Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Projet de loi de finances 2019

Christophe Castaner détaille son budget « sécurités » pour 2019

Publié le 25/10/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, Dossiers d'actualité, France

Castaner commission
@elodiejala
Neuf jours après son installation place Beauvau, le ministre de l'Intérieur a détaillé le 25 octobre devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale le budget de la mission "sécurités". Pointant une hausse de 2,6 % des moyens de la police et de la gendarmerie et de 1,5% pour la sécurité civile, il a notamment appelé à "approfondir la coopération opérationnelle entre sapeurs-pompiers, policiers et gendarmes".

Cet article fait partie du dossier

PLF 2019 : le gouvernement maintient le cap

Interrogé pendant plus de cinq heures sur les différents budgets de son ministère, Christophe Castaner a fait son baptême du feu devant la commission des Lois de l’Assemblée nationale, ce 25 octobre.

En matière de sécurité, il a tenu à rendre hommage à son prédécesseur, Gérard Collomb, qui s’est montré « très combatif » pour obtenir un budget en hausse pour la mission « sécurités » réunissant les crédits pour la police et la gendarmerie nationale, la sécurité civile, mais aussi la sécurité routière. Ces crédits représente dans le budget 2019 13,6 milliards d’euros, soit 80% des crédits du ministère de l’Intérieur.

Budget en hausse

« C’est un budget dépourvu de toute surprise, conforme aux engagements pris », a précisé le ministre de l’Intérieur. Les moyens de la police et de la gendarmerie sont ainsi « en hausse très significative de 335 millions d’euros, soit une progression de 2,6% ». Ce budget comprend notamment « 2500 emplois supplémentaires dans toutes les composantes de la sécurité intérieure », mais aussi 5800 véhicules neufs et 4000 caméras-piétons supplémentaires.

En matière de sécurité civile, le budget 2019 augmente de 1,5% pour s’établir à 473 millions d’euros. Ces crédits « ont besoin de s’inscrire dans la durée : nous poursuivons l’équipement des département en systèmes d’alerte des populations, nous continuons à raccorder les nouveaux Sdis au programme Antares et nous engageons la phase opérationnelle du chantier du système unifié de gestion des appels d’urgence Nexsis en mobilisant 10 millions d’euros », a détaillé le ministre de l’Intérieur.

Les chantiers pour 2019

Parmi les chantiers annoncés pour 2019, Christophe Castaner a cité « le financement à Paris du partenariat public-privé de vidéoprotection pour 21 millions d’euros, qui sera doté de 2754 caméras et permettra aux forces de l’ordre d’exploiter les renvois d’images provenant des 10000 caméras exploitées par différents opérateurs publics ou privés présents sur Paris ».

Autre chantier pour l’année à venir : « la modernisation des centres d’information et de commandement pour 11,2 millions d’euros afin d’améliorer le pilotage des interventions de police secours et l’efficacité de la rapidité du traitement des appels d’urgence ». Comme son prédécesseur, le nouveau ministre de l’Intérieur s’est dit favorable aux plateformes d’appel uniques, précisant que les directions de la police, de la gendarmerie et de la sécurité civiles y travaillaient afin de « disposer d’une plateforme test fin 2019 ». Il a précisé que le gouvernement devait en outre « travailler de façon plus large pour voir dans quelle mesure on pouvait inclure le Samu dans ces réflexions ».

Colère face au « lobby financier »

Le ministre de l’Intérieur n’a pas réellement apporté de réponses concrètes aux nombreuses interrogations des députés. Jean-Michel Fauvergue, rapporteur pour avis des crédits « sécurités » et co-auteur du rapport sur le continuum de sécurité, l’a ainsi interrogé longuement sur la mutualisation des différentes forces : police et gendarmerie au sein de centres de commandement départementaux communs, Raid et GIGN avec un commandement unifié et intégration de plusieurs services de la Préfecture de police de Paris au sein de la Direction générale de la police nationale. « La question mérite d’être posée et c’est un chantier que nous allons ouvrir sans a priori et sans parti pris de normalisation », a indiqué Christophe Castaner.

Le député LR Éric Ciotti a pour sa part tenu à « pousser un cri de colère » face au « lobby financier des concessions autoroutières » qui refusent d’accorder aux services de secours la gratuité aux péages , alors que la mesure a été adoptée en octobre 2017. Aucune évolution précise de la situation n’a été abordée par le ministre de l’Intérieur.

Interrogé par plusieurs parlementaires sur la violence dont les sapeurs-pompiers sont régulièrement victimes, Christophe Castaner a estimé qu’il était « indispensable d’approfondir la coopération opérationnelle entre les sapeurs-pompiers, la police et la gendarmerie » et a indiqué qu’une quinzaine de Sdis s’étaient portés candidats pour expérimenter les caméras-piétons, sans préciser toutefois la date de publication du décret attendu depuis fin juillet.

Baisse des crédits du FIPD pour la formation des imams

Christophe Castaner a également détaillé les crédits de la mission « Administration générale et territoriale de l’État » qui comprend notamment la « vie  politique, cultuelle et associative ». Le rapporteur pour avis Olivier Marleix a regretté que ce budget « ne marque plus aucune ambition ». Rappelant qu’il comprenait notamment la formation des imams dans le cadre du plan de lutte contre la radicalisation, il a estimé que « les crédits et les initiatives en ce sens ont un encéphalogramme plat ».

« Certes, le FIPD contribue aussi aux moyens de lutte contre la radicalisation, mais globalement les crédits de ce fonds  [concernant la formation des imams, NDR] diminuent après avoir connus en 2018 déjà une baisse très lourde. J’ai aussi un doute sur la déconcentration des crédits du FIPD et la capacité réelle des préfets à trouver des interlocuteurs fiables et pertinents au niveau local », a expliqué le député LR d’Eure-et-Loir. « Je partage votre sentiment sur l’utilité et l’efficacité de ce dispositif. C’est une discussion que va ouvrir le président de la République », a répondu le ministre de l’Intérieur, sans en dire plus.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Christophe Castaner détaille son budget « sécurités » pour 2019

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement