Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Open data

Bruxelles veut booster la réutilisation des données publiques

Publié le 24/10/2018 • Par Isabelle Smets • dans : Europe

Parlement de Strasbourg
JL_logan
La directive européenne qui entoure la réutilisation des données du secteur public est en passe d’être révisée. Si les modifications proposées sont déjà largement prises en compte par le droit français, à la pointe en matière d’open data, elles ne seront pas sans conséquence sur le cadre aujourd’hui en vigueur. Décodage.

L’UE est sur le point de renforcer sa législation relative à la réutilisation des données publiques. La Commission européenne a proposé au printemps dernier une refonte de la directive dite « PSI » – réutilisation des informations du secteur public – sur laquelle le Parlement européen et le Conseil des ministres se positionneront dans les prochaines semaines.

Un des aspects les plus visibles de la réforme est d’élargir le champ de la directive actuelle aux données des entreprises publiques opérant dans les secteurs des transports, de l’énergie, de l’eau et des services postaux, ainsi qu’à la recherche. Le texte européen embarque donc désormais les données SNCF, RATP, La Poste ou EDF. Et pourrait donc rendre effective la notion française de données d’intérêt général, qui vise précisément ces données, dans la loi Macron de 2015 pour les transports (mais dont le décret d’application n’a jamais été publié), ou dans la loi Lemaire de 2016, s’agissant des données des délégataires de service public.

Mais au-delà, c’est aussi l’occasion pour la Commission de préciser ou d’ajuster certains principes relatifs à la tarification, aux formats de diffusion ou encore aux accords d’exclusivité, qui s’appliquent à tous les organismes publics.

Généraliser les API

Quelles implications en France? « La proposition reprend largement l’état du droit actuel », explique Maud Choquet, chargée de mission au pôle juridique d’Etalab. Avec des nuances toutefois. Comme

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bruxelles veut booster la réutilisation des données publiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement