Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bâtiment

Rénovation thermique : pourquoi ce n’est plus une option

Publié le 06/11/2018 • Par Olivier Descamps • dans : actus experts technique, France

une-ITE
FV
Le bâtiment est le secteur le plus gourmand en énergie. Il faut donc que la basse consommation énergétique devienne la règle, mais ce n’est pas simple. D’où l’importance de créer un service public local de l’efficacité énergétique, afin d'accompagner les ménages et tenir les objectifs nationaux. Quant aux collectivités, elles possèdent également un patrimoine dont il faut accélérer la rénovation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est l’un des multiples imbroglios qui ont conduit à la démission du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. En avril dernier, un énième plan visant à la rénovation de 500 000 logements par an a été présenté. Un objectif répété à l’envi depuis des années et qu’il faudra peut-être finir par revoir à la hausse du fait du retard accumulé. « On a baissé de moitié les moyens pour y arriver. Je sais très bien en actant le plan que l’on ne pourra pas atteindre les objectifs », a estimé Nicolas Hulot lors de son départ fracassant, le 28 août.

La totalité du parc à rénover en BBC avant 2050

Le constat est amer, tergiverser n’est plus possible. Le secteur du bâtiment représente près de 45 % de la consommation d’énergie en France et 27 % des émissions de gaz à effet de serre. Et les efforts accomplis en vue de durcir la réglementation thermique concernant les bâtiments neufs ne peuvent faire oublier que, afin de répondre à l’enjeu climatique, la totalité du parc devra d’ici à 2050 être rénovée au niveau du label BBC (Bâtiment basse consommation). Le plan du gouvernement rappelle en outre la nécessité d’éradiquer 7 à 8 millions de passoires thermiques d’ici à 2025.

Pour changer d’échelle, « massifier » les opérations de réhabilitation selon l’expression consacrée par le secteur, « les collectivités territoriales, en particulier les régions et les intercommunalités, ont un rôle déterminant à jouer », indique le plan. Nombre d’entre elles accompagnent quelques projets, mais clament leur incapacité à accélérer le mouvement alors que l’on ne cesse de rogner leurs budgets. L’association Amorce estime qu’il faudrait 200 millions d’euros pour créer un service public local de l’efficacité énergétique digne de ce nom, notamment en vue de généraliser les plateformes censées prendre les ménages par la main afin que chaque bribe de réflexion débouche sur des travaux.

Prendre en compte le contexte local

Avec ou sans moyens complémentaires, la marche est haute. Ne serait-ce que parce qu’il n’est pas toujours facile de transformer un enjeu global en problématique locale, de savoir vers quels quartiers ou vers quels types de travaux flécher ses aides financières pour être efficace. « On a une vision qui considère la France comme un ensemble, sans prendre en compte les caractéristiques climatiques et les typologies d’habitat », regrette Marie Durand, conseillère en politique énergétique à l’Agence locale de l’énergie et du climat (Alec) de la métropole Aix-Marseille Provence (92 communes, 1,89 million d’hab.). Cas d’école : faut-il vraiment accorder la même importance à la notion de résistance thermique des matériaux dans le Sud du pays que dans le Nord ? N’est-il pas plus pertinent de se pencher sur le confort d’été et l’inertie des bâtiments, c’est-à-dire leur capacité à emmagasiner du froid pour éviter que les dépenses de climatisation n’explosent au moindre rayon de soleil ?

Afin d’objectiver ces présomptions, l’association travaille à la création d’un outil cartographique en y incluant notamment des données sur les apports solaires : surfaces vitrées, orientation, courbe du soleil, présence de masques. Objectif : « disposer d’une lecture automatisée de l’ensemble du territoire à l’échelle de l’édifice ». Cette étude, réalisée dans le cadre d’un appel à projets européen, a vocation a être répliquée ailleurs. Attention, alerte néanmoins Matthieu Paillot, président de la société de conseil Teksial. « On est dans une situation d’urgence. Mieux connaître le territoire, c’est important. Mais on ne doit pas se réfugier derrière le manque de données pour ne pas avancer. Le mieux est l’ennemi du bien et, si l’on cherche sans arrêt à aller dans les détails, on finit par perdre du temps », estime-t-il.

Le cas singulier des copropriétés

Les diagnostics deviennent utiles dès lors qu’ils servent de support à des opérations de sensibilisation qui ne se contentent pas de mimer les campagnes nationales, mais s’adaptent aux besoins de leurs cibles. « Quand des quartiers de pavillons sont habités par des retraités, on insiste assez peu sur les économies d’énergie et davantage sur le confort ou la valeur patrimoniale du bien », illustre Matthieu Paillot. Reste à transformer l’essai, en s’appuyant sur les espaces info-énergie, les plateformes de rénovation ou des acteurs privés, par exemple en lançant des consultations sur l’accompagnement des ménages. Si l’entreprise retenue se finance en partie avec les certificats d’économie d’énergie (CEE) générés par les travaux, elle aura tout intérêt à être efficace.

Quelle que soit la structure qui accompagne, le passage à l’acte est d’autant plus difficile dans les copropriétés, où c’est l’ensemble du conseil syndical qu’il faut convaincre de se lancer. « Entre la sensibilisation et le vote des travaux, il se passe généralement plusieurs années », constate Martial Guébin, chargé du dossier à l’Alec de l’Ain. Et le moindre caillou dans la chaussure peut venir gâcher plusieurs mois d’efforts. « Nous devons intervenir à chaque étape », note-t-il, insistant entre autres sur « la nécessité de mettre des coups de frein quand arrivent des propositions dont on sait par expérience qu’elles seront recalées par les copropriétaires ». La construction d’un programme de travaux doit être consensuelle et les dispositifs de soutien collectifs autant qu’individuels bien expliqués. Et ce, notamment parce que tous les ménages n’ont pas les mêmes droits. Les plus précaires peuvent par exemple être soutenus par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) quand d’autres sont contraints d’avancer le montant des travaux en attendant de bénéficier d’un crédit d’impôt. Ce dernier a d’ailleurs vocation à être transformé en prime afin d’éviter cet écueil.

Trois questions à Yann Dervyn, directeur de l’association Effinergie

Pourquoi n’arrivons-nous pas à atteindre nos objectifs en matière de rénovation énergétique ?

Tout le monde partage l’objectif final : faire en sorte que l’ensemble du parc soit BBC (Bâtiment basse consommation, ndlr) d’ici à 2050. Le grand enjeu est de se mettre d’accord sur la façon d’y arriver. Et quand on parle de court terme, il y a plusieurs écoles. Le monde du bâtiment a tendance à se satisfaire de ce que notre ancien ministre aurait appelé « la stratégie des petits pas » : faisons déjà des économies d’énergie de 30 %, pour le reste on verra plus tard&hellip Attention, cette logique, que l’on peut comprendre au niveau micro, est contre-productive. Elle ne nous place pas sur la bonne trajectoire.

Pourquoi ?

 

Si l’on tue le gisement avec de petits travaux, on n’effectuera jamais les investissements les plus compliqués, les plus coûteux. Financièrement, il est plus simple de construire un projet global de rénovation. Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas avancer par étapes. Mais, même si chaque cas est particulier, il faut s’attaquer dès le départ à l’enveloppe du bâtiment.

Pour les ménages comme pour les collectivités, c’est un casse-tête financier

Oui. L’évolution des prix de l’énergie finira peut-être par faire de la rénovation une évidence, mais rien n’est moins sûr. Afin d’inciter les propriétaires à lancer des travaux, Effinergie a, entre autres, défendu la création d’un système de bonus-malus au moment de la revente de logements, mais qui n’a pas été retenu dans le plan de rénovation. On peut regretter, aussi, que l’on n’ait pas encore défini de financements pour les collectivités chargées de créer un service public local de rénovation. Dommage, enfin, que celles-ci soient si peu écoutées au moment où l’on définit la politique nationale.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rénovation thermique : pourquoi ce n’est plus une option

Votre e-mail ne sera pas publié

manava décarbonate

06/11/2018 06h51

bonsoir, en France, nous n’y arriverons jamais si le gouvernement n’imposent pas dans la loi à tous les propriétaires de réaliser les travaux de rénovation énergétique au moment de la vente ou transmission du bien immobilier (isolation par l’extérieur, installation des pompes à chaleur, géothermie, biogaz, réseau de chaleur mais interdiction des chaudières fuel puis gaz importé de Russie ; les aides européennes existent (plan juncker) … Pas le temps d’en dire plus par découragement et aussi par peur de l’effondrement inéluctable…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement