Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2011

La Corrèze vote un budget cohérent mais politique

Publié le 09/03/2011 • Par Jean-Pierre Gourvest • dans : Actualité Club finances, Régions

Voté le 25 février 2011, le budget primitif de la Corrèze est présenté par ses auteurs comme « cohérent, sincère et actif, sans augmentation de la fiscalité, assurant les dépenses obligatoires malgré les contraintes.. ». De fait, il aura été dévoilé dans une ambiance particulière, devant une foule de journalistes parisiens qui avaient fait le voyage jusqu’à Tulle, pour entendre le président du conseil François Hollande, aux ambitions nationales avouées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Celui-ci s’est félicité dans un discours très politique, de trois ans d’une mandature à la tête d’une majorité socialiste « unie, solidaire, cohérente dans ses choix, préservant la liberté de tous.. ».

Il a également expliqué ses orientations budgétaires, soulignant qu’il avait privilégié la maîtrise des investissements pour éviter l’emprunt, tout en rappelant le poids des 48% des dépenses totales accordées au social sur lesquelles le département « n’a aucune capacité de décision.. ».

On notera dans la part de ces mêmes dépenses hors dette la place accordée  :

  • à l’aide aux communes et au développement du territoire (18,1 millions d’euros),
  • celle des routes (13,8 millions d’euros),
  • du tourisme (5,1 millions d’euros),
  • du bâtiment (4,5 millions d’euros),
  • des EHPAD (3,8 millions d’euros).

Les investissements atteignent 51,3 millions d’euros, financés pour 40 millions d’euros par l’emprunt, tandis que divers chantiers comme la déviation d’Ussel ou le centre départemental de l’enfance sont poursuivis.
Les 1.479 agents permanents et 1.062 non titulaires employés par la Corrèze coûteront cette année 3,3 % de plus (de 47,3 millions d’euros à 48,9 millions d’euros), et les recettes échapperont à toute augmentation d’impôts, à laquelle François Hollande a déclaré « se refuser catégoriquement.. ».
Il a aussi dévoilé son analyse sur l’avenir de son institution pour laquelle il déplore « la fin d’une époque, et la fin de la place du département dans l’organisation territoriale française.. »

Côté opposition, (majoritairement UMP), on a refusé le vote, dénonçant, via Jean-Pierre Dupont (prédécesseur de l’actuel Président) « un ton à la dramatisation, l’absence de prospectives économiques, une trop grande rigueur de la gestion, et un vieux principe d’achat des électeurs.. ». Les communistes ont marqué leur inquiétude vis-à-vis des contraintes pesant sur la Corrèze, dont « la dette plombe le budget avec un remboursement pourant atteindre 10% de la masse budgétaire de l’année.. »

Un élément d’appréciation lors des cantonales

A quelques jours des cantonales, qui pourraient voir basculer le département de gauche à droite (François Hollande dispose d’une seule voix de majorité, et 19 siège sur 37 sont à renouveler) le budget 2011 est observé à la loupe par les adversaires comme les partisans du président.

«Ce sera un élément d’appréciation, souligne Jacques Spindler chargé de la communication au CG. D’autant plus que François Hollande a tenu sa parole en faisant du non recours à l’impôt son cheval de bataille, refusant d’augmenter ces derniers, malgré une situation difficile. Il considère les prélèvements existants déjà bien suffisants, et ne souhaite pas augmenter la pression fiscale, arrivant à équilibrer ses comptes entre dépenses, investissements, économies et recettes, et ce malgré que la Corrèze soit le département le plus endetté de France. Situation venue de l’ex majorité qui de 2003 à 2008 a largement contribué à ce phénomène.. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Corrèze vote un budget cohérent mais politique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement