Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la délinquance

Les TER d’Auvergne Rhône-Alpes sous l’œil de « big brother »

Publié le 30/10/2018 • Par Françoise Sigot • dans : Actu prévention sécurité, Régions

TER surveillance Rhône-Alpes
CR Auvergne Rhône Alpes
Le Conseil régional vient d’inaugurer un Centre Régional de Sécurité des Transports. Basé à la gare de Lyon Part-Dieu, il va permettre d’interconnecter toute la politique de sécurité de la Région dans les transports.

Fidèle à ses engagements, Laurent Wauquiez poursuit les investissements en matière de sécurité, avec un point d’ancrage : les transports. « En moins de trois ans dans les transports, la Région a déjà investi 40 millions pour assurer des voyages plus sûrs à ses habitants », fait valoir le président (LR) d’Auvergne Rhône-Alpes. Un début, puisque Laurent Wauquiez promet de mettre encore autant sur la table d’ici la fin de son mandat. Dernier né de cette politique sécuritaire, le Centre Régional de Sécurité des Transports (CRST) incarne à lui seul la politique régionale de sécurité dans les transports. Une stratégie mise en œuvre avec le soutien du commissaire de police Philippe Dussaix, embauché au printemps par le Conseil Régional pour accélérer le déploiement du « bouclier de sécurité » visant à sécuriser les gares, les TER mais aussi les lycées.

L’initiative vient illustrer la volonté partagée entre Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse en Ile-de-France et Renaud Muselier en PACA, de faire de la sécurité une priorité des régions, quand bien même celles-ci n’en ont pas la compétence. Récemment, le patron des Républicains allait même jusqu’à réclamer des pouvoirs de police pour les présidents de région.

Près de 2000 caméras dans les gares

Installé à la gare de Lyon Part-Dieu, et financé à hauteur de 2 millions par le Conseil Régional, le CRST piloté par SNCF Gares & Connexions retransmet aujourd’hui en temps réel les images d’une vingtaine de gares des 12 départements d’Auvergne-Rhône-Alpes et de la métropole de Lyon. A terme, il supervisera les images de plus de 1900 caméras déployées par Gares & Connexions d’ici 2022, avec le soutien financier de la Région, mais aussi celles des caméras à bord des TER.

En attendant, les agents de la SNCF scrutent en permanence les écrans du CRST pour traquer les fraudes et les actes de délinquance avec visiblement de premiers succès à la clé. Selon Laurent Wauquiez et Stéphane Volant, secrétaire général de la SNCF, le nombre de procès-verbaux dressés par les agents de la SNCF aurait augmenté de plus de 80% depuis la mise en service du CRST début octobre. Par ailleurs, les interpellations avec mise à disposition des forces de l’ordre à des fins de poursuites judiciaires seraient en hausse de 20% et 49 vidéo-verbalisations établies à distance par les agents du CRST, ont été signifiées à des contrevenants.

Les hommes en renfort

D’ici peu, un datacenter permettra de stocker les images pendant 30 jours, contre 3 actuellement, avec à la clé, l’espoir de voir encore plus d’infractions sanctionnées. « Celui qui commettra une infraction ne restera pas impuni », promet Laurent Wauquiez. Mais au-delà de la technologie, la politique de sécurité ferroviaire passera également par le déploiement de plus d’équipes de terrain. La Région AURA a ainsi prévu de mobiliser 10 millions d’euros par an pour financer 12 équipes supplémentaires de police ferroviaire, soit 80 agents. Ces équipes en cours de formation seront déployées dans les gares et dans les trains régionaux. La SNCF financera de son côté l’embauche de 5 équipes de police ferroviaire. De quoi, permettre notamment la création de patrouilles de nuit dans TER, alors que jusque-là, seule les gares étaient surveillées la nuit. Pour améliorer l’efficience de ce dispositif, la Région vient par ailleurs d’annoncer l’extension aux policiers municipaux de la gratuité d’accès dans les TER pour les policiers et les gendarmes. Cette mesure qui concerne potentiellement 2500 agents, sera effective en janvier 2019.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les TER d’Auvergne Rhône-Alpes sous l’œil de « big brother »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement