Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Etude Nexity – « La Gazette »] Economie circulaire

Etude : les collectivités dans la boucle de l’économie circulaire

Publié le 30/10/2018 • Par Olivier Descamps • dans : Actu ingénierie publique, Dossiers d'actualité, France

economie-circulaire-2
iledefrance-europe.eu
Six mois après la publication d’une feuille de route nationale sur l’économie circulaire, les décideurs locaux ont pris la mesure de l’enjeu, si l’on en croit l’étude « La Gazette » – Nexity. Mais gare à ne pas crier victoire trop vite.

Présentée au mois d’avril 2018 par le Premier ministre, la feuille de route sur l’économie circulaire, dite « Frec », insiste sur le rôle que doivent jouer les collectivités pour sortir au plus vite d’un modèle de croissance linéaire. « On extrait, on fabrique, on vend, on casse, on jette avec, d’un côté, des mines qui sont de plus en plus profondes et de l’autre, des montagnes de déchets qui sont de plus en plus hautes », regrettait alors Edouard Philippe.

Six mois plus tard, lesdites collectivités semblent être au rendez-vous, si l’on en croit une étude réalisée par « La Gazette », en partenariat avec Nexity. En effet, 54 % de celles interrogées estiment avoir « entamé une démarche qui s’inscrit dans une logique d’économie circulaire ». Seule 9 % n’ont pas prévu de s’en préoccuper.

Député de la majorité et président de l’Institut national de l’économie circulaire, François-Michel Lambert a conscience du chemin parcouru. « La première fois que j’ai prononcé l’expression dans l’Hémicycle, il y a cinq ans, je suis passé pour un hurluberlu », expliquait-il à l’Assemblée nationale, mi-septembre.

Pas d’euphorie néanmoins. Si 63 % des élus et des agents interrogés s’octroient la moyenne lorsqu’on leur demande d’évaluer leur niveau d’engagement sur la thématique (voir ci-dessous), le chiffre traduit plus une envie de bien faire qu’une réelle remise en question de leurs habitudes de consommation ou de gestion de déchets.

Nexity La Gazette 2018 (1)

Objectifs de la « Frec »

Contrairement au concept de « développement durable » lorsqu’il est apparu, l’économie circulaire ne fait pas figure de religion. La conversion massive des collectivités ne doit pas faire oublier le chemin restant à parcourir pour atteindre les objectifs de la « Frec » : réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB d’ici à 2030, tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025, diviser par deux les déchets mis en décharges…

Côté positif, les collectivités semblent prêtes à se battre pour jouer leur rôle dans la transition. Lorsqu’on leur demande qui doit prioritairement l’impulser, 57 % des personnes interrogées citent l’intercommunalité, devant l’Etat (44 %) puis les communes (39 %).

Nexity La Gazette 2018(2)

L’analyse détaillée des chiffres montre que chacun demande le rôle principal : les intercommunalités estiment à 77 % être les mieux à même de donner le la. Les départements et les régions sont respectivement 56 % et 70 % à penser que c’est plutôt à eux de le faire. Et, contrairement à d’autres sujets environnementaux comme la transition énergétique, pour laquelle il a fallu attribuer des tâches claires à chacun pour gagner en cohérence, la marche vers un nouveau modèle de développement nécessite bien l’implication de tous.

Gestion des déchets, réemploi, réparation…

L’étude illustre également la diversité des objectifs assignés à l’économie circulaire. Réduire son impact sur l’environnement est l’argument premier pour lancer une démarche (82 % de ceux qui ont initié la leur mentionnent cette raison, et 66 % parmi les autres estiment que cet argument pourrait les pousser à le faire). Mais les collectivités considèrent aussi que consommer mieux permet de réaliser des économies, et que prendre un coup d’avance génère de l’activité et rend le territoire plus attractif. Tant mieux. C’est l’ensemble de ces raisons qui poussera les plus rétifs à s’engager à leur tour.

De même, les collectivités semblent avoir plutôt compris qu’elles devaient courir plusieurs lièvres à la fois. Ainsi, 73 % d’entre elles affirment concentrer leurs efforts dans la gestion des déchets ménagers, ce qui est essentiel pour jeter moins et mieux. La gestion des espaces verts est citée à 65 % (81 % dans les communes), ce qui est tout aussi important puisque la matière organique est le symbole même du déchet qui, une fois composté, peut retourner à la terre pour amender le sol naturellement. Et elles sont 52 % à évoquer la nécessité de développer le réemploi et la réparation.

Nexity La Gazette 2018 (3)

Si l’économie circulaire est un nouveau modèle de développement, une manière, selon l’expression, de « changer de paradigme », attention en revanche à ne pas l’assimiler à une simple problématique de déchets. L’offre et la demande sont deux piliers essentiels sur lesquels il faut agir et, sans doute effrayées par l’ampleur de la tâche, les collectivités n’en ont peut-être pas encore pleinement conscience.

Des stratégies différentes

L’étude révèle par ailleurs que les uns et les autres suivent des stratégies très différentes (voir ci-dessus). Un quart des sondés privilégie pour le moment les moyens d’action internes (un chiffre bien plus important dans les petites communes). Une proportion légèrement inférieure tente, a contrario, d’aller jusqu’au bout de la logique en impliquant l’ensemble des acteurs locaux.

Enfin, ils sont seulement 33 % à se baser sur des indicateurs pour évaluer leurs mesures. Le travail commence à peine. Et les collectivités auront sans doute besoin de retours d’expériences et de conseils méthodologiques pour ne pas tourner en rond.

Méthodologie

L’enquête de « La Gazette » a été réalisée en partenariat avec Nexity. Elle a recueilli 412 réponses entre le 17 juillet et le 14 septembre 2018. Les élus représentent 45 % du panel contre 54 % pour des agents territoriaux. Ils appartiennent à des communes (58 %), intercos (24 %), mais aussi à des métropoles et des conseils régionaux et départementaux.

Etude produite par Infopro Digital études (etudes@infopro-digital.com).

Un credo pour la conso

Si l’on a aujourd’hui tendance à ranger trop de projets derrière la bannière « économie circulaire », attention à ne pas perdre de vue l’essentiel. Le « jour du dépassement », date à laquelle l’humanité a consommé davantage de ressources que la Terre en propose, survient chaque année plus tôt.

Cette tendance doit être inversée. L’économie circulaire propose d’y parvenir en s’appuyant sur sept piliers : l’approvisionnement durable, l’écoconception, l’écologie industrielle et territoriale, l’économie de la fonctionnalité, la consommation responsable, l’allongement de la durée d’usage et le recyclage.

Cet article fait partie du Dossier

Economie circulaire : et si on passait de la parole aux actes ?

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Etude : les collectivités dans la boucle de l’économie circulaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement