services publics. Il sera composé d’un coordinateur, probablement recruté en interne, et d’un designer concepteur.

Passage de relais

Pour cette séance, il s’agit d’organiser le « tuilage » entre Transfo et labo, sachant que ce dernier ne sera probablement opérationnel que dans quelques mois. Comment faire pour que l’équipe des ambassadeurs reste mobilisée, et que démarre le travail sur un premier dossier, probablement la mise en place de la tarification incitative des déchets ? Une chose est sûre, les ambassadeurs ont désormais pris le pouvoir, ils n’ont plus besoin qu’on les sollicite pour prendre la main sur l’organisation de la journée, et de la suite !

Un premier atelier réfléchit à la feuille de route des prochains mois, pour initier le travail sur la tarification incitative des déchets. « Attention à ne pas débarquer dans le service alors que les équipes ont déjà travaillé sur le sujet », met en garde Cécile, ambassadrice. Une série d’entretiens ciblés pour mieux cerner le sujet semble indispensable, et pour mieux préciser les besoins et les manques. Ensuite une feuille de route, avec deux ou trois cas pratiques,  « pourquoi ne pas faire une vidéo cagette sur les déchets du futur », lance l’un, qui a bien retenu la leçon des précédentes sessions. Les idées fusent, l’envie de continuer l’aventure est là. « Une chose est sûre, il faudra à chaque fois convaincre les équipes de l’utilité du labo », résume Xavier Figuerola, designer de la 27ème Région et résident de la Transfo.

Quelles ressources pour le labo

Le second atelier est consacré aux outils pour le futur labo. Les ambassadeurs réfléchissent notamment aux moyens de communication à déployer pour faire connaître ce futur ovni administratif à leurs collègues de la CUD. Newsletter ? Chaîne Youtube ? Show permanent ou temporaire ? Les ambitions sont grandes pour communiquer sur l’existence-même d’un laboratoire d’innovation.

Autre challenge avant l’ouverture du labo : cartographier les moyens disponibles en interne. Car même s’il pourra faire l’objet d’un budget propre, le futur labo devra surtout compter sur les ressources humaines, le matériel et les locaux existants en interne. Mais pour élaborer une cartographie, les ambassadeurs s’interrogent : « Faut-il avoir une entrée par besoin ou lister de tout ce qui est disponible ? ».

« L’étape de la cartographie est importante » explique Xavier Figuerola. « Les ambassadeurs sont les mieux placés pour savoir ce dont le labo aura besoin, à eux de dresser ces listes car une personne extérieure ne pourra pas le faire de manière pertinente ».

Mais vient l’épineuse la question de l’annuaire « ressources humaines » : qui sera disponible pour travailler au sein du labo ? S’ensuit les problématiques managériales : comment recueillir l’accord du N+1 ? A chaque mission ? Un seul accord vaut-il pour chacune des interventions ? Les ambassadeurs sont ici conscients que les réponses seront différentes selon le poste, le service et la direction…

La matinée se conclut par un temps consacré à trouver le nom du futur labo. Sous la forme d’une boîte à idées, les propositions se succèdent au fil du tour de table des ambassadeurs : « DK lab », « les ouvriers du service public », « le lab’ino », « DK Méninges », « labinove »… pour terminer sur celui qui remporte le plus de succès… « DKapeurs » !

Rencontre avec le DGS

Mais le moment clé de cette dernière journée de la Transfo pour les ambassadeurs, c’est la venue du directeur général des services de la CUD, Patrick Lambert, venu rassurer les membres de la Transfo sur la réalité de la naissance future du laboratoire d’innovation.

« On est en train de faire un truc de dingue ! on invente collectivement une structure qui n’existe pas » s’exclame le DGS qui, par cette expression veut rappeler aux ambassadeurs qu’une pédagogie au sein des services et des élus communautaires est primordiale avant le lancement du labo. Une approche timide qui suscitent de facto de nombreuses questions de la part des ambassadeurs notamment celle relative au futur recrutement d’un coordinateur dont les missions seront entièrement dédiées à la vie du labo.

« Pour l’instant, j’envisage plutôt un recrutement en interne, quelqu’un qui connaisse bien notre structure » précise le DGS. Mais lorsqu’il annonce préférer y affecter un directeur ou un agent de catégorie A, des regards de déception se lient sur les visages des ambassadeurs majoritairement de catégorie B ou C. Un malaise que Laura Pandelle, designer et résidente de la Transfo, saisit au bond en expliquant « qu’un tel choix exclurait de facto la majorité des ambassadeurs et impliquerait une approche à nouveau par service alors que le labo ne doit pas être enfermé dans une case administrative traditionnelle ».  « Attention à ne pas recréer le fonctionnement classique d’un service, met en garde Patrick Lambert, le labo doit être un couteau suisse, un accompagnateur ».

Une lourde tâche attend les ambassadeurs dans les semaines qui viennent : entretenir la flamme de l’innovation durant cette période de transition, pour faciliter l’arrivée du futur labo. A n’en pas douter elle devrait rester allumée, vu l’enthousiasme des agents après ces dix huits mois de formation. La Gazette reviendra prochainement dans le magazine sur le bilan de ces dix huit mois en compagnie de la 27ème Région, et nous remercions chaleureusement toute l’équipe pour son accueil.

 

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’innovation en marche à la communauté urbaine de Dunkerque, épisode 9 : ce n’est qu’un au revoir

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement