logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/585739/mais-si-les-apprentis-valent-le-cout/

FORMATION
Mais si, les apprentis valent le coût !
Solange de Fréminville | A la Une RH | Actu Emploi | France | Régions | Toute l'actu RH | Publié le 17/10/2018 | Mis à jour le 16/10/2018

L’apprentissage stagne dans la fonction publique territoriale, en raison de son coût. Pourtant, les employeurs soulignent ses intérêts : l’insertion et la formation des jeunes, en particulier sur des métiers en tension, la valorisation des tuteurs, etc.

Bien qu’au premier rang pour l’emploi d’apprentis dans la fonction publique, les collectivités locales et leurs établissements n’enregistrent que 7 523 contrats en 2017, un peu moins qu’en 2014 (7 566). Et la remontée de ces deux dernières années, après une baisse en 2015, ne serait que l’effet d’un jeu de chaises musicales. « L’évolution positive des recrutements d’apprentis s’explique par la fin des emplois d’avenir et celle des contrats aidés

Avec une centaine d’apprentis présents chaque année dans ses services, le conseil départemental du Val-de-Marne reste en pointe sur ce dispositif de formation qu’il utilise depuis 2003 et pour lequel il a signé jusqu’à 180 contrats en un an. Malgré son coût, la collectivité persiste. Elle y consacre un budget annuel, en salaires et formation, de 1,5 million d’euros. L’intérêt est double, selon Clarisse Rousselle, responsable du service « mobilité » de la DRH : « la formation et l’insertion des jeunes », que la collectivité oriente vers des postes où « il y a pénurie de candidats : les métiers de la petite enfance, de la restauration et de l’informatique, actuellement », après avoir ciblé également les espaces verts et le bâtiment.

La collectivité s’appuie sur la mission locale et les CFA pour le recrutement et l’enseignement des apprentis, pour les trois quarts au niveau V (CAP et BEP). Le CFA académique de Créteil a ouvert une classe pour former des jeunes au CAP d’agent polyvalent de restauration qui sont dédiés exclusivement aux collèges publics du ...

CHIFFRES CLES

  • La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, votée le 1er août, confie aux branches professionnelles le pilotage et le financement de l’apprentissage. Les régions se voient donc retirer ces prérogatives. Et pour la fonction publique, la nouvelle loi ne précise pas l’organisation.


POUR ALLER PLUS LOIN