Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fiscalité

Prix du carburant : Emmanuel Macron en appelle aux territoires

Publié le 06/11/2018 • Par Pablo Aiquel • dans : A la une, France

EMMANUEL MACRON
CEDRIC LECOCQ/LA GAZETTE DES COMMUNES
Le Président de la République veut généraliser l'aide mise en place dans les Hauts de France. Les régions redoutent de payer la facture. En attendant, la grogne des maires ruraux ne retombe pas.

Pour répondre à la colère des automobilistes face à la hausse des carburants, le Président de la République a demandé au gouvernement de travailler sur des mesures visant à accompagner « nos concitoyens qui tous les jours prennent leur voiture pour aller travailler ». C’est ce qu’il a annoncé le 6 novembre 2018 sur Europe 1.

Le chef de l’Etat a proposé de généraliser les aides individuelles portées par les collectivités, à l’image du dispositif de la région des Hauts-de-France, s’engageant à défiscaliser la mesure en la sortant de l’assiette de l’impôt sur le revenu.

L’aide mise en place par la région dirigée par Xavier Bertrand (Divers droite) concerne des personnes habitant à plus de 30 km de leur travail, et n’ont pas accès à de transports en commun ou travaillent avec des horaires décalés, sous conditions de ressources (moins de deux fois le SMIC).

Nouvelles dépenses

Ces nouvelles mesures annoncées par le président de la République « sont bien ciblées sur les ménages les plus exposés, et sont des réponses adaptées et très concrètes aux inquiétudes des Français. A nous maintenant, gouvernement et majorité, de concrétiser rapidement ces engagements ! » a tweeté l’ancien porte-parole de Nicolas Hulot, le député Mathieu Orphelin (LRM) .

En revanche, Régions de France a qualifié immédiatement l’annonce de « très surprenante puisqu’elle revient à demander aux Régions de payer alors que c’est l’État qui perçoit les recettes liées à la contribution climat énergie (CCE) ».

« Elle contrevient par ailleurs à l’obligation faite aux Régions de ne pas augmenter leurs dépenses de fonctionnement. Enfin la mesure de défiscalisation sera sans impact réel puisque les ménages concernés sont pour l’essentiel non imposables », a assuré Régions de France dans un communiqué.

Pour les régions, c’est à l’Etat « de financer les mesures palliatives en termes de pouvoir d’achat. Nous demandons qu’il affecte les recettes supplémentaires de TVA au financement d’un dispositif d’aide individuelle sur des populations ciblées ». Elles réclament également un rôle accru en matière d’autorité organisatrice de la mobilité.

Délibérations contre la hausse

Mais pour Emmanuel Macron,  l’essentiel est ailleurs. Avec son intervention sur Europe 1, il apporte une première réponse ainsi à la grogne qui monte dans le pays : des manifestations de blocage sont annoncés pour le 17 novembre prochain. Une colère que l’Association des maires ruraux de France voit gonfler depuis des mois. Plusieurs dizaines de villages ont délibéré contre la hausse des taxes des carburants.

« Depuis mars-avril 2016 à septembre-octobre de cette année, le prix du carburant a prix une augmentation de 50% », explique le maire du Ferré (690 hab., Ille-et-Vilaine), Louis Pautrel.

Le conseil municipal du Ferré a voté en octobre dernier une délibération sollicitant la baisse des taxes, mais aussi la mise en place des dispositifs pour protéger le pouvoir d’achat, l’opposition aux « péages urbains », l’accélération du développement du télétravail, et demande également à la région et aux intercommunalités de déployer des solutions de déplacement collectif.

« Nous avons fait de calculs, pour un ménage qui consomme 45 litres de carburant par semaine, cela représente plus de 1100€ par an, l’équivalent d’un SMIC ! C’est du pouvoir d’achat qui s’en va. C’est pour cela que nous demandons une baisse des taxes des carburants », souligne l’élu breton, également vice-président de l’association des maires ruraux de France.

Véhicules des collectivités impactés

Pour Flavien Neuvy, économiste et maire de Cébazat (Puy-de-Dôme), « la hausse des carburants pèse lourd également sur les dépenses des collectivités, car il s’agit d’une charge à caractère général qui entraine une augmentation des dépenses sans consommation supplémentaire. Cela va exiger plus d’économies, alors qu’on en fait déjà partout ».

« Les citoyens vivent très mal ces hausses du prix des carburants, car souvent il n’y a pas d’autre choix que de prendre la voiture. Pour les habitants des périphéries et de la campagne, c’est très difficile », explique-t-il.

Des élus d’opposition, Damien Abad et Guillaume Peltier (LR), ont embrayé les maires ruraux en sollicitant dans un « appel des territoires » publié par le Journal du dimanche, « l’arrêt immédiat de la hausse des taxes ».

Mais le gouvernement ne compte pas revenir sur « la politique fiscale qui met un prix face à la pollution » et maintient le cap sur les augmentations des taxes prévues en 2019.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prix du carburant : Emmanuel Macron en appelle aux territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

manava décarbonate

06/11/2018 10h38

Hello bonsoir, Où voyez-vous une hausse des carburants ? c’est une bien mauvaise idée cette mesure et en plus de la soumettre aux régions sans en discuter ; cependant, en consultant mon carnet je constate : en 2012, le litre d’essence était à 1,60 euro ; relativisons : il est aujourd’hui à 1,50 euros mais le diesel était quarante centimes de moins ; çà variait avec le prix du baril ; par contre le prix du beurre a bien augmenté et là personne ne s’en plaint ; pauvres de nous d’avoir été aussi imprévoyants y compris les gouvernements précédents ; oui je suis ok avec le gouvernement pour hausser le tarif du diesel et le mettre à égalité avec l’essence puisque ce carburant nous pourrit l’air ; j’ai la chance ou plutôt toujours choisi malgré le prix plus bas du gazole de toujours rouler en voiture essence depuis 1979 sachant le diesel nocif depuis toujours en choisissant des voitures de gamme moyenne récente faisant 5 litres en moyenne au cent km sans trop éloigner le domicile du travail (trente kms est vraiment excessif) ; on en serait pas là si tout le monde avait fait comme cela mais le diesel était à la mode n’est ce pas ? ; mes solutions pour décarboner les transports les voici : imposer aux constructeurs la petite voiture à bas prix roulant à un ou deux litres au cent hybride ou non en interdisant tout de suite le carburant diesel comme en Suède ; gratuité des transports en commun à financer par la vignette auto à verser aux régions ; mais c’est urgent ou trop tard car le temps va nous manquer si on ne fait rien ; bloquer les voies est une mauvaise voie qui ne servira à rien sauf nous faire perdre notre temps et encourager les idées de dictature et de populisme ; et là, si ces idées l’emportent aux élections prochaines, l’effondrement écologique est inéluctable.

François

07/11/2018 08h19

Ça c’est le culot à l’état pur. Je taxe, tu compenses !…
De deux choses l’une
Si la taxe est faite pour l’environnement, il ne faut pas compenser.
Si c’est pour avoir de l’argent et si la situation des Français touche le Président il faut que le Gouvernement rende l’argent qu’il a pris. Pas faire supporter le remboursement à ceux qui n’ont pas pris la décision.
Mais pour les Régions c’est comique elles reçoivent leurs ressources pour une grande part de la TIPP, et on leur demande de financer l’augmentation de la part de l’Etat…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement